español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Un pêcheur du Nord remet en cause les experts

Sophie NICK

02 / 1996

Alexis MAHEUT, ancien pêcheur, dirige la coopérative de pêche du Havre et le comité local des pêches. Il a effectué des missions à Madagascar pour le compte d’une ONG française.

"Dès la première journée de ma première mission à Madagascar, j’ai voulu voir comment pêchaient les Malgaches et avec quel matériel. Je suis parti dans un campement de pêche pendant 17 jours pour embarquer avec les pêcheurs. D’autres experts m’ont succédé, ils ne voulaient pas mettre les pieds dans l’eau pour débarquer des bateaux.

Les experts sont généralement des ingénieurs halieutes qui ne connaissent rien aux techniques de pêche. Ils savent généralement comment il faut faire mais ils ont rarement pratiqué la pêche. Ils ne peuvent pas montrer aux pêcheurs comment ça se passe. Il y a d’autres experts qui étaient pêcheurs qui ont fait des missions à Madagascar mais ils avaient en France des bateaux de 25 mètres avec du matériel sophistiqué. Leur optique était très différente de celle des pêcheurs malgaches. Ils ne s’imaginaient pas que les gens pêchaient avec une ligne et un hameçon et ne pouvaient rien faire sur le terrain parce qu’il faut savoir bricoler un moteur, tresser des lianes pour en faire une corde. Celui qui a un bateau de 25 mètres, va à la coopérative ou chez le shipshandler et en achète 2000 mètres s’il en a besoin. Là-bas il n’y en a pas. La personne qui pêche en pirogue ne verra peut-être jamais de sa vie un bateau de 25 mètres. Souvent, les pêcheurs qui sont envoyés dans les pays du Sud ne sont pas adaptés à la pêche côtière. Il faut des personnes qui pratiquent la petite pêche, qui n’ont pas beaucoup d’argent, qui sont bricoleurs et qui ont le nez pour chercher le poisson. A bord des bateaux de 25 mètres, ils ont des appareils pour le faire."

Mots-clés

pêche artisanale, mer, coopération, consultant, coopération décentralisée


,

Commentaire

Un exemple en faveur de la coopération décentralisée, de l’entraide entre professionnels qui parlent le même langage.

Notes

Entretien réalisé par Sophie Nick au Havre dans le cadre de la capitalisation d’expérience du CEASM.

Entretien avec MAHEUT, Alexis

Source

Entretien

CEASM (Association pour le Développement des Activités Maritimes) - Le CEASM a arrêté ses activités en 2001. - France

contact plan du site mentions légales