español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Résistances paysannes

Pierre Yves GUIHENEUF

06 / 1993

Dans cet ouvrage François Pernet, chercheur à l’INRA, s’intéresse aux agriculteurs biologiques, exploitants traditionnels, producteurs sur de petits créneaux, agriculteurs sur des systèmes extensifs, pluri-actifs, producteurs qui transforment et vendent leurs produits, etc... Ces agriculteurs malgré leur diversité, ont au moins un point commun : ils se situent en marge du "modèle dominant" de production vulgarisé par les organismes officiels, et qui est basé sur la spécialisation, l’intensification et la concentration. Etudier une agriculture "hors normes" s’avère difficile à cause de la diversité des pratiques et de l’incapacité des appareils statistiques à en mesurer l’ampleur. Les "agricultures différentes" sont délibérément ignorées par les organismes professionnels. Pourtant, les agriculteurs hors normes savent profiter des services, prêts et subventions, au besoin en affichant une image qui ne correspond pas à la réalité de leurs projets.

Malgré la diversité de pratiques, les stratégies mises en oeuvre sont souvent basées sur un -ou plusieurs- des principes suivants:

- réduire les coûts, plutôt que d’augmenter le volume de production. Pour cela, on fait largement appel aux ressources locales et au travail familial : auto-fourniture, auto-consommation, auto-construction, économies d’intrants, valorisation des déchets, etc...

- augmenter la valeur ajoutée des produits, en essayant de réaliser soi-même la transformation et la vente, ou en améliorant la qualité.

- compléter l’activité agricole par d’autres activités, permanentes ou saisonnières, se déroulant sur ou en dehors de l’exploitation. Les activités complémentaires avec l’activité de production sont les plus recherchées.

A travers ces principes apparaissent des logiques de fonctionnement différentes basées sur :

- la recherche de l’autonomie, c’est-à-dire d’une moindre dépendance par rapport aux décisions prises à l’extérieur,

- la recherche de sécurité par l’adoption de plusieurs activités,

- une gestion patrimoniale des ressources locales,

- une forte insertion dans les échanges locaux de produits et d’information,

- un plus fort ratio travail/capital dans les investissements réalisés.

Dans la mise en oeuvre de leurs pratiques, ces agriculteurs se heurtent cependant à certaines difficultés, et notamment au manque :

- de recherche, par exemple sur les techniques permettant d’économiser des intrants, de produire de l’énergie, de valoriser les fourrages locaux, etc...

- de formation, car leurs compétences professionnelles doivent être plus diversifiées que celles des autres agriculteurs,

- d’information, souvent coûteuse à rassembler.

Ces agriculteurs adoptent des pratiques et des logiques différentes, souvent par conscience de ne pouvoir adopter celles du modèle dominant. Mais cette exclusion est favorable à l’invention de nouvelles normes. Cependant, ce qui se produit aujourd’hui dans les agricultures différentes ne saurait constituer une alternative future au système agro-industriel actuel, car ces expériences se nourrissent des carences et des insuffisances de ce système. Elles ne constituent pas un nouvel ensemble indépendant, mais plutôt un ensemble dérivant de ce système. C’est une sorte de périphérie qui ne se définit que par rapport à un centre.

Cependant, ces expériences pourraient être récupérées par le système agro-industriel dominant. Si cette hypothèse se réalise, elles auront constitué un vaste laboratoire d’expérimentations économiques et sociales originales. D’ailleurs, la reproduction du modèle dominant ne va pas sans problème, et il pourrait être important d’examiner comment une sorte de "corpus central" produit à sa périphérie des déviances et s’en nourrit lui-même pour assurer sa continuité, c’est-à-dire comment ces modèles (un "producteur de normes" et des "hors normes")s’influencent mutuellement.

Mots-clés

agriculture durable, changement technologique, accès à l’information


, France, Alpes

Notes

Voir également les trois autres fiches sur le GERDAL

Source

Livre

PERNET, François, Presses Universitaires de Grenoble, 1982 (France)

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales