español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Suite à l’implantation de fromageries rurales, la petite région de Salinas, Equateur, connaît un développement économique et social durable

Florence TARTANAC

10 / 1996

Salinas est un village des Andes Equatoriennes, situé à 3500 m d’altitude dans la province de Bolivar à 260 km au sud de Quito. Le territoire couvert par la commune est constitué de zones allant de 600 m jusqu’à 4200 m d’altitude, avec une géographie assez accidentée. Les activités agricoles traditionnelles sont l’élevage bovin laitier qui se pratique de manière extensive sur les pâturages naturels de la région et une agriculture d’auto-consommation.

Dans le cadre d’un projet d’agroindustrie rurale, une fromagerie a été implantée à Salinas, avec l’aide de la coopération suisse (1). Nous en avons étudié l’impact socio-économique (2). Il est difficile d’affirmer que les conditions de vie à Salinas ont changé seulement grâce à l’installation de la fromagerie. En fait, c’est tout un processus qui parallèlement au développement de la fromagerie et des autres activités a permis d’atteindre le résultat actuel. Aucune étude n’a été menée jusqu’à présent pour évaluer la situation avant et après le projet. Les seuls éléments que nous ayons à notre disposition sont les propres critères des habitants quant à l’évolution de leur niveau de vie, l’avis des techniciens ayant travaillé dans la zone et la connaissance du terrain qui permet d’apprécier de visu les résultats.

Il y a à peine 20 ans toutes les maisons étaient en terre avec un toit de paille, l’habitat traditionnel des Andes Equatoriennes appelé choza et encore utilisé dans la majeure partie de la région. Actuellement presque toutes les maisons de Salinas sont en brique, avec 2 étages. Un projet de construction de nouvelles maisons pour les jeunes du pays qui veulent s’installer est en cours. Un hotel se construit et dans le village plusieurs maisons plus grandes et plus confortables sont en construction, ce qui montre l’augmentation du niveau de vie de la population et son désir d’améliorer son habitat. Le village est maintenant équipé d’un réseau de distribution d’eau courante, de l’électricité et d’une route carrossable.

Il n’existe aucune étude de la situation nutritionnelle de la zone, mais l’on sait que l’existence du projet a fortement augmenté la consommation de fromages dans la région. Cette augmentation s’est faite de façon progressive. En effet le fromage n’était pas un produit très consommé, sinon sous forme de quesillo, un lait caillé artisanal davantage destiné à la vente qu’à la consommation. Le curé du village a particulièrement contribué à cette promotion, apportant et offrant des fromages aux familles les plus pauvres. Les habitants de la zone, c’est-à- dire les producteurs de lait eux-mêmes, achètent de plus en plus de fromage pour leur propre consommation, ce qui améliore le régime alimentaire des familles et en particulier des enfants.

Ces améliorations sont en fait le reflet de toutes les activités économiques qui sont apparues dans le village depuis la création des fromageries. Sur le territoire du canton de Salinas, on en compte actuellement 7, en plus de celle du chef-lieu lui-même, réparties dans les villages environnants.Les autres activités sont de 2 types : productives et de services.

Pour la production, on peut mentionner une filerie de laine naturelle relativement moderne qui regroupe toute la production de laine de la région, le tricotage de pull-over"typiques" par les femmes, une charcuterie artisanale qui vend ses jambons et saucissons à Quito, une fabrique de boutons et de petit artisanat de tagua (aussi appelé ivoire végétal), une menuiserie, une boulangerie, le séchage des champignons, une embouteilleuse d’eau minérale naturelle et l’élevage de truites.

Les activités de service sont la création d’un magasin d’achat des produits agricoles et de vente de produits d’épicerie et d’intrants agricoles; un service de crédit agricole grâce aux coopératives d’épargnes et crédits qui existent dans chaque communauté; l’accès à une assistance technique en élevage et agriculture grâce aux techniciens d’UNORSAL, Union des Organisations de Salinas; la promotion de projets agricoles de reforestation et lutte contre l’érosion; des facilités pour l’achat de terres agricoles à la commune ou aux haciendas voisines; de meilleures conditions médicales grâce à la création d’un dispensaire et à la présence constante d’un médecin; un système éducatif presque complet avec des écoles allant de la maternelle jusqu’au collège.

En 1989, environ 95% des familles du canton de Salinas ont un ou plusieurs membres affiliés à l’une des nombreuses organisations de la région : coopératives d’épargnes et crédits, fromageries, coopérative de production laitière ou agricole. Ainsi l’organisation qui regroupe toutes ces coopératives de base, l’UNORSAL représente-t-elle la quasi-totalité de la population. Quant au nombre d’associés des seules fromageries pour l’ensemble du pays, en 1989 on en comptait près de 1000, ce qui représentait un nombre approximatif de bénéficiaires de plus de 3000 familles.

Mots-clés

développement local, lait, association de producteurs, participation paysanne, conditions de vie, étude de cas, économie rurale, renforcement des groupes de base, coopérative, alimentation, changement économique, tradition et modernité, création d’entreprise


, Équateur

Notes

L’auteur de la fiche travaille pour ALTERSYAL/INCAP.

(1)Le projet initial a été monté officiellement entre la Coopération Suisse et le Ministère de l’Agriculture. Cependant si ces 2 entités ont joué un rôle important dans le projet, en particulier pour les aspects techniques, d’autres organisations sont également intervenues, abordant les aspects d’organisation et de développement social qui se sont révélés indispensables à la réussite du projet.

(2)Etude conduite par F. Tartanac dans le cadre de sa thèse sur le thème "Agroindustrie rurale AIRen Amérique Latine : dynamique de l’innovation et développement local. Impact socio-économique de huit projets". Contact : TARTANAC, Florence/INCAP= Institut de Nutrition d’Amérique Centrale et Panamá, Calzada Rossevelt Zona 11. Apartado postal 1188. GUATEMALA. Tel (502)2-72 37 62 Fax (502)2-7365 29

Source

Texte original ; Thèse et mémoire

Lire également :<SORIA, Román>et<ILLINGWOTH, Vicente>. <Queserias rurales en los Andes : la experiencia de Salinas, Ecuador>. In : <Cuadernos de Agroindustria Rural>. 1989/03. <IICA>-<CELATER>: San José, Cali. Doc-Esp-3. 52 p. ISSN 0121-1188

ALTERSYAL (Alternatives Technologiques et Recherche en Systèmes Alimentaires) - Coronado, San José, COSTA RICA c/o CIRAD-SAR, 73 rue J.F.Breton - BP 5035- 34032 Montpellier cedex 1. FRANCE - Tél. 04 67 61 57 01 - Fax 04 67 61 12 23

contact plan du site mentions légales