español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le rôle de l’animateur dans un réseau d’échanges réciproques de savoirs

Marie Ange HEBER SUFFRIN

04 / 1996

Lorsque l’on veut faire partie d’un Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs, association qui met des personnes en relation afin qu’elles échangent leurs savoirs sur le mode de la réciprocité ouverte, (c’est à dire que je n’enseigne pas mon savoir à celui qui m’enseigne le sien, mais à une troisième), il suffit de se présenter au Réseau le plus proche de chez soi. Là, une personne de l’équipe d’animation, (salarié ou bénévole qui a été formé pour faire fonctionner un Réseau)va accueillir, présenter la philosophie des Réseaux. Cet animateur va également proposer au nouvel arrivant de faire des offres et demandes de savoirs, en l’aidant à repérer ce qu’il sait et qu’il aurait envie d’enseigner. Le rôle de l’animateur est d’expliquer, lors du premier entretien, que contrairement à l’idée répandue, le Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs n’est pas gratuit, il est démonétisé, on paie son apprentissage, non pas en donnant de l’argent, mais en étant à son tour enseignant. Donc le demandeur de savoirs sera régulièrement sollicité par l’animateur pour faire une offre. Cependant, ce dernier laissera le temps nécessaire pour que le demandeur devienne à son tour offreur. C’est le principe de la réciprocité. Cette dernière repose sur la conviction que chacun sait quelque chose, et qu’il ne peut y avoir d’un côté les savants et de l’autre les ignorants.

Un autre travail de l’animateur serait de mettre en relation les personnes qui veulent échanger des savoirs ET d’enseigner aux participants à faire eux-mêmes des mises en relation car il a toujours le souci de laisser aux participants une place afin que le Réseau leur appartienne. La mise en relation est un temps pendant lequel le(s)offreur(s)et le(s)demandeur(s)d’un savoir vont se mettre d’accord en présence d’une tierce personne, sur les modalités pratiques de l’échange: fréquence, lieu, durée, de l’échange mais aussi sur la ou les pédagogies qui seront employées. Ensuite l’animateur laissera les participants faire leurs échanges comme bon leur semble et il n’interviendra qu’à bout d’un certain temps pour proposer de faire un bilan intermédiaire afin de prendre le temps de se reparler des méthodes et d’ajuster si cela ne convient pas. Et enfin, lorsque l’échange est terminé, un bilan afin de s’évaluer : A-t-on appris ce que l’on voulait savoir ?

L’animateur d’un Réseau a aussi en charge de mettre en place ce que l’on appelle "l’échange sur les échanges". Cette fois, il s’agit d’un temps où toutes les personnes qui le souhaitent se retrouvent pour réfléchir sur la Pédagogie. Ils discutent sur celle qu’ils utilisent, sur le pourquoi de ce choix et découvrent ainsi que la pédagogie est en fait une science adaptable en fonction de l’apprenant.

Un autre temps fort des Réseaux est "l’inter-réseaux" qui lui regroupe plusieurs participants de plusieurs Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs qui veulent travailler autour d’un thème bien précis. Ces inter-réseaux peuvent être à thème mais aussi départementaux ; en ce cas précis il s’agit plus de faire connaissance avec les Réseaux qui existent autour de nou avec leur potentiel de savoirs que nous pourrions sans doute échanger.

Le rôle d’un animateur est donc de faire tourner le réseau, mais aussi de trouver des bénévoles pour faire le travail à sa place. Dans les Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs, cela prend tous son sens, car ce qui différencie un Réseau d’un centre social c’est encore la place prépondérante dans la décision que l’on donne aux participants.

En fait un des plus grand rôles d’un animateur est celui de susciter chez le participant l’envie, voire le besoin, de se sentir indispensable dans le développement de son réseau et de lui donner envie de proposer en plus de ses offres et de ses demandes des temps formateurs pour d’autres participants.

Mots-clés

échange de savoirs, réseau d’échange de savoirs, réseau de citoyens, réseau d’échange d’expériences, méthode pédagogique, pédagogie, médiateur, médiation scolaire, rapport au savoir


, France

Notes

Le MRERS est une association créée par Claire et Marc HEBER SUFFRIN en 1985 et qui fonctionne sur un mode de réciprocité ouverte, chaque participant étant à la fois offreur et demandeur de savoirs. Les fiches ont été produites dans les ateliers d’écriture de ce réseau.

Source

Texte original

(France)

MRERS (Mouvement des Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs) - B.P. 56. 91002 Evry Cedex, FRANCE - Tel 01 60 79 10 11 - France - www.mirers.org - mrers (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales