español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Citoyens médiateurs aux Etats Unis

Une expérience de médiation de quartier en Californie

04 / 1996

Juan José Romero est médiateur au Service Mennonite de Médiation à Bruxelles. Il a passé un an en Californie, dans un service de médiation spécialisé dans les conflits de proximité mettant en cause des mineurs.

"Pendant une année, j’ai travaillé dans la ville de Fresno (400 000 habitants)avec le VORP, Victim Offender Reconciliation Program, un service de médiation qui s’intéresse à la petite délinquance des mineurs. Ce service existe depuis 1984 et sa compétence est reconnue aussi bien par le Tribunal de Californie que par la police de la ville avec lesquels il travaille régulièrement. Indépendant des institutions, le VORP est cependant mandaté par l’autorité judiciaire et la police pour traiter certains dossiers qu’il choisit lui-même. Chaque semaine, un responsable du VORP sélectionne une dizaine de dossiers qu’il va ensuite confier à des médiateurs parmi les 400 - en majorité des femmes - qui, après leur formation, se sont engagés à assurer au moins une médiation par an. Plus de 400 dossiers sont ainsi traités annuellement, car certains en font beaucoup plus selon leur disponibilité, leurs compétences, etc. Ces dossiers, établis par la police, sont choisis selon les affinités des médiateurs. Le service du VORP les propose en priorité à ceux qui n’ont pas encore accompli leur "engagement annuel" ou qui ont demandé à le faire.

Contacté par le service, le médiateur va aller chercher le dossier. C’est son premier contact avec l’affaire. On lui remet les documents avec tous les renseignements nécessaires ainsi qu’un rappel de la procédure de médiation et un contrat-type de fin de médiation. Le médiateur a alors un mois pour travailler. Il est bénévole et devra donc prendre sur son temps libre.

La médiation est entièrement gratuite. Il s’agit de contacter en premier l’agresseur qui, le plus souvent, est chez ses parents. (la moyenne d’âge tourne autour de 14 ou 15 ans et cela peut aller de 10 à 18 ans maximum). On rencontre d’abord l’agresseur car, s’il refusait de participer à la médiation, la victime pourrait se sentir une deuxième fois blessée.

Cette première démarche sert à se présenter, à expliquer le sens de la démarche et ses enjeux pour l’avenir. On recueille une première version des faits, celle de l’agresseur, ainsi qu’une estimation des frais occasionnés à la victime. On avance enfin l’idée d’une rencontre avec la victime. La plupart des parents, dans les cas que j’ai vécus, sont désireux de mettre le jeune devant sa responsabilité. Ils sont favorables à cette rencontre avec la victime.

Quand l’agresseur a donné son accord, on rencontre la victime et on l’invite à rencontrer l’agresseur... A ce point de la procédure, le médiateur a pu recueillir les deux versions de l’affaire, connaître les positions des deux parties et leurs prétentions concernant une éventuelle réparation. Cette bonne connaissance du dossier va faciliter l’étape suivante : la rencontre entre les deux parties. Si les conditions sont réunies, la rencontre entre l’agresseur, la victime et leurs parents va avoir lieu dans un endroit choisi par la victime.

Une représentation parentale suffit. Le rôle du médiateur est de faire que chacun s’écoute, se comprenne si possible. La reformulation de ce qui est dit peut être utile pour savoir comment l’autre a vécu ces événements : la victime peut faire comprendre à l’agresseur ce que l’on ressent dans une telle situation. Le récit de l’agresseur permet à la victime d’entendre l’autre version, de mieux percevoir les conditions dans lesquelles l’agresseur en est arrivé là.

Cette phase de compréhension est importante pour aller au-delà de la négociation d’ordre matériel. L’agresseur a souvent des difficultés pour payer l’indemnité. Pour la plupart, ces jeunes ne travaillent pas, n’ont pas de revenus. La victime, comprenant mieux la situation de l’agresseur, peut accepter plus facilement des solutions intermédiaires comme le paiement échelonné, par exemple.

Dans cette phase de la médiation, les parents ont également un rôle important et un temps de parole leur est réservé pour qu’ils puissent soulever d’éventuelles complications, des difficultés de quelque ordre que ce soit. Ils aident l’enfant à chercher, par exemple, comment il va pouvoir payer, en posant des questions pertinentes par rapport à son argent de poche, à des économies qu’il pourrait avoir, et sur la manière dont il va gérer tout cela maintenant. Dans la médiation, les parents ont un rôle de pédagogues pour leur enfant. De plus, j’ai souvent remarqué que la victime s’implique aussi dans la recherche de solutions. Devant le jeune qui se sent coupable de l’acte qu’il a fait, qui le reconnaît, et qui cherche comment réparer. Souvent les victimes donnent un coup de main à leur agresseur pour trouver le moyen de financer le dédommagement ou la compensation financière. Parfois il va s’agir de travaux de peinture, de lavage de voiture tous les 15 jours ou des propositions de ce type qui permettront le remboursement mensuel selon le contrat signé entre les deux parties. Outre l’aspect financier, la médiation permet de gérer également la relation entre agresseur et victime. Au terme de la rencontre, l’accord de médiation est notifié dans un contrat. On fixe également une date, en général à mi-parcours de la réalisation du contrat, pour le suivi du dossier et la vérification du respect des clauses. Le travail du VORP est alors terminé. Les données sont enregistrées sur ordinateur et le dossier retourne à la justice, accompagné du contrat signé par les parties, la date du suivi et toutes les indications nécessaires. Le juge entérine la décision et l’affaire est alors classée.

La médiation obtient de bons résultats. Pour ma part, dans tous les cas où j’ai réussi à mettre en présence agresseurs et victimes, les médiations ont été réussies. Mais il n’est pas toujours possible de réunir les parties. Dans ce cas, le médiateur adresse un rapport au tribunal dans lequel il décrit pourquoi la médiation n’a pas fonctionné ou s’est arrêtée.

Moyennant une formation d’une quinzaine d’heures portant sur la théorie du conflit, quelques bases juridiques et les étapes de la médiation mémorisées par des jeux de rôles, des citoyens peuvent ainsi participer à une justice de proximité. Le maire de la ville de Fresno a contacté, l’an dernier, le responsable du VORP pour lui demander d’étendre son action dans d’autres quartiers de la ville.

Mots-clés

médiation, citoyenneté, citoyen, médiateur


, Etats-Unis, Californie

Notes

Texte en traitement de texte, remanié pour pouvoir entrer dans la base de données.

Article écrit à partir d’un entretien avec Jean-François Lecoq de l’Université de Paix de Namur (Belgique).

* Service Mennonite de Médiation, Rue Franklin 112, 1040 Bruxelles (Belgique).

Entretien avec ROMERO, Juan Jose

Source

Articles et dossiers ; Entretien

LECOQ, Jean François (France)

Non Violence Actualité - BP 241, 45202 Montargis Cedex, FRANCE - Tel 02 38 93 67 22 - Fax 02 38 93 74 72 - France - www.nonviolence-actualite.org - nonviolence.actualite (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales