español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’accompagnement social au lycée La Pléiade-Pont de Chéruy dans l’Isère

Une réponse à la violence en lycée

Laurence TOURNIAIRE

09 / 1994

CONTEXTE

Agglomération de Pont de Chéruy (22 000 habitants)à 30 km à l’Est de Lyon. Cité industrielle, enclavée, à fort taux de population immigrée (20%)et de catégories défavorisées.

Le lycée La Pléiade a une architecture pensée comme lieu de passage en coeur de ville, sans aucune clôture et avec des petits bâtiments sur une vaste étendue.

Il accueille 1 300 élèves (seconde à terminale et BEP), venant de 33 communes, et comporte un centre de formation continue, fréquenté par des jeunes dont un grand nombre d’anciens élèves.

Il est classé en ZEP. (Zone d’Éducation Prioritaire).

Inauguré en 1987, l’établissement connaît d’emblée des incidents plus ou moins graves. Beaucoup de jeunes en difficulté d’insertion scolaire et sociale ou professionnelle gravitent autour du Lycée.

En 1990-1991 une bande, forte d’une dizaine de jeunes de 16 à 25 ans, dont d’anciens élèves, occupe une partie du Lycée. Une très violente bagarre se termine par une condamnation à six mois de prison ferme pour deux jeunes de la bande.

Il n’y a qu’une éducatrice pour l’agglomération, aucun réseau social pour prendre en charge les jeunes.

UN PROJET DE PREVENTION - MEDIATION

Le Proviseur, considérant que le lycée ne peut ni régler seul les problèmes de l’agglomération, ni les ignorer, propose d’élaborer un projet de prévention - médiation dans l’enceinte de l’établissement.

Un groupe de travail multi partenarial, soutenu par le sous-Préfet et le ministère de la Ville, est créé : parents d’élèves, élèves, enseignants, assistante sociale scolaire, commune de Pont-de-Chéruy, SIVU du lycée, Comité intercommunal de prévention de la délinquance.

Un cabinet d’études est chargé d’établir un diagnostic de la situation. Celui-ci montre le besoin d’un d’accompagnement social durable.

OBJECTIFS

- Accompagnement social des lycéens en difficulté.

- Liaison avec l’environnement proche: écoute et orientation d’anciens élèves et non lycéens gravitant autour du lycée.

- Partenariat local solide pour le suivi des jeunes, et pour que l’action s’inscrive efficacement dans le travail mené sur l’ensemble de l’agglomération.

MODALITÉS

Le projet est lié au recrutement d’un animateur à temps plein, qui assure une présence permanente sur le terrain. Son action, en concertation avec les partenaires locaux, reste dans les limites du Lycée.

MONTAGE FINANCIER

Ces personnels ne figurent pas dans les dotations des établissements.

Coût du poste d’animateur : environ 200 KF/an, cofinancé par le Lycée, le Ministère de la Ville, le SIVU du Lycée et le FAS.

SUIVI

L’animateur est sous la responsabilité du Proviseur. Un Comité d’environnement social, issu du groupe multipartenarial, fait le point sur la situation.

DEROULEMENT

Depuis 1992, les activités de l’animateur ont été :

- participation à une cellule d’écoute interne à l’établissement, animée par le Proviseur Adjoint qui prend en charge les élèves identifiés en échec ou en errance (53 en seconde);

- repérage des jeunes extérieurs au Lycée, souvent du Lycée Professionnel qu’il s’efforce d’intégrer aux activités ;

- animations pour la connaissance interculturelle des élèves et de leurs prises de responsabilités (guidage et suivi dans l’organisation de sorties de ski, voyages, formation d’un groupe de chanteuses qui s’est produit au festival de la création);

- contacts suivis pour coordonner les actions avec la MJC.

93-94, une année surtout marquée par un partenariat plus important avec la M.J.C., le service animation jeunes d’une commune et l’éducatrice du CIPD.

LES RÉSULTATS

La troisième année d’expérience est caractérisée par un retour à la tranquillité et une vie pédagogique normale. Les comportements agressifs, violents sont devenus exceptionnels, ainsi que les règlements de comptes. Le service Vie Scolaire (conseillers d’éducation et surveillants qui gèrent les élèves en dehors des cours)participe également à cette amélioration par la rapidité des interventions.

Des panneaux d’expression renouvelés régulièrement par l’animateur évitent de trop nombreux graffitis. Cependant, il reste aujourd’hui à trouver une parade aux dégradations de matériels.

Mots-clés

accompagnement social, enseignement secondaire, violence sociale, jeune, relations sociales, délinquance, animateur


, France, Pont de Chéruy

Commentaire

Les lycées en ZEP n’ont pas de poste spécialisé d’éducateur ou d’animateur. Celui-ci en bénéficie grâce à l’implication effective des différents acteurs. On peut également noter qu’on a fait appel à un bureau d’études extérieur, ce qui a sans doute contribué à imposer une action stimulante pour les partenaires.

Notes

Cette fiche est co-produite par le CR-DSU et Habitat Formation, 12 rue Poncelet-75017 PARIS, (1)44 15 14 00.

Entretien avec M. BEURET, proviseur du lycée 78 32 15 60.

Entretien avec BEURET, ...

Source

Entretien

(France)

CR DSU (Centre de Ressources sur le Développement Social Urbain) - 4 rue de Narvik, BP 8054, 69351 Lyon cedex 08, FRANCE. Tél. 33 (0)4 78 77 01 43 - Fax 33 (0)4 78 77 51 79 - France - www.crdsu.org - crdsu (@) free.fr

contact plan du site mentions légales