español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La formation à l’outil grille logique, aide à la conception de projets

Une adaptation africaine pour une meilleure compréhension de la méthode

Sophie NICK

02 / 1996

L’auteur, Pierre Herry, est depuis plus de vingt ans secrétaire général du CEASM, une ONG française qui oeuvre pour le développement des activités maritimes. Il travaille notamment sur un programme régional pour la valorisation des produits de la mer à l’échelle de seize pays d’Afrique de l’Ouest. Pour initier ce projet, il a été amené à rechercher un outil de programmation et à adopter la "grille logique". Il raconte ici comment Gérald Coffi, un animateur ghanéen, explique cette méthode lors de séminaires en Afrique.

"Une des difficultés d’application de "la grille logique" est la bonne compréhension de la méthode. Nous nous sommes en effet rendus compte qu’il y a un temps de formation obligatoire, le temps de digérer le fonctionnement de l’outil. C’est pourquoi nous avons dû doubler les sessions de formation que nous avions organisées en Afrique avec les représentants des organisations professionnelles afin qu’ils puissent s’approprier cette logique. L’exercice, pendant trois jours, était sur la base d’une histoire, "le dilemme de Jean", mise au point Gérald Coffi, qui a suivi une formation de base avec Participe, la société allemande qui a mis au point la méthode. On appelle Gérald le "modérateur", c’est lui qui anime les sessions. Voici cette histoire qui lui sert de support didactique :

"Jean retourne au village Akloma après 10 ans d’étude à la grande école "Cité Pêche". Il est surpris de voir qu’il n’y a pas eu de changement au village : le grand arbre sous lequel il jouait pendant le clair de lune est toujours là, Mama Karo grille toujours ces beignets délicieux, les enfants vont toujours puiser de l’eau à la rivière Pêche...

Mais oh, combien les gens ont changé ! La belle Mathilde que tout le monde admirait et dont beaucoup d’hommes rêvaient est à présent mariée et a même quelques cheveux grisonnants et un ventre de maître de village. La petite Georgette qu’il envoyait faire les courses a grandi et est devenue une belle jeune fille avec les rondeurs à la place qu’il faut. Il y a beaucoup de monde dans le village maintenant. Les jeunes gens passent leur temps à boire du vin de palme ou à se battre, pendant que les jeunes femmes font des commérages au sujet de tout et de rien, parce qu’elles n’ont rien à faire.

On pêche moins de poissons maintenant et quelquefois, les femmes de "Cité Pêche" n’arrivent pas à temps pour acheter le poisson. A l’heure où elles arrivent, les yeux des poissons tournent au gris et ce genre de poissons ne peut qu’être revendu moins cher. Une partie est même jetée.

Les chauffeurs qui conduisent chaque jour les femmes maudissent le gouvernement pour n’avoir pas réparé la route. Résultat : ils ont du subir plusieurs pannes. Les gens continuent à aller à la plage pour se mettre à l’aise : il n’y a toujours pas de toilettes publiques à Aklowa. On déplore de nombreux cas de dysenteries et autres maladies intestinales. Ces maladies affaiblissent les paysans. Ces dernières années, la production de manioc a baissé parce que de nombreux paysans étaient malades du paludisme et des maladies intestinales. La pluie aussi a manqué un peu et la terre n’est plus fertile. Quelquefois, les prix proposés pour le manioc sont si bas que certains parmi les jeunes paysans ont émigré vers la grande ville à la recherche de travail. Jean se trouve dans l’embarras. Il veut améliorer les conditions de vie de son village. Ohene, le chef du village, pense que Jean n’est qu’un opportuniste qui vient défier son autorité. Jean est amoureux de Mahu, la seule fille de Ohene. les frères et la mère de la fille aiment beaucoup Jean. Aidez Jean à atteindre son but."

Dans une salle sans table, les participants assis sur des chaises en rond devaient formuler des idées et des propositions sur des petites pancartes multicolores (chutes de papiers)qui étaient hiérarchisées (épinglées)sur un tableau en polystyrène recouvert d’une feuille de papier. Quand ils étaient d’accord sur une construction, une logique, ils l’affichaient au mur et passaient à l’étape suivante. Ils ont commencé ainsi par faire un arbre des problèmes, en dégageant la problématique principale, un arbre des objectifs à atteindre (ce qui était négatif devient positif)et les moyens à mettre en oeuvre pour arriver à l’objectif principal. Ils ont déterminé ensuite les résultats à atteindre, les indicateurs d’évaluation et les facteurs de risque (impondérables)en s’assurant, tout au long de cette programmation de la cohérence de l’ensemble en fonction de l’objectif principal.

A travers l’histoire de Jean, chacun voyait l’application de ce qu’il avait à faire pour son propre programme. Il y avait des francophones, des anglophones et des lusophones mais, grâce à la méthode de la visualisation, il n’y a pas eu de problèmes de langues. Il n’y avait pas d’interprète. Le texte initial, seul, avait été traduit. La principale difficulté a été de faire bien comprendre aux participants la différence entre les causes des problèmes et les effets.

Si la formation n’est pas bonne, les porteurs de projets auront tendance à adopter cette grille parce qu’elle est imposée aujourd’hui par la Commission européenne à ceux qui lui demandent des fonds. Remplir un dossier sans avoir compris la logique d’ensemble est uniquement un moyen d’avoir une subvention. Il ne résout rien."

Mots-clés

pêche, mer, ONG, méthodologie, évaluation, formation


, Afrique de l’Ouest

Commentaire

Gérald, au Ghana, s’occupe de programmation de projets dans le domaine du logement social. Il applique bien sûr la "grille logique" à son travail. C’est un outil de programmation qui est aussi un outil de gestion. Pour lui, c’est aussi une méthode de communication quand il faut élucider un problème et arriver à un accord.

Notes

Entretien réalisé par Sophie Nick au CEASM dans le cadre de la capitalisation d’expérience de cette association.

Entretien avec HERRY, Pierre

Source

Entretien

CEASM (Association pour le Développement des Activités Maritimes) - Le CEASM a arrêté ses activités en 2001. - France

contact plan du site mentions légales