español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les ONG du Nord et les initiatives en matière de lutte contre les drogues et la toxicomanie

Perspectives dans le champ des relations Nord Sud

Bernard OZANAM

07 / 1997

Pour la majorité des Occidentaux, les problèmes liés à la drogue et à la toxicomanie sont avant tout des problèmes internes à leur société. Aussi les politiques suivies n’envisagent-elles des solutions qu’à ce niveau.

Pourtant les pays du Sud sont, eux aussi, affectés par le problème de la drogue. Pourquoi alors ne pas unir nos énergies pour essayer ensemble d’enrayer la toxicomanie ? Selon Ricardo Parvex, l’ensemble de la planète est touchée par ce phénomène. Les sociétés sont toutes atteintes, à quelque niveau que ce soit. Cela n’est pas sans conséquence sur la santé, l’éducation, l’économie, la politique et les relations internationales. Il est donc temps de s’asseoir à la même table et d’inventer des solutions. Cela passe par une double prise de conscience : il n’y a pas une cause, mais des causes, et aucun pays ne pourra à lui seul résoudre ce problème.

Dans cette perspective, la CEID (Campagne d’Information contre la Drogue)a essayé de dégager quelques axes de réflexion qui sont autant de pistes de travail.

Le postulat de départ est celui de la solidarité entre le Nord et le Sud, découlant de la communauté des difficultés. La CEID parle même de co-solidarité, tant la communauté d’intérêt est, dans ce cas précis, très forte. Ce qui explique qu’une solution au problème de la toxicomanie ne puisse qu’être globale. Celle-ci passera par une melleure compréhension des liens que tisse la drogue entre le Nord et le Sud. C’est à cette compréhension que doivent travailler tant les autorités que les ONG.

Il ressort aussi de la CEID que la lutte contre la drogue doit être organisée. Les ONG doivent travailler en liaison avec ceux qui ont une habitude de la lutte contre la toxicomanie.

Le résultat en est une sensibilisation plus large de l’opinion. Ce qui est absolument nécessaire pour vaincre la toxicomanie, car une opinion sensibilisée sera agissante et alors les autorités devront en tenir compte. Mais la pression sur les autorités ne doit pas être que le fait de la seule opinion.

Les ONG, elles aussi, doivent y participer en poussant les pouvoirs publics à une coopération globale, c’est-à-dire qui ne se fasse pas avec les seuls Etats, mais aussi avec la société civile. Le meilleur moyen d’obtenir ce résultat étant :"la réflexion, les actions concertées et la réalisation de campagnes sur des thèmes Nord/Sud". Mais si dans les pays du Nord le lobbying au niveau des autorités et la sensibilisation de l’opinion est l’essentiel pour les ONG du Nord, leur action est différente dans les pays du Sud.

Dans ceux-ci, le premier problème est celui de la production. Il faut développer des cultures de substitution au pavot ou à la coca et offrir au monde rural et à son économie une solution. En d’autres termes, il faut s’attaquer aux problèmes posés par l’exode rural et au commerce ville/campagne.

En milieu urbain, le problème est celui de la toxicomanie. Sa solution est dans l’éradication de la délinquance, c’est-à-dire une amélioration des conditions de vie des personnes et un meilleur accès à l’éducation. En un mot, il n’y aura pas de solution au problème si on ne rend pas à l’homme sa dignité, c’est-à-dire si on ne lie pas toxicomanie et développement. Ce dernier terme devant être pris dans son sens économique, mais aussi comme un état permettant à la personne humaine de s’épanouir.

Mots-clés

ONG, drogue, toxicomanie, géopolitique de la drogue, lutte contre les trafics, délinquance, production de drogue


, Europe, Amérique du Nord, Amérique Latine

Notes

Les informations traitées ici sont tirées de la revue Inter dépendancesde la CIMADE=comité intermouvement d’aide aux réfugiés et aux déplacés

Source

Articles et dossiers

PARVEX, Ricardo, CEDAL FRANCE=CENTRE D'ETUDE DU DEVELOPPEMENT EN AMERIQUE LATINE, Les ONG françaises et l'Amérique latine : nouveaux discours, nouvelles pratiques, CEDAL FRANCE in. COMUNICANDO, 1992/11/00 (France), 20, spécial 1492-1992, vol.1

CEDAL FRANCE (Centre d’Etude du Développement en Amérique Latine) - France - cedal (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales