español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Gestion sociale de la ville : programme d’échanges Sud nord

Questionnement de départ et dispositif de l’action

Françoise TOUTAIN

09 / 1994

Le programme "gestion sociale de la ville : programme d’échanges Sud Nord" mené en 1993 par les équipes enda Graf (Dakar)et enda délégation (Paris)est un programme d’échanges de pratiques, de réflexions, d’analyse de situation sur les problématiques urbaines. L’idée est d’apporter en France, pays du Nord, les savoir faire et compétences du Sud, en l’occurence le Sénégal, en termes de participation populaire, de médiation, de renforcement du lien social et d’amener en retour le regard de travailleurs sociaux et habitants de quartier habitués à réfléchir et à agir au coeur des banlieues françaises.

Le postulat qui est à l’origine du processus d’échange entre des animateurs de trois villes françaises et des animateurs de trois quartiers sénégalais est qu’il n’y a de développement social que participatif. La méthode et le dispositif d’évaluation qui découle de ce postulat s’articule autour de trois questions principales : - le fondement expérimental de la démarche a conduit les initiateurs à s’interroger sur la pertinence d’un tel processus d’échanges. Côté français : la pratique de la médiation sociale en termes de projets de développement telle qu’elle est pratiquée par les animateurs des quartiers sénégalais peut elle générer un changement de stratégie et de pratique chez les animateurs français ? Côté sénégalais : que vont retirer les populations des quartiers dans lesquels travaillent les animateurs sénégalais du séjour de ces derniers en France ? Pour tous : est-ce que cette expérimentation recouvre une validité suffisante pour constituer un modèle innovant de coopération dans le champ du développement social et urbain ?

Une autre série de questionnements portait sur la cohérence du processus, c’est-à-dire sur ce qui constitue les aspects dynamiques et les résistances au programme. Comment s’articulent les équipes franco-sénégalaises dans leurs actions sur le terrain ? Est-ce que les animateurs détectent dans leur pratique une forme de droit alternatif basé sur une forme de médiation ? Est-ce que les différentes étapes qui correspondent au processus d’échange conduisent à la formulation d’un projet commun ?

Enfin, une troisième interrogation porte sur l’impact possible de ces échanges en termes de pratique professionnelle : impact auprès des habitants, formulation de projets franco-sénégalais à l’échelle de chaque site.

Chronologiquement, le processus d’échange se déroule comme suit. En janvier et février 1993, l’échange se prépare à Dakar avec les Sénégalais concernés, en France avec les équipes accueillantes (définition des objectifs, signature de convention,...). En mars et avril, les 3 binômes d’intervenants sénégalais (un travailleur social et un médiateur populaire)de la Médina, de Yoff et de Thiès interviennent aux côtés des praticiens français sur les sites du Havre, de Longjumeau et de Lunéville. En mai et juin, les intervenants sénégalais agissent séparément sur leur terrain respectif. En juillet, des intervenants français se rendent à Dakar pour se confronter aux pratiques sénégalaises sur le terrain. Août et septembre, chaque équipe sur son propre terrain met en oeuvre les axes de travail définis de façon pluraliste et commune. En octobre, avec le retour des intervenants sénégalais, un bilan de l’opération est effectué sur chaque site français ainsi qu’une évaluation du processus d’échanges sud/nord. Décembre, restitution d’un rapport général de l’opération. Un comité de pilotage encadre l’ensemble du processus. Outre les membres d’enda Tiers Monde (délégation en Europe et antenne enda GRAF), il est composé de représentants de la Délégation Interministérielle à la Ville, du Ministère de la Justice, du ministère de la Coopération, de la DAEI du Ministère de l’Equipement, d’ancien conseiller du Ministre de la Coopération. Enda Tiers Monde assure la coordination générale aidé en cela par une sociologue chargée de l’appui méthodologique et d’un sociologue qui évalue les actions sur Lunéville et Thiès. L’équipe de juristes de l’association "Juristes Solidarités" apporte son appui sur les questions de droit alternatif.

Mots-clés

ville, milieu urbain, interdépendance culturelle, politique de la ville, innovation sociale


, France, Sénégal

Commentaire

Pour la réalisation de cet échange, novateur dans ce domaine, les initiateurs ont mis en oeuvre des moyens pour suivre et garantir sa faisabilité tout au long du processus. Chacune de ces institutions et associations y venaient avec ses propres enjeux et questionnements. Les unes voulaient y trouver des pistes de réflexion dans un schéma plus général sur le développement social urbain, les autres voulaient y rencontrer des orientations et axes de travail plus immédiat. Il serait bon de vérifier, en fin de processus, si ces moyens se sont avérés suffisants ou non, efficaces et opportuns et, surtout, si chacune y a truver son compte.

Notes

ENDA GRAFSahel, BP 13069, Grand Yoff, Dakar. SENEGAL

Toutes les coordonnées des associations et autres structures étant intervenues dans ce programme sont disponibles à ENDA (adresse ci après).

Source

Rapport ; Autre

BICHE, Brigitte; DA COSTA, José, ENDA TIERS MONDE, Gestion sociale de la ville : villes et lutte contre les exclusions : l'urgence des solidarités sud/nord, nord/sud, 1994/01; En complément de ce rapport final, plusieurs documents internes ont été utilisés. Contacter ENDA.

ENDA TIERS MONDE. Délégation Europe - 5, rue des Immeubles industriels, 75011 Paris, FRANCE - Tél. : 33 (0)l 44 93 87 40 - Fax 33 (0)1 44 93 87 50 - France - perso.wanadoo.fr/enda-delegation - enda-europe (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales