español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Evaluation de la réhabilitation - 1

Paul DALMAS ALFONSI

12 / 1993

Depuis 1977 et la réforme des aides publiques au logement, le concept de réhabilitation a considérablement évolué. En 15 ans, on est passé d’une vision très sectorisée -par immeuble- et hiérarchisée -prééminence du bâti et des espaces extérieurs sur le volet social- à une approche beaucoup plus large -par quartier-, pluridimensionnelle -prise en compte de tous les aspects de la vie de celui-ci-, et synthétique. Cett logique, non plus "verticale" mais transverse, s’est vue favorisée par une recherche toujours plus systématique de la concertation entre tous les acteurs, et en particulier les habitants. Cette transformation, née d’une prise de conscience de l’insuffisance des modes d’interventions existants, tient aussi à la pression d’évènements très médiatisés.

Ceci posé, on peut se demander ce qu’il en est de la réussite ou de l’échec d’une opération de réhabilitation? ce qu’il en est de leurs causes? Aucune réhabilitaiton ne réussit ni n’échoue totalement. Les réponses apportées donnent, cependant, selon les cas de bien meilleurs résultats. Et il est curieux de constater que, généralement, tant qu’on s’en tient au stade préparatoire (établissement du diagnostic et détermination des objectifs)les choses fonctionnent relativement bien. Elles se compliquent dès lors qu’il s’agit d’opter pour tel ou tel scénario d’intervention et de définir les règles du jeu entre acteurs.

A partir d’un inventaire des problèmes souvent bien fait, les enjeux sont mal identifiés et mal hiérarchisés. Leur appréhension est sinon incorrecte, du moins tronquée. On applique alors des "recettes" éprouvées ailleurs. Inadaptées, elles provoquent la frustation des locataires. Exemple emblématique: la tendance qui a longtemps prévalu de privilégier les travaux d’isolation thermique au détriment d’actions, sociales et même techniques, davantage en accord avec les attentes et les besoins des résidents.

Les vrais enjeux de la réhabilitation ont été ignorés par une vision raccourcie -voire étriquée- dans le temps et dans l’espace. D’autre part, la dimension sociale et humaine des opérations n’a pas été suffisamment considérée. La problématique du devenir à long terme des ensembles HLM s’est effacée dans le court terme. On a paré au plus pressé (i.e. la dégradation physique accélérée du bâti)avant de savoir vraiment pour quels habitants on réhabilite; ce qu’il en est de leur profil actuel et futur (et corrélativement, quel niveau de loyer on ne peut dépasser); quelles interventions améliorent durablement leur vie.

Se pose la question des règles du jeu entre acteurs. Le principe de la réflexion commune en amont ne pose plus vraiment problème. Au-delà de cet acquis, se concerter est devenu un réflexe quasi-naturel. En revanche, les divers acteurs en présence éprouvent toujours le plus grand mal à sortir de leur propre logique et à comprendre celle des autres. Repli sur ses propres convictions, défiance à l’égard de tel ou tel partenaire, faibles efforts de complémentarité... la conséquence est double: les réalités sociales, les attentes des habitants cèdent trop souvent le pas à des idées toutes faites et à des options politiques immuables; les interventions des partenaires souffrent d’un manque dramatique de cohérence et donc d’efficacité.

Mots-clés

logement, logement social, réhabilitation de l’habitat


, France

Notes

Cette fiche a été réalisée dans le cadre de l’évaluation de la politique de réhabilitation du logement social, animée par la Direction de l’Habitat et de la Construction du Ministère de l’Equipement, du Logement et des Transports, Arche de la Défense, Paroi Sud, 92055 Paris-La Défense Cedex 04

Source

Articles et dossiers

DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT DU DOUBS (DDE 25); GROUPE LOCAL EVALUATION DE LA REHABILITATION DU DOUBS, DDE 25 in. LES CAHIERS DE L'AMENAGEMENT, 1992/07, 3

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales