español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Quelle coordination entre les acteurs au niveau des sous-préfectures ?

Ndiogou FALL, Masse GNING, Joséphine NDIONE, Bernard LECOMTE

03 / 1996

1. Ndiogou FALL, président de l’Union des paysans de l’arrondissement de Risso (Meckhé)

"Une cellule de coordination est mise en place au niveau de la sous-préfecture. L’ensemble des acteurs du développement (CER Centre d’Expansion Rurale, Union des groupements, les projets de la FAO, etc.)se retrouve au niveau du sous-préfet tous les mois. Les coopératives n’y sont pas. Les groupements de femmes y sont.

Le rôle assigné à ce comité est assez limité. C’est une information mutuelle, alors qu’on peut aller beaucoup plus en profondeur en disant : "Qu’est-ce que je pourrrais faire ici ou là ?" Aujourd’hui, quelqu’un dit : "Moi, j’ai une demande : est-ce que vous pouvez me fournir, etc." C’est un début. Si on l’approfondit, cela peut devenir un lieu de planification. Il appartient à des associations comme celles membres de la FONGS de pousser à ce que cela soit plus profond. Les associations ont souvent plus de moyens financiers que le sous-préfet. Lui n’a rien. Le CER non plus, même pas d’essence pour bouger bien qu’il existe la volonté de mieux collaborer de la part des agents".

2. Masse GNING, président de l’association paysanne JIG-JAM (Fissel, Sénégal):

Nous avons créé une coordination entre les ONG. C’est l’association JIG-JAM qui l’anime. Nous avions constaté que beaucoup d’activités étaient menées au centre de l’arrondissement mais qu’il n’y avait rien à l’est de celui-ci. Nous avons pris contact avec tous "les acteurs de développement" : les ONG, les groupements, les coopératives. Au total 22 organisations font aujourd’hui partie de la CAD (Coordination des Acteurs du Développement)dont 11 sont membres de son "Comité de Pilotage". Ces organisations sont aidées par la Coopération Française, l’Union Européenne, etc. Nous connaissons chacun les programmes des autres. Nous travaillons ensemble pour appuyer les animateurs en communication.

Le CAD participe au Comité Local de Développement, présidé par le sous-préfet, il y représente toutes les organisations membres. Le préfet demande que le CAD vienne aux réunions de la préfecture (Mbour). Dans l’arrondissement, il y a deux communautés rurales; les trois-quart des conseillers élus sont des membres de JIG-JAM".

3. Joséphine NDIONE, responsable de l’ONG GRAIF (Groupe de Recherche et d’Appui aux Initiatives Féminines)à Thiès (Sénégal):

"Je n’ai pas constaté de coordination. Un exemple : depuis trois ans, le GRAIF réalise, avec une quinzaine de villages, un travail d’alphabétisation; les cours ont lieu quatre après-midi par semaine avec un public féminin surtout très motivé. En 1995, des femmes de ces groupes sont contactés par le représentant étranger d’un programme de micro-réalisation pour qu’elles participent à "son" programme d’alphabétisation; elles hésitent et sont tentées de le faire car il leur promet quelques équipements pour les villageoises. Nous allons voir ce représentant et nous ne sommes pas arrivés à lui faire comprendre qu’il veuille bien aller travailler ailleurs".

Mots-clés

agriculture paysanne, organisation paysanne, diffusion de l’information, désengagement de l’Etat, ONG


, Sénégal, Risso, Fissel, Thies

Commentaire

Les associations paysannes de Risso et de Fissel ont plus de 15 ans d’âge; elles ont désormais droit de cité et font partie des acteurs invités aux réunions officielles des comités locaux et départementaux de développement. Par contre, aux environs de la ville de Thiès, il semble que chaque intervenant joue sa partie sans qu’un effort de coordination soit entrepris, mais l’action de l’ONG sénégalaise GRAIF, qui s’intéresse d’abord aux femmes, n’a que 5 ans d’âge et plus la zone est vieille plus elle est habituée à l’incohérence du système d’aide !

Notes

Interviews de Ndiogou Fall et Masse Gning en 1995. Interview de Joséphine Ndione en février 1996 (Bernard Lecomte)

Entretien avec FALL, Ndiogou; GNING, Masse; NDIONE, Joséphine

Source

Entretien ; Récit d’expérience

GRAD (Groupe de Réalisations et d’Animations pour le Développement) - 228 rue du Manet, 74130 Bonneville, FRANCE - Tel 33(0)4 50 97 08 85 - Fax 33(0) 450 25 69 81 - France - www.grad-france.org - grad.fr (@) grad-france.org

contact plan du site mentions légales