español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Culture de la guerre, culture de la paix

Philippe MAZZONI

06 / 1995

Le 8 mai 1995, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la capitulation allemande, le pape Jean-Paul II a publié un message de paix. La Phrase clé à retenir serait la suivante : "La culture de paix se construit en repoussant, dès qu’elle apparaît, toute forme de racisme et d’intolérance, en ne cédant d’aucune manière à la propagande raciste, en contrôlant les aspirations économiques et politiques, en rejetant aveuglément la violence et toute sorte d’exploitation."

Dès le début du message, on est frappé par le caractère personnel de la réflexion du pape et l’emploi de la première personne. Il revient longuement sur la deuxième guerre mondiale (qui pour lui se termine en 1989, à la chute du mur de Berlin)et sur ses conséquences. Il constate que "ce 8 mai 1995 n’est malheureusement pas un jour de paix pour plusieurs régions d’Europe", que des régimes totalitaires ont perduré sous d’autres formes, que de nombreux camps de concentration sont restés ouverts... Il insiste sur Auschwitz, "ce Golgotha du monde contemporain".

Le pape souligne aussi la responsabilité des Eglises dans ces conflits et appelle les chrétiens d’Europe à en demander pardon. Il réaffirme ensuite l’engagement de l’Eglise auprès de toutes les victimes des conflits et en appelle aux croyants de toutes les religions pour "une action plus déterminée en faveur de la paix". On se souviendra aussi de l’initiative du pape en faveur de la paix et de l’oecuménisme lors de la rencontre d’Assise en 1986.

A cause de Hiroshima et Nagasaki, "la guerre apparaît comme un suicide de l’humanité". La priorité doit être donnée à la négociation. Ce rejet de la violence avilissante se retrouve dans les prises de position du pape au moment de la guerre du Golfe, à propos de l’Afrique, du Caucase ou de l’ex-Yougoslavie. La diplomatie vaticane sait se mettre au service de la négociation comme encore récemment entre le Pérou et l’Equateur, ou pour dénoncer des embargos inadaptés (Irak, Serbie, Cuba). Le pape privilégie les organisations internationales et salue la construction de l’Europe. En refusant la logique des armes, il défend la pérennisation du Traité de Non Prolifération nucléaire et condamne le commerce des armes. Il préconise des "instruments efficaces pour le contrôle international du marché des armes" et "des organismes appropriés d’intervention en cas de crise".

Enfin, le pape s’adresse particulièrement aux jeunes en leur demandant de rejeter "les idéologies bornées et violentes", "toute forme de nationalisme exacerbé et d’intolérance", afin que "retentisse dans la conscience de tous cet appel : Aime les autres peuples comme ton peuple".

On peut regretter que le pape n’appelle jamais le nazisme par son nom, et qu’il ait toujours autant de difficultés à parler du caractère unique de la Shoah et des fautes de l’Eglise catholique. Cependant, Jean-Paul II a toujours été un apôtre infatigable de la paix et nous savons mieux aujourd’hui, grâce à lui, le lien intrinsèque qui existe entre l’attitude religieuse authentique et la paix. S’il dépeint la culture de la haine et de la mort, il veut surtout promouvoir une civilisation de l’amour et de la vérité.

Mots-clés

avenir de la planète, responsabilité citoyenne, éducation, christianisme, religion, droit, justice, droits humains, relations internationales, démocratie, développement culturel, paix, culture de paix


, , Vatican

Commentaire

Après des encycliques, des messages, des angélus dominicaux, la rencontre d’Assise, voici un message de plus du pape concernant la paix. C’est un élément supplémentaire qui montre l’implication des religions dans la construction de la paix. On peut le relier à d’autres initiatives : le livre "Ministre de la paix" (Cerf, 1994)de Mgr Dubost, évêque aux armées françaises, les objectifs de Pax Christi (dialogue, droits de l’homme, développement, désarmement, gérance de la création), la lutte contre les intégrismes, ... A noter aussi que ce terme de "culture de paix" semble s’imposer dans tous les milieux et à tous les niveaux (Cf. programme "Culture de la paix" de l’UNESCO).

Source

Articles et dossiers

WOJTILA, Karol, Message du Saint-Père Jean-Paul II à l'occasion du cinquantième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, Bayard Presse in. La Croix, 1995/05/17 (France), N° 34110

Ecole de la Paix - 7 rue Tres-Cloîtres, 38000 Grenoble, FRANCE - Tél. : 33 (0)4 76 63 81 41 - Fax : 33(0)4 76 63 81 42 - France - www.ecoledelapaix.org - ecole (@) ecoledelapaix.org

contact plan du site mentions légales