español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Gestion sociale de la ville : Programme d’échanges Sud Nord

Séjour et bilan de l’intervention des participants de Lunéville à Thiès

Françoise TOUTAIN

10 / 1994

Le programme "gestion sociale de la ville : programme d’échanges Sud Nord" mené en 1993 par les équipes enda Graf (Dakar)et enda délégation (Paris)est un programme d’échanges de pratiques, de réflexions, d’analyse de situation sur les problématiques urbaines. L’idée est d’apporter en France, pays du Nord, les savoir faire et compétences du Sud, en l’occurence le Sénégal, en termes de participation populaire, de médiation, de renforcement du lien social et d’amener en retour le regard de travailleurs sociaux et habitants de quartier habitués à réfléchir et à agir au coeur des banlieues françaises.

A l’issue d’un séjour d’un mois au Sénégal, les deux Français de Lunéville ont rédigé un rapport qu’ils présentent lors d’une réunion à laquelle assistent le Comité Directeur de l’Association Culturelle et Sportive (ASC)de Bayal à Thiès, la sociologue chargée de la mémoire du programme et le chargé du suivi du Binôme franco sénégalais Thiès - Lunéville. L’attente principale des accueillants de l’ASC par rapport au programme d’échanges était formulée, dès le départ, ainsi : "le problème fondamental de l’ASC, c’est la mobilisation du quartier qu’elle ne parvient pas à réussir de façon permanente et la question toujours posée est comment pérenniser cette mobilisation après deux ans d’existence." Le diagnostic des deux Français a été fait à partir d’un questionnaire passé auprès de 50 familles du quartier (le quartier en compte 200). Ce rapport révèle plusieurs points faibles de l’ASC : l’information circule mal auprès des plus âgés, il y a des demandes sportives de la part des jeunes filles, les questions financières posent problème, le comité directeur a des problèmes d’ordre organisationnel, la section féminine de l’ASC n’est pas connue, les gens souhaiteraient que l’ASC organise des activités toute l’année (elles n’ont pourl’instant lieu que les 3 mois de vacances scolaires). Le secrétaire de l’ASC constate la clarté du rapport et apprécie "le regard neuf qui fait du bien" malgré une analyse qui diffère de la sienne.

A partir des idées suggérées par les Français (soutien scolaire, bibliothèque, alphabétisation,...)le secrétaire émet un certain nombre de réserves non pas liées aux idées elles-mêmes mais aux difficultés matérielles pour les réaliser (problèmes de locaux, de formateurs spécialisés,..).

La médiatrice du quartier de Bayal, qui était elle-même intervenue en France dans la ville de Lunéville lors de la première phase du programme, soumet alors à discussion un des points essntiels du débat : comment mobiliser la population ? "Tu as beau jouer du tam-tam, tu as 10 personnes". L’ASC Bayal a des problèmes de reconnaissance auprès des habitants qui la voient comme appartenant à un groupe d’individus. Elle a également des problèmes de conflits internes. Sur ce deuxième point, la position est claire "les Français ne sont pas venus avec une potion magique..." qui permettrait de les régler. "Aidons nous nous-mêmes avant que les autres ne nous aident". Les Français devaient apporter un diagnostic, non un jugement. A un certain moment de la discussion, la médiatrice intervient de nouveau "C’est intéressant : aujourd’hui nous sommes tous d’accord que la contradiction fondamentale, c’est la relation humaine. Lors de la première réunion avec les Blancs, c’était l’économique qui était criant. Nous sommes à la case départ. Les choses se feront sans les Toubabs. Quand nous aurons réglé la contradiction humaine, nous aurons les forces nécessaires pour régler les problèmes économiques".

Mots-clés

ville, milieu urbain, organisation de quartier, participation des habitants, interdépendance culturelle


, France, Sénégal, Thies, Lunéville

Commentaire

La médiatrice a sans doute raison. A ce stade, les choses se feront sans les "toubabs". Les conflits inter personnels, apparemment aigüs, ne peuvent être réglés que par les personnes elles-mêmes impliquées. Cependant, il faut noter que la présence des étrangers révèlent ces conflits au grand jour ou tout au moins incitent les protagonistes à les mettre sur le tapis afin que toute solution envisageable aux problèmes de l’ASC prennent corps dans un environnement sain, c’est-à-dire là où les personnes ont un minimum d’accords entres elles pour partir dans la même direction.

Le regard extérieur porté sur l’ASC et sur ces conflits était nécessaire. Il a permis d’en raviver les plaies afin de travailler au mieux et au plus vite à leur guérison, à leur cicatrisation.

Notes

ENDA GRAFSahel, BP 13069, Grand Yoff, Dakar. SENEGAL

Toutes les coordonnées des associations et autres structures étant intervenues dans ce programme sont disponibles à ENDA (adresse ci après).

Source

Rapport ; Autre

BICHE, Brigitte; DA COSTA, José, ENDA TIERS MONDE, Gestion sociale de la ville : villes et lutte contre les exclusions : l'urgence des solidarités sud/nord, nord/sud, 1994/01; En complément de ce rapport final, plusieurs documents internes ont été utilisés. Contacter ENDA.

ENDA TIERS MONDE. Délégation Europe - 5, rue des Immeubles industriels, 75011 Paris, FRANCE - Tél. : 33 (0)l 44 93 87 40 - Fax 33 (0)1 44 93 87 50 - France - perso.wanadoo.fr/enda-delegation - enda-europe (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales