español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Ce que m’ont appris les pêcheurs de Madagascar

L’expérience d’un expert du Nord après une mission

Sophie NICK

02 / 1996

Alexis MAHEUT, ancien pêcheur, dirige la coopérative de pêche du Havre et le comité local des pêches. Il a effectué des missions à Madagascar pour le compte d’une ONG française.

"- Les pêcheurs malgaches m’ont appris qu’ils attrapaient les langoustes à la main. A marée basse, la nuit, ils vont sur le récif avec de l’eau jusqu’au mollet, une lampe à pétrole et un baton à la main. L’un d’entre eux, également sur le récif a un gant en cuir et un autre se tient à proximité sur une pirogue. Ils marchent pieds nus sur le récif et attrapent les langoustes à la main. Le problème est que la lampe attire les requins et certains peuvent atteindre 4 à 5 mètres de long. Celui qui est armé du baton pointu est chargé de les repousser. Beaucoup de pêcheurs portent des séquelles de cette pêche, des morsures sur les bras et les jambes.

- Quand ils sont en campement de pêche, ils m’ont appris qu’il peut leur arriver n’importe quoi, ils sont solidaires. En mer, c’est plus difficile parce que c’est l’argent qui rentre en ligne de compte. Ils sont très débrouillards, ils font quelque chose avec rien. J’ai vu réparer les soupapes d’un moteur à la forge. Ca fait un drôle de bruit mais ça marche.

- Je me posais toujours des questions à propos des pêcheurs malgaches. Ils n’ont ni feux, ni phares, ni lumières à bord et pourtant, ils sortent la nuit et trouvent les zones de pêche. Ils partent de la côte et savent le temps qu’ils doivent mettre pour atteindre l’endroit qu’ils visent. Après, comme il y a du courant, qu’ils dérivent et qu’ils n’ont pas d’ancre, ils ne savent pas retrouver cet endroit. Mais, quand ils partent en pleine nuit, ils savent où est la zone de pêche. J’ai vérifié en mettant une bouée sur un haut-fond. Quand on est revenus le lendemain, on était tout près de la bouée, sans appareil de navigation, rien. En France, on pêche avec des amers (repères)de vue : des cheminées sur la côte, des maisons, des bosquets. Quand j’ai commencé à naviguer, on n’avait pas d’appareil à bord, on naviguait seulement en se repérant par rapport à la côte. Mais je ne sais pas comment font les pêcheurs malgaches, leur côte est toute plate. Je leur ai posé plusieurs fois la question. Ils m’ont dit : "Parce qu’on connaît, on sait l’épaisseur qu’a la côte". J’ai trouvé cela extraordinaire."

Mots-clés

pêche artisanale, mer, consultant, coopération, savoir traditionnel


, Madagascar

Commentaire

Voici la réponse donnée à un expert de la pêche européen en mission dans la bande de Gaza par un vieux pêcheur palestinien : "Tu te demandes comment on fait pour réparer nos moteurs sans moyens, pour se repérer en mer sans compas, pour construire nos bateaux sans plan, pour les abriter sans port mais c’est comme ça que faisaient tes ancêtres, tu as seulement oublié les réponses."

Notes

Entretien réalisé par Sophie Nick au Havre dans le cadre de la capitalisation d’expérience du CEASM.

Entretien avec MAHEUT, Alexis

Source

Entretien

CEASM (Association pour le Développement des Activités Maritimes) - Le CEASM a arrêté ses activités en 2001. - France

contact plan du site mentions légales