español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Gestion sociale de la ville : programme d’échanges Sud Nord

Le Tandem Lunéville-Thiès, ses attentes et ses questionnements

Françoise TOUTAIN

08 / 1994

Le programme "gestion sociale de la ville : programme d’échanges Sud Nord" mené en 1993 par les équipes enda Graf (Dakar)et enda délégation (Paris)est un programme d’échanges de pratiques, de réflexions, d’analyse de situation sur les problématiques urbaines. L’idée est d’apporter en France, pays du Nord, les savoir faire et compétences du Sud, en l’occurence le Sénégal, en termes de participation populaire, de médiation, de renforcement du lien social et d’amener en retour le regard de travailleurs sociaux et habitants de quartier habitués à réfléchir et à agir au coeur des banlieues françaises.

L’ASAL (association de Solidarité avec les Arabes de Lunéville), accueille une médiatrice populaire et un travailleur social sénégalais. L’ASAL compte environ 150 membres de 6 origines ethniques différentes. Elle travaille en partenariat avec la FOL (Fédération des Oeuvres Laïques).Au démarrage du programme, en mars 1993, cette association traverse une passe difficile. Effectivement, il semble qu’elle soit désertée par ses adhérents et membres actifs, et soit, de ce fait, un peu moribonde. Parmi ses activités se trouvent, entre autres, l’organisation de cours d’arabe pour enfants d’immigrés, d’activités périscolaires, de l’alphabétisation ... qui visent à permettre aux adhérents de s’exprimer dans leur langue d’origine et à favoriser l’insertion des jeunes dans leur quartier.

A Lunéville, ville de 22 000 habitants située dans la banlieue de Nancy, trois quartiers sensibles ont été repérés : Niederbronne, Edmond Brau et Georges de la Tour. Les accueillants se proposent de remettre aux deux Sénégalais les documents et études qui ont été produits sur ces quartiers et de leur faire rencontrer le chef de projet urbain de la ville. Pour répondre aux attentes des Sénégalais, outre les contacts évidents au sein de l’association, les accueillants proposent de leur faciliter des rencontres avec les autres acteurs de la ville, afin de leur offrir un panorama un peu exhaustif de la situation sociale de la ville. Quant à eux,ils attendent des animateurs sénégalais l’apport de leur regard extérieur, marqué d’une autre expérience. Pour cela, ils ont besoin de mieux comprendre ce qu’ils font à Thiès, comment ils travaillent. Ceux-ci leur expliquent alors qu’à Thiès, les animateurs s’appuient sur des "personnes ressource", c’est-à-dire des individus qui "s’intéressent réellement aux intérêts des habitants de leur quartier", des gens qui, du fait de leur âge ou de leur position, connaissent bien le quartier et qui sont reconnus par les autres habitants comme étant sages et "propres" (moralement honnêtes).

A partir du même champ que celui qui caractérise les activités de l’ASAL,c’est à dire les activités sportives et culturelles, les animateurs de Thiès cherchent à aller plus loin : ils ont le projet de créer une nouvelle structure, sous la forme d’un Groupement d’Intérêt Economique (GIE)pour répondre aux préoccupations économiques des habitants. Les accueillants de Lunéville proposent donc aux animateurs sénégalais de s’interesser plus particulièrement au sport et à la culture et, éventuellement, de chercher les possibilités d’une orientation économique. C’est en travaillant ensemble que l’équipe franco sénégalaise de Lunéville va dégager un programme de travail. Le processus n’est pas défini au départ, il est à construire, avec, en ligne de mire, la réalisation d’un projet commun.

Mots-clés

ville, milieu urbain, participation des habitants, développement urbain, interdépendance culturelle, organisation de quartier, association d’habitants


, France, Sénégal, Lunéville

Commentaire

On peut constater que les deux animateurs sénégalais possédaient peu de pistes d’actions, peu d’information lors de leur arrivée. Les deux membres de l’ASAL n’ont pas formulé d’attentes claires par rapport à eux. Ceci est du en partie au fait que la FOL, qui avait négocié pour l’ASAL les termes de l’échange avec Enda, ne s’est pas trouvée en mesure d’assurer sur place la préparation et l’accompagnement de la démarche. Pourtant, malgré ce départ un peu à "l’aveuglette", le travail réalisé sur ce site pendant les deux mois de présence des intervenants sénégalais a été fort interessant et a permis de redonner un nouveau départ à l’ASAL.

Notes

Toutes les coordonnées des associations et autres structures étant intervenues dans ce programme sont disponibles à ENDA (adresse ci après).

Source

Rapport ; Autre

BICHE, Brigitte; DA COSTA, José, ENDA TIERS MONDE, Gestion sociale de la ville : villes et lutte contre les exclusions : l'urgence des solidarités sud/nord, nord/sud, 1994/01; En complément de ce rapport final, plusieurs documents internes ont été utilisés. Contacter ENDA.

ENDA TIERS MONDE. Délégation Europe - 5, rue des Immeubles industriels, 75011 Paris, FRANCE - Tél. : 33 (0)l 44 93 87 40 - Fax 33 (0)1 44 93 87 50 - France - perso.wanadoo.fr/enda-delegation - enda-europe (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales