español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

En amont de la microentreprise

Une expérience d’appui à l’émergence d’un projet de diversification économique dans la zone rurale de Juazeiro -Bahia, Brésil-

Nadia CHALABI

10 / 1996

Massaroca est une région semi-aride, où les activités agricoles sont consacrées aux cultures vivrières (maïs, haricot)et à l’élevage caprin. Un travail d’animation et d’appui au développement local y est mené depuis 1987 par des organismes de développement et de recherche agronomique (1). Il a conduit à la constitution de groupes d’intérêt, ou espaces de formation et de réflexion entre les individus intéressés par la mise en place d’une activité productive donnée. En 1994 une vingtaine de jeunes se sont ainsi réunis sur le thème de l’artisanat du cuir.

L’intervention, organisée dans le cadre d’une formation pour adultes, était structurée en quatre modules.

Le module préparatoire avait pour objectif l’identification du groupe et l’expression de sa demande. Ansi, au lieu d’apporter une réponse immédiate à leur demande de formation technique, les animateurs ont organisé des visites croisées et des réunions entre les membres du groupe, afin de mieux comprendre leurs motivations réelles, et de favoriser l’interconnaissance des participants. Les informations des membres quant aux utilisations et aux marchés finaux des cuirs ont été structurées collectivement. Cette première étape a montré que "l’objectif des jeunes n’était pas seulement d’apprendre à faire, comme le supposaient [les animateurs], mais de faire pour vendre".

Un second module a permis aux membres d’acquérir des connaissances sur l’environnement de l’activité et de reconstruire leur demande. Le groupe a visité des expériences locales de transformation du cuir, le marché principal d’artisanat, une tannerieindustrielle. Les données ont été organisées en tableaux de diagnostic (points positifs, négatifs, suggestions...), en tableaux de synthèse avec des figurines animées montrant l’interrelation entre la production locale, les intermédiaires et les marchés. Elles ont permis au groupe de déterminer les produits en cuir qu’il souhaiterait fabriquer, les moyens de production nécessaires, l’organisation de la production et de la commercialisation (collective ou individuelle), les modalités d’obtention des crédits.

Les deux premières étapes sont particulièrement importantes dans la structuration du groupe. Les goûts et les aptitudes des participants sont variées. Le groupe est amené à percevoir et accepter ces différences internes. Les animateurs veillent aussi à "coller" aux représentations du groupe, pour ne pas imposer leur point de vue.

C’est seulement au cours de la troisième étape que l’initiation aux techniques de fabrication commence (en l’occurrence la confection de sacs, choix prioritaire du groupe), avec un suivi des coûts de production.

Le quatrième module concerne la commercialisation *.

Ce processus d’aide à la formulation et à la structuration de la demande en vue de stimuler une activité productive a été élaboré suite à l’échec d’un premier groupe d’intérêt, qui s’était organisé autour de la peinture sur verre et de la céramique, et n’avait pas débouché sur la création d’activités. Il prévoit la valorisation d’expériences locales et le suivi-évaluation des innovations. "L’habileté des animateurs-"accoucheurs" consiste fondamentalement à savoir cerner les initiatives qui à la fois motivent vraiment les acteurs du développement local, et que ceux-ci ont la capacité de gérer". Cependant le groupe, construit autour d’une demande d’appui pour l’apprentissage d’une nouvelle activité, peut n’être qu’une organisation transitoire : "Lorque la maîtrise individuelle est acquise,l’appartenance au groupe peut devenir superflue (...)

Mots-clés

diversification des productions, assistance technique, innovation, petite et moyenne entreprise, création d’activité, artisanat, relations avec le marché, recherche action, milieu rural, technicien et paysan, vulgarisation agricole, structure d’appui, jeune


, Brésil

Commentaire

Les auteurs soulignent que dans les politiques d’appui aux petites entreprises, la connaissance et l’encouragement du processus d’émergence de ces entreprises sont souvent négligés. Pourtant, comme l’illustre l’expérience pédagogique d’accompagnement à la "gestation" et à la maturation d’une initiative économique de Massaroca, suivre les étapes en amont de la création des entreprises permettrait certainement de réduire leur taux d’échec.

Notes

*non réalisé au moment de la rédaction de l’article-source.

(1)EMATER-Bahia= Entreprise d’assistance et de vulgarisation rurale de l’Etat de Bahia

EMBRAPA-CPATSA= entreprise brésilienne fédérale de recherche agronomique - centre de recherche du tropique semi-aride. CP 23. 56300 Petrolina PE. BRESIL/Fax (55)81862 17 44

CIRAD-SAR= Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement-département Systèmes Agroalimentaires et Ruraux. Adresse : cf. ALTERSYAL

-ADAC= association pour le développement et l’action communautaire. ONG de Bahia

EBDA-Bahia= entreprise bahianaise de recherche etdéveloppement agricoles

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

BERTIN, Laurent, Diagnostico rapido dos sistemas de comercilizaçâo de carnes e peles a partir do distrito de Massaroca (Juazeiro-BA)., 1995; * <SILVA, P.C.G. da>, 1994. Um sistema de financiamientodasatividades rurais adaptado à pequena producâo da regiâo de Massaroca, Juazeiro-BA. Campina Grande : Universidade Federal da Paraiba. 260 p. Tese de Mestrado.; <TONNEAU, Jean Philippe>et al., 1989. <Massaroca>: uma experiência de planejamento comunitario. Petrolina : EMBRAPA-CPATSA; D'autres travaux de recherche etdéveloppement sont menés au CIRAD-SAR sur le thème de l'Agroindustrie rurale <AIR>et des Petites Entreprises Agroalimentaires <PEA>, notamment en collaboration avec l'<IICA>=Institut Interaméricain de Cooperation pourl'Agriculture. Apartado 55, 2200, San José, COSTA RICA. Fax (506)229 47 41, dans le cadre du PRODAR

ALTERSYAL (Alternatives Technologiques et Recherche en Systèmes Alimentaires) - Coronado, San José, COSTA RICA c/o CIRAD-SAR, 73 rue J.F.Breton - BP 5035- 34032 Montpellier cedex 1. FRANCE - Tél. 04 67 61 57 01 - Fax 04 67 61 12 23

contact plan du site mentions légales