español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les soins actuels pour les sourds ayant des troubles psychologiques et leur développement futur en Allemagne

Manuel CAJAL

12 / 1994

Jusqu’aux années 1980, les soins psychiatriques en général étaient prodigués dans des cliniques psychiatriques où les patients étaient hospitalisés longtemps. Les réformes de 1970 ont permis de réduire le nombre de lits dans les hôpitaux en développant les services de soins au niveau local et surtout les services complémentaires en ambulatoire. En 1985, le premier service psychiatrique pour sourds a été créé dans la clinique de Lengerich en Westphalie. Pour des raisons matérielles et financières les soins spécialisés se sont développés de manière centralisée : services de conseil, services psycho-sociaux, résidences pour séjours temporaires, appartements pour handicapés sourds, maisons pour sourds alcooliques... . Il y a néanmoins une insuffisance d’institutions de ce type.

En Allemagne, manquent encore des institutions de soins pour des groupes bien précis (toxicomanes sourds, malades mentaux sourds)notamment en ce qui concerne les soins ambulatoires. Il y a d’autres lacunes : spécialistes ne maîtrisant pas la langue des signes, coût de certains services, manque de lits, éloignement important des lieux de soins.

Dans la clinique de Lengerich nous attachons la plus grande importance aux entretiens d’admission, à l’établissement du diagnostic et au traitement de pré et post-hospitalisation. Il est très important de pouvoir communiquer en langue des signes avec les patients pour poser le diagnostic, décider du traitement et proposer un projet thérapeutique adapté. Les patients viennent de toute l’Allemagne, orientés par les services où consultent les sourds et qui coopérent avec les services locaux.

De 1987 à 1990, différents travaux de recherches ont été effectués dans cette clinique. Le premier travail a été une étude des diagnostics posés, que nous rapportons. Le deuxième réunissait les données sur le traitement ambulatoire de l’ensemble des sourds reçus depuis l’ouverture. Le ministère du travail les a publiés. Suite à notre expérience nous avons dû abandonner un certain nombre de choix thérapeutiques et penser la mise en place de structures nouvelles et adaptées au niveau du soin. Parallèlement, l’association allemande pour les sourds va leur proposer un programme de formation en automne 1996. Notre expérience semble nous montrer qu’il faudrait, au sein des équipes, des membres du personnel eux-mêmes sourds formés sur le plan thérapeutique et qui suivraient des patients sourds.

Nous envisageons de développer des structures de soins aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Pour l’instant il n’est pas possible de mettre au point une base financière pour ces services car entre les organismes qui financent il y a une grande divergence dans les modalités. Il y a par ailleurs un manque de personnel sourd dans la mise en place des dispositifs. Il est donc capital que les spécialistes sourds prennent place pour travailler avec les patients sourds.

Mots-clés

formation, aide psychologique, conditions de santé, identité culturelle, échange de savoirs, formation et emploi, santé mentale, recherche action, communication et culture, service de santé, service social, relations réflexion action


, Allemagne, Westphalie

Commentaire

Nous sommes particulièrement préoccupés par la mise en place de services psychiatriques en ambulatoire avec du personnel ayant connaissance de la culture des sourds ayant une formation de soignant adaptée. Une coopération soutenue entre les services ambulatoires et les services internes paraît souhaitable. Il faut également prévoir une relation d’aide avec les parents et l’entourage du patient.

Notes

GESTES Groupe d’Etude Spécialisé "Thérapies et Surdités"a organisé à Paris le troisième congrès international de l’ESMHD European Society for Mental Health and Deafnessen décembre 1994. La publication des actes sortira prochainement.

Fiche rédigée d’après l’intervention de Ulrike GOTTHARDT-PFEIFF, psychiatre, Westfalisches Landeskrankenhaus, 4540 Lengerich, ALLEMAGNE. Tel: 49 5481 1240, Fax: 49 5481 12482

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

GOTTHARDT PFEIFF, Ulrike, GESTES

GESTES (Groupe d’Etudes Spécialisé Thérapies et Surdité) - 8 rue Michel Peter, 75013 Paris, FRANCE. Tel/Fax 00(331)43 31 25 00 - France - gestes (@) free.fr

contact plan du site mentions légales