español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La régie de quartier des Flamands

La gestion collective par les habitants d’un patrimoine disqualifié

Noël CANNAT

12 / 1993

ORIGINES DU PROJET. La médiocrité de conception architecturale du groupe d’habitations à loyer modéré (HLM)"Les Flamands", les malfaçons techniques et le prix élevé des loyers ont, dès son origine en 1972, rendu ce programme peu attrayant et il a été boudé par les classes moyennes. Le peuplement a donc été effectué par un nombre important de familles en difficulté ou exclues des autres types d’habitat et la cité a ainsi acquis une réputation très négative à Marseille, symbolisant tous les facteurs de rejet.

OPERATION. En 1981, l’organisme HLM envisageait de démolir une partie de ce programme. C’est alors que la mise en place d’une Régie de quartier, sous la responsabilité d’un groupe d’habitants, a été négociée avec l’organisme logeur qui, après de nombreuses hésitations, a accepté de déléguer à cette structure des missions ponctuelles dans le quartier (entretien, petites réparations...). La régie est rapidement devenue un lieu de dialogues et de débats, dépassant ainsi largement son rôle initial.

A ce jour, la Régie emploie plus de 70 salariés et a contribué à modifier la situation et l’image du quartier. Elle sert aussi de moyen d’insertion pour de nombreux jeunes. Par ailleurs, les salaires versés permettent aux bénéficiaires de sortir du cycle de l’assistanat total.

FINANCEMENT. La première phase de diagnostic et de sensibilisation a été financée par l’organisme logeur avec une subvention d’Etat. La Régie a par ailleurs utilisé toutes les procédures publiques de lutte contre le chômage et recherché les modalités lui permettant de faire rémunérer au juste coût sa fonction d’insertion sociale.

OBJECTIF. La Régie des Flamands a pour objectif un "équilibre budgétaire" assuré par les prestations qu’elle fournit. Les prix pratiqués sont ceux du marché en matière d’entretien et de travaux.

EVALUATION. Devant le succès d’une telle expérience et malgré certaines difficultés de gestion initiales, l’organisme HLM a décidé d’élargir l’expérience à d’autres cités.

Mots-clés

exclusion sociale, réhabilitation de l’habitat, logement social, immigré, chômage, participation populaire, insertion sociale, financement du logement, participation des habitants, peuplement


, France, Marseille

Commentaire

L’expérience des Flamands a mis en lumière différents aspects :

- Dans les situations extrêmes, la nécessité de trouver parmi les habitants une capacité de dialogue et de négociation est plus que jamais impérative. Cette capacité ne se résume pas à une organisation formelle ou institutionnelle du partenariat.

- C’est sur des problèmes concrets concernant la vie quotidienne des habitants que peut se cristalliser la capacité d’organisation et l’amorce du dialogue avec les usagers.- Pour pouvoir un jour débattre de l’avenir d’une cité et de l’engagement d’un programme de transformation, il est impératif que l’organisme logeur retrouve sa crédibilité en assurant la maintenance du quotidien dans des conditions satisfaisantes.- C’est la revendication de dignité, de responsabilité et de citoyenneté qu’expriment à leur manière les locataires, même si cette expression se manifeste parfois par des dégradations matérielles.

Source

Rapport

CERFISE; OPAC, S.N., 1989/11 (France)

France. Ministère de l'Equipement - Arche Sud, 92055 La Défense Cedex, FRANCE - Tél. : 33 (0)1 40 81 21 22 - Fax : 33 (0)1 40 81 63 78 - France - www.equipement.gouv.fr

contact plan du site mentions légales