español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le développement équilibré du monde rural en Europe occidentale

Pierre Yves GUIHENEUF

04 / 1993

Les techniques modernes de production agricole et l’économie de marché ont profondément transformé les relations de l’agriculture, la sylviculture et l’élevage avec les milieux naturels, entraînant en Europe :

- la simplification progressive des écosystèmes, la disparition d’espaces, la prolifération de certains parasites, une sensibilité croissante des milieux.

- la pollution des eaux et des sols par les métaux lourds, nitrates et biocides

- la transformation des paysages, la destruction de biotopes et l’érosion des sols.

Ces processus augmentent la fragilité des écosystèmes et conduisent l’agriculture à adopter des mesures de correction continuelles, et un emploi accru d’engrais, de désherbants et de pesticides. Il est placé dans un réseau de contraintes techniques de plus en plus dense, qui limite sa marge de manoeuvre. Une production agricole respectueuse des équilibres naturels exige de nouvelles conceptions économiques et de nouvelles techniques.

Au chapitre des méthodes de production alternatives, l’auteur recommande :

- la production biologique, organique ou bio-dynamique. Elle se caractérise par l’entretien de la fertilité organique des sols, la prévention des maladies, un apport réduit d’intrants

- les systèmes de production intégrée. Ils sont caractérisés par un usage modéré d’auxiliaires chimiques et de fertilisants, par la combinaison de méthodes de lutte raisonnée contre les maladies, par le choix de variétés et races rustiques peuvent être adoptées progressivement et par un nombre d’agriculteurs plus élevé que dans le cas de la production biologique.

- la futaie jardinée. Cette technique traditionnelle de gestion forestière consiste à assurer une exploitation continue des peuplements (abattages pied à pied ou par petits groupes)et s’oppose à la technique de la coupe rase, de plus en plus pratiquée.

La conservation des biotopes et des paysages par les agriculteurs, sur la base des contrats négociés et librement acceptés est également une voie à promouvoir. Plusieurs pays en ont fait l’expérience (Suisse, Allemagne, Autriche, etc...)

Les incitations économiques propres à encourager les méthodes de production alternatives sont encore trop modestes. Le Conseil de l’Europe ne fait pas de propositions précises à ce niveau, mais recommande l’élaboration décentralisée de politiques et de programmes de développement, sur une base territoriale et non plus sectorielle (la politique rurale avant la politique agricole)et avec une forte participation de la population locale et des associations. Il recommande également de permettre aux responsables et aux élus du monde rural d’échanger leurs expériences, et aux organismes supra-nationaux (Conseil de l’Europe, CE, OCDE)d’intensifier leur coopération.

Mots-clés

environnement, économie rurale, développement durable, milieu rural, agriculture et environnement, révolution verte, agriculture biologique, production, aménagement rural, politique agricole


, Europe

dossier

Biodiversité : le vivant en mouvement

Source

Rapport

STUCKI, E., CONSEIL DE L'EUROPE, Conseil de l'Europe in. "Sauvegarde de la nature", 1992 (France), n°548

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales