español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Fraternité-Cuisine, maïs-télibo-champagne

Une visite chez Eulalie Ahouassou, restauratrice béninoise et formatrice dans le cadre d’un programme régional d’échange de savoir-faire agroalimentaires

José MUCHNIK

06 / 1996

Eulalie Ahouassou a formé des restauratrices dans le cadre du projet AVAL (1). Son expérience doit être retracée dans un film documentaire. José Muchnik, chercheur impliqué dans le projet nous raconte sa visite chez Eulalie, en compagnie du réalisateur Pierre Barrot (2).

Eulalie nous accueille : "C’est ma mère qui m’a appris. Avant, on faisait gargote, midi et soir. Maintenant, c’est fini, on ne sert plus ici. Maintenant on fait traiteur, on vend pour des mariages, des séminaires...Le menu peut aller de 1500 F CFA à 5000 FCFA, on s’adapte aux clients". Elle sort une facture de son entreprise "Fraternité-Cuisine". Cinquante menus (pâte d’igname, tomate, sauce poulet, salade)à 2500 F CFA chacun, soit 125 000F CFA. "On s’adapte également au goût des clients."

Eulalie AHOUASSOU nous expose avec fierté sa stratégie commerciale. Une gamme de produits diversifiée... Des plats occidentaux avec une petite touche béninoise, ça va bien pour certains colloques, car les experts se méfient mais ils veulent manger africain; des plats locaux, bien traditionnels, pour une cérémonie de mariage, un enterrement... "Nous avons vingt personnes pour la cuisine et quarante pour faire le service". J’aperçois deux jeunes filles traversant la cour, jupe bleue, blouse blanche très élégantes. J’imagine qu’il s’agit du personnel de service.

"Nous avons des relais dans plusieurs villes, à Porto-Novo, à Ouidah... Oui, maintenant, nous avons fermé la gargote, on ne fait que le travail en gros. Mais on a préparé quelque chose pour vous". Je me lève, non sans difficultés, du fauteuil dans lequel j’étais enfoncé, pour passer à table. Je demande d’abord les toilettes; je traverse deux chambre pour arriver à la cour du fond; il y a des casseroles et des plats même sous le lit ; une vraie entreprise africaine de restauration.

"Pourle titre du film, il ne faut pas chercher loin, me dit Pierre à table. Fraternité-Cuisine, ça ira très bien."

Eulalie revient avec le plat de résistance, télibo-pintade, sauce gluante. Il faut arroser ça, elle sort une bouteille de champagne français bien fraîche. Je pensais alors que "télibo-champagne" ferait également un bon titre pour le film... mais moins parlant... mieux vaut le garder sous le coude. Le télibo, c’est une pâte d’igname plutôt marron...après tout, ça se marie bien avec du champagne.

Il est environ treize heures trente, treize pour la montre et trente pour la température ambiante dans cette pièce... mur bleu clair, photos de famille, télé et fauteuils dans un coin, grande table et frigo dans un autre... Malgré toute les résistance qu’on lui oppose, Eulalie débouche la deuxième bouteille de champagne; la conversation coule naturellement. Eulalie nous raconte comment elle a accueilli ses soeurs burkinabé et sénégalaises pour leur apprendre à faire des préparations à base de maïs... transmission de savoir-faire, dirions-nous, nous autres chercheurs, dans notre langage... l’amiwo, l’ablo, l’akassa, et d’autres mets délicieux... Ensuite, elle est allée au Burkina et au Sénégal pour travailler sur place à la diffusion de ces savoir-faire ; il a fallu adapter la technique - le maïs au Burkina est plus dur qu’au Bénin. Elle trouve que ce projet est très bien, qu’il permet de voyager, de se rencontrer, de connaître des gens, d’apprendre des choses nouvelles...

"Bien sûr, je suis d’accord pour participer au film, ça va me faire de la publicité". Pierre a l’air content. Il est journaliste, écrivain; il fait des films documentaires pour une agence spécialisée (3); il doit trouver que l’expérience d’Eulalie et Fraternité-Cuisine fournit un bon scénario...

Aujourd’hui, six mois après,je rédige cette fiche, je sais que les financements sont accordés, que le film va pouvoir se faire... mais alors quand la deuxième bouteille de champagne exhalait son dernier soupir, je me disais qu’ils sont bien agréables, ces petits moments où l’on ne parle plus d’acteurs sociaux et de leurs stratégies, où nos discours s’arrêtent pour laisser parler le monde... et on est là, avec le télibo et le champagne, un peu plus de champagne que de télibo, sur le fil du repas... moi aussi j’étais content, un peu de recherche, un peu de poésie... une bonne "concertation" des coeurs et des acteurs.

Mots-clés

petite et moyenne entreprise, chercheur, vidéo, journaliste, femme, formation professionnelle, acculturation, recherche action, diffusion de l’innovation, valorisation des savoirs traditionnels, alimentation, coutume alimentaire


, Bénin, Burkina Faso, Sénégal

Notes

(1)AVAL=Action de VALorisation de savoir-faire locaux et promotion des activités économiques

Projet coordonné par le CERNA-UNB et le CIRAD-SAR.

Contacts :

1. NAGO, Mathurin(doyen de la FSA-UNB),HOUNHOUIGAN, Joseph(chef du DNSA)

CERNA= Centre d’Etudes Régional en Nutrition et Alimentation

UNB= Université Nationale du Bénin

FSA= Faculté des Sciences Agronomiques

DNSA= Département de Nutrition et Sciences Alimentaires. BP 526, Cotonou, BENIN. Fax (229)30 02 32

2.MUCHNIK, José,CIRAD-SAR= Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement-département Systèmes Agroalimentaireset Ruraux). Adresse : cf. ALTERSYAL

3. DIAWARA, Bréhima,LBTA-CNRST= Laboratoire de Biochimie et Technologie Alimentaire-Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique. BP 7197-7047, Ouagadougou. BURKINA-FASO. Tel (226)32 46 46/45 04 - 31 53 21. Fax (226)32 45 95

4.SOKONA, Khanata,BROUTIN, Cécile; ENDA-GrafBP 13069, Dakar Grand Yoff, SENEGAL. Tel (221)24 20 45 Fax(221)25 32 15

(2)BARROT, Pierre, PERISCOOP,SYFIA/BP 01. 3315. Cotonou. BENIN. Tel (229)31 18 27. Fax (229)31 18 29

(3)PERISCOOP PRODUCTIONS, Agropolis International, 34394 Montpellier cedex 5. FRANCE. Tel (33)4 67 04 75 16. Fax (33)4 67 04 75 85

Source

Texte original

ALTERSYAL (Alternatives Technologiques et Recherche en Systèmes Alimentaires) - Coronado, San José, COSTA RICA c/o CIRAD-SAR, 73 rue J.F.Breton - BP 5035- 34032 Montpellier cedex 1. FRANCE - Tél. 04 67 61 57 01 - Fax 04 67 61 12 23

contact plan du site mentions légales