español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Fertilité des terres de savane

Philippe BARRET

02 / 1994

La question cruciale qui est posée à l’agriculture en Afrique de l’Ouest est : comment supprimer les jachères et augmenter les rendements en réponse à la croissance démographique sans dégrader les sols ? Les études de terroirs menées depuis 30 ans indiquent systématiquement que plus la densité de population est élevée et mieux la fertilité des sols est préservée. Au contraire, lorsque des migrants mettent en valeur des "terres neuves" peu peuplées, ils pratiquent une agriculture très extensive qui favorise l’érosion et l’appauvrissement des sols.

Parmi les techniques "classiques" de gestion de la fertilité, certaines se révèlent inadaptées aux zones de savane africaines. Ainsi, l’enfouissement des résidus de récolte, dans le cas de ces agricultures peu productives et peu artificialisées, a l’effet d’un "feu de paille", plutôt négatif pour le stock organique des sols. De même, l’effet-labour est loin d’être aussi net dans ces régions que dans les zones tempérées. De plus, un mauvais labour risque d’entraîner une très forte érosion.

La fertilisation minérale serait la solution la plus efficace (à court terme !)pour prévenir l’appauvrissement des sols africains si les engrais n’étaient, du fait de leur coût, largement hors de portée des paysans. Malgré tout, c’est la fertilisation organique, encouragée par les services de vulgarisation de plusieurs pays, qui semble pouvoir progresser rapidement ; mais cela suppose un net progrès de l’intégration agriculture-élevage. Enfin, deux solutions peu coûteuses méritent d’être réhabilitées ou encouragées : tout d’abord, l’utilisation des "arbres agricoles" qui ont un effet très positif sur les cultures sous-jacentes, en particulier quand ce sont des arbres-légumineuses ; et enfin le développement de rotations culturales appropriées. Cette dernière piste, qui relève du B-A-BA de la pratique agricole a cependant été fréquemment "oubliée" par des projets de développement irresponsables encourageant la monoculture, avec des effets désastreux sur la fertilité des sols.

Près de trente années de résultats de recherches sur la fertilité et l’entretien des sols en Afrique de l’Ouest sont consignés et analysés ici. C’est précieux car objectif, dans la mesure où l’analyse est faite à partir des succès et surtout des échecs des opérations de développement menées par la France depuis des décennies dans cette région.

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales