español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Egoûts condominiaux au Brésil

Patrick BODART, Yves CABANNES, Eliana COSTA GUERRA

12 / 1995

Le document traite de la validité du système des égouts en "condominium" pour des communautés aux revenus modestes à travers deux études de cas où cette technologie a été utilisée. Il s’agit d’une technique de collecte des eaux usées utilisée au Brésil il y a une dizaine d’années et qui est caractérisée par un réseau collectif (jusqu’à 250 familles)et privé utilisant les fonds des lots des maisons destinés à l’installation. De plus, les tuyaux ont un diamètre réduit, de 100 mm, et n’avancent que de 40 à 60 m pour ne pas empiéter sur les voies publiques et ne pas supporter le poids du trafic. En conséquence, l’investissement initial est moins cher que dans le système conventionnel (d’environ 30 %).

Une fois collectées, les eaux usées peuvent être déversées dans le réseau public (quand il existe)ou traitées sur place. De nombreuses expériences brésiliennes associent le réseau de condominium à un traitement avec digesteur à décantation et filtre anaérobic qui constitue un bon prétraitement et a l’avantage d’être autonome.

Les chercheurs ont d’abord défini les critères économiques, écologiques, sanitaires, urbains, politiques et soutenables auxquels cette technologie devait répondre. Ils ont ensuite réalisé une enquête dans deux endroits de Fortaleza. Les résultats de cette enquête montrent les possibilités et les limites de l’utilisation des égouts "condominiaux" dans l’urbanisation des favelas. Histoire du village, mise en oeuvre du projet, entretiens, monographies et rapports d’évaluation ont été utilisés par l’équipe qui a réalisé la recherche afin d’évaluer les effets de cette technologie.

En fin de compte, que peut-on dire au sujet des nombreuses expériences d’égouts "condominiaux" au Brésil ?

L’innovation technique, grâce au type d’implantation du système, permet d’établir des moyens de communication entre les groupes de familles et les instances publiques responsables de la mise en oeuvre des projets. Pour autant, la relation entre la communauté et les techniciens (principalement les ingénieurs)doit s’améliorer, tant par l’information des acteurs locaux que par la sensibilisation des techniciens en les associant aux organisations villageoises.

La participation des résidents aux travaux d’implantation du réseau n’est pas suffisante pour assurer le bon fonctionnement du système. Cela dépend beaucoup plus du niveau d’organisation antérieure, qui doit assurer les conditions qui, ensuite, garantiront la gestion locale.

Economiquement, l’investissement initial est réduit d’environ 30 %. Il serait aussi possible de réduire le coût dans le domaine de la gestion et de générer des emplois dans la communauté en assurant localement la maintenance. Malheureusement, même si cela avait été prévu au début, dans la conception du projet, cela n’a jamais été réalisé.

L’impact sur la santé de la population est important quand le système fonctionne bien. De plus, l’implantation du système change l’aspect physique du village en l’intégrant mieux au tissu urbain.

En ce qui concerne l’environnement, la collecte des eaux usées doit diminuer la pollution des sols et permettre l’utilisation domestique (bain, cuisine)des eaux des nappes phréatiques peu profondes. Le digesteur à décantation et le filtre anaérobic, généralement associés au réseau condominial constituent un bon pré-traitement, mais sont insuffisants pour la protection de l’environnement.

En conclusion, le système des égouts condominiaux est précieux dans les villages qui ne possèdent pas d’infrastructures, mais il exige un processus éducatif et participatif de la part de la communauté pour fonctionner. De plus, une évolution technique proposée serait faire passer le réseau par les trottoirs pour ne pas empêcher l’agrandissement des habitations sur le lot.

Mots-clés

eau, bidonville, développement urbain, innovation technique, participation des habitants


, Brésil, Fortaleza

Commentaire

Ce système représente une alternative pour décentraliser la gestion des services urbains et renforcer les organisations communautaires dans la perspective d’une plus grande autonomie locale. Articulée aux autres niveaux de la gestion urbaine, la technologie peut offrir aux usagers un meilleur degré de citoyenneté et de dignité s’ils prennent conscience de l’importance de l’eau, de sa gestion et de sa protection dans la ville.

Notes

Texte original en espagnol (Sistema de alcantarillado en traspatios), traduit par Sally ROUSSET (RITIMO-IRFED).

Source

Livre

AUDEFROY, Joël, 50 experiencias en el campo del agua y saneamiento, Habitat International Coalition (HIC), 1995 (MEXIQUE)

HIC MEXICO (Coalición Internacional para el Hábitat) - Tacuba #53, 1er. piso - Colonia Centro, 06000 México D.F.MEXIQUE - Tel: + 52-55-5512 1586 - Telefax: + 52-55-5512 6726 - Mexique - www.hic-al.org - info (@) hic-al.org

contact plan du site mentions légales