español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Une projection éthique sur la prise de possession de la planète

Philippe MAZZONI

02 / 1995

L’urgence de la crise planétaire actuelle provient de l’utilisation abusive de toutes les ressources : minérales, végétales, animales et humaines. Ce désordre universel résulte de la violence faite aux milieux de vie par une perversion des forces de production, de l’ivestissement et du contrôle, guidées par des contraintes sociales, culturelles, économiques et religieuses, et qui dérivent d’une perception arrogante de la place de l’homme dans la nature.

Mise en question écologique :

Au départ, c’est l’écologie qui a tiré la sonnette d’alarme. Puis des décideurs s’y sont intéressés, de nombreuses publications et conférences ont été faites jusqu’au sommet de Rio.

Aujourd’hui, l’écologie humaine a besoin de toutes les sciences (exactes et humaines)tant les problèmes sont imbriqués.

La toile de fond de l’escalade du pouvoir humain :

L’activité humaine au cours des siècles (cueillette, chasse et pêche, pâturage, agriculture, industrie, urbanisation, cybernétique)peut être mise en parallèle avec les dégradations à l’environnement. On peut repérer ainsi quatre types d’interactions : influence, pression, contrainte et violence. Cette progression parallèle se base essentiellement sur les libérations d’énergie successives qui augmentent la maîtrise de l’homme sur les ressources.

Avant d’apporter des réponses, il convient d’évaluer correctement la gravité relative des diverses crises environnementales. C’est là que les scientifiques ont un rôle crucial à jouer.

Cette activité humaine peut se décomposer en six phases de l’escalade du pouvoir de l’homme, pour chacune desquelles, on peut définir un principe de conduite à tenir face à l’environnement, ainsi que les différents scientifiques et décideurs qui devraient y être impliqués.

Une concentration créatrice : chocs et compatibilisations

La planification harmonieuse et pacifique de l’environnement futur ne peut se formuler que dans une entreprise interdisciplinaire. Cette action peut être structurée suivant trois ponits de repère : découverte, invention, création.

Les découvertes agrandissent le patrimoine, proposent de nouveaux objets, complètent les séries, réforment les taxonomies existantes. L’invention est moins réceptive et passive ; elle est grandement orientée vers un besoin qui dépasse l’individu et se soucie peu de se limiter à une discipline. La création porte à son paroxysme le pouvoir de l’imagination.

On ne pourra accepter le le mouvement ascendant du processus civilisateur que si l’on arrive à croire que la force constructive l’emporte sur la force destructrice. Combien de pertes humaines et de saccages de l’environnement au cours des siècles ; mais aussi combien d’utopies réalisées...

Débouché sur la paix et le refus de la violence :

Et pourtant, la sécurité, l’abri contre la violence, la paix n’ont pas encore été institutionnalisés avec succès. Le recours à la science écologique est impératif pour bien intégrer les dimensions de la paix. Une éthique environnementale peut être formulée et appliquée.

Mots-clés

avenir de la planète, responsabilité citoyenne, analyse de systèmes, décloisonnement des disciplines, protection de l’environnement, environnement, écologie


, Canada, Québec

Commentaire

Après avoir proposé des critères scientifique pour comprendre l’évolution des atteintes à l’environnement, Pierre Dansereau montre comment ces critères peuvent nous aider à définir des principes directeurs pour une action interdisciplinaire. Ces principes débouchent sur une charte et des prescriptions pour contrer la violence faite à l’environnement.

Une fois le raisonnement assimilé ainsi que le vocabulaire, le lecteur appréciera l’effort de modélisation accompli par l’auteur. Les démonstrations sont claires et les questions qui sont posées donnent envie de poursuivre l’étude. Le parti pris de l’auteur est avant tout l’optimisme.

Notes

Extrait de "Violence et coexistence humaine", actes du 2e congrès mondial de l’ASEVICO. L’auteur est directeur du Laboratoire Pierre Dansereau pour l’étude des écosystèmes et l’aménagement du territoire à l’Université du Quebec à Montréal.

Source

Livre

DANSEREAU, Pierre, Violence et coexistence humaine, MONTMORENCY, 1994 (CANADA)

Ecole de la Paix - 7 rue Tres-Cloîtres, 38000 Grenoble, FRANCE - Tél. : 33 (0)4 76 63 81 41 - Fax : 33(0)4 76 63 81 42 - France - www.ecoledelapaix.org - ecole (@) ecoledelapaix.org

contact plan du site mentions légales