español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Proposition pour la création de mutuelles de solidarité et outils financiers associés adaptés au contexte africain

Agnès CUNEGATTI

05 / 1996

Une mutuelle de solidarité est un groupe de personnes qui se connaissent et décident ensemble de cotiser en vue d’atteindre certains objectifs communs ou de transformer les sommes collectées en crédit rotatif entre les membres.

La mutuelle de solidarité diffère de la tontine dans la mesure où elle constitue son capital avant de prêter et octroie les crédits en fonction des besoins de chacun et non de manière uniforme pour tous.

Les cotisations peuvent être récupérables - et utilisées pour constituer un fonds de crédit par exemple- ou définitives - dans ce cas elles sont souvent attribuées aux besoins sociaux-. Après une période d’accumulation dont la durée est fixée par le groupe, la mutuelle de solidarité octroie des crédits aux membres, ainsi qu’aux non-membres si elle le souhaite. La mutuelle de solidarité sera gérée par un comité élu par les membres. Toutes les décisions de crédit seront prises par l’ensemble des adhérents en assemblée générale.

A partir d’une mutuelle, il est possible de constituer une caisse de crédit, un fonds d’urgence et/ou une caisse de refinancement.

La caisse de crédit sert au petit crédit local. Les membres cotisent pendant un certain temps le montant qu’ils souhaitent ; la cotisation est récupérable. Une fois qu’un certain capital est accumulé, les membres se prêtent entre eux, en fonction des besoins et des garanties morales ou réelles des demandeurs de crédit.

Le fonds d’urgence n’est pas réellement obligatoire, mais il complète utilement une mutuelle de solidarité. Il est alimenté par des cotisations définitives, non récupérables, dont le montant est fixé par les membres. Dans un premier temps, il peut n’apporter qu’une petite contribution à un membre qui se trouve dans une situation difficile ; plus tard, il pourra déboucher sur un système d’assurance plus sophistiqué (du type assurance hospitalisation) et il pourra aussi couvrir plus de besoins, y compris dans le domaine agricole.

La caisse de refinancement se justifie par le fait que les besoins de financement, en particulier du milieu rural, sont immenses et souvent délaissés par les pouvoirs publics. L’argent collecté dans le milieu ne peut suffire à lui seul pour satisfaire tous ces besoins. C’est par cette caisse que pourront transiter les fonds de crédit rural. Cependant, elle ne sera alimentée que si elle a fonctionné correctement pendant une certaine période.

La mutuelle de solidarité permet d’introduire la banque de manière pédagogique et simple au sein du village. Elle est gérée par les populations elles-mêmes, ce qui les rendra peu à peu capables de bien comprendre le système et les enjeux de la banque communautaire. Gérant leur mutuelle avec peu de moyens, elles veilleront certainement à ce que la banque communautaire assure ses services sans dépenser outre mesure. Elle permet une solidarité immédiate. Elle donne une structure d’accueil aux refinancements externes qu’elle peut aussi sécuriser si le volume octroyé est fonction de la qualité de gestion des caisses préexistantes. Enfin, elle permet une accumulation rapide de l’argent au sein du groupement.

Mots-clés

système d’épargne et de crédit, méthodologie, mutuelle


, Afrique

dossier

Microfinances pour le développement : diversité et enjeux des crédits alternatifs

Commentaire

Cette proposition pour la création d’une mutuelle de solidarité est à rapprocher des propositions pour la banque communautaire, la société de développement et le club d’investissement, quatre outils financiers qui peuvent être mis en place de façon progressive et qui se complètent efficacement.

Source

Livre

TAILLEFER, Bernard, Khartala, 1996 (France)

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales