español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Rencontre de la Mémoire vive

Quand le présent ravive le passé et éclaire l’avenir, la vie se construit d’une façon plus volontaire

Elisabeth HEUTTE

12 / 1996

Vers 1995, ma mémoire a commencé à flancher. J’ai eu envie de savoir pourquoi, comment. J’ai lu, j’ai fait des stages, j’en ai parlé autour de moi. L’Université Populaire de Chalon-sur-Saône m’a demandé d’animer un groupe de travail sur la mémoire. Pour moi, tout ce qui m’intéresse dans la vie quotidienne : lecture de livres, journaux, radio, télévision, conférences, rencontres, jeux, est important pour garder la vivacité de la mémoire et créer du lien social. Ma mémoire fonctionne correctement quand je parle à d’autres de ce que j’ai vu, lu, entendu et qu’ils me parlent de ce qui les intéresse. J’ai donc créé les "rencontres de la mémoire vive". Tous les jeudis de 14h15 à 16h15, un groupe d’une dizaine de personnes de tous âges se rencontre à la maison des Associations pour vivre dans la détente tout ce qui peut maintenir la mémoire en éveil, avec des jeux, des exercices, des discussions à thème. Chacun peut raconter comment il s’organise pour lutter contre la distraction, l’oubli. Comme je fais aussi partie du Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs de Chalon (où j’offre "plaisir de lire", j’ai demandé comment me servir de l’ordinateur pour rechercher des livres à la Bibliothèque Municipale, faire la nage papillon à la piscine. D’autres demandent d’apprendre à réaliser des recettes de cuisine, faire du tricot, du crochet, des conversations en anglais, prendre les transports en commun, réfléchir sur la santé, l’éducation, la consommation, découvrir le plaisir d’écrire, de réfléchir sur la santé, l’éducation, la consommation, découvrir le plaisir d’écrire, de raconter des savoirs.). J’ai proposé à Annie et à Lucette de venir à la fête du Réseau. Je pensais qu’elles seraient intéressées par les échanges de savoirs. Elles ont demandé à participer à l’Atelier d’Ecriture et offrent leur participation à l’animation de la Mémoire Vivre. Lucette a dit : "Dans ma vie la routine m’endormait et la Mémoire Vive m’a réveillée". Elle offre beaucoup d’exercices, de jeux, elle est passionnée par les jeux de vocabulaire. Tout ce qui touche au fonctionnement de la mémoire me passionne ; c’est pour moi un axe de recherche et un centre d’intérêt. Ma mémoire, c’est moi qui vis pleinement dans le présent, ici et maintenant, en m’appuyant sur les bases de mon passé (et)qui me permet de me projeter dans le désir, dans l’avenir. Tout ce qui me permet d’être en éveil, de capter et de déclencher mon envie de savoir, de comprendre, d’échanger sur ce que j’ai vu, lu, entendu, qui nourrit ma curiosité. C’est un travail de recherche incessant pour préparer les rencontres de la Mémoire Vive pour proposer des jeux, des exercices, des thèmes de discussion. Je dois choisir des thèmes, chercher des histoires avec gags ou suspens, que je lirai. J’utilise dans la presse locale un ou des articles que d’autres groupes auront lus. Hier, j’ai proposé les pages du journal dans lequel étaient reproduites les photos d’identité d’au moins 400 personnes qui fêtent leur anniversaire le 1er janvier. Il fallait retrouver des noms ou des lieux d’habitation ou l’année de naissance, et inventer d’autres jeux. Le but est que chacun trouve dans ces rencontres des motifs, lorsqu’il rentre chez lui, de chercher ce qui l’intéresse, ce qu’il pourrait redire dans le groupe ou ailleurs. C’est pour cela que nous parlons des émissions de télévision, de l’animateur, de la chaîne, l’heure, le jour à laquelle elle passe ; ce qui plaît ou déplaît, si on la regarde régulièrement et qui dans le groupe en parle. Cela provoque un changement d’attitude, développe l’attention, la vigilance, l’action de s’organiser pour s’en souvenir, pour en parler au lieu de regarder et d’oublier. Ce qui est très important pour moi, c’est de vivre ma vie en la prenant moi-même en charge au lieu de la subir dans l’ennui, la tristesse, la déprime en avalant des médicaments pour chasser le désespoir de la non-vie. Ces rencontres de la Mémoire Vive me permettent d’apporter ma motivation, mon attention, ma concentration et mon désir d’être sans cesse curieuse de tout ce qui touche à l’humain.

Mots-clés

échange de savoirs, réseau d’échange de savoirs, réseau de citoyens, réseau d’échange d’expériences, mémoire


, France, Chalons-sur-Saône

Notes

Le MRERS est une association créée par Claire et Marc HEBER SUFFRIN en 1985 et qui fonctionne sur un mode de réciprocité ouverte, chaque participant étant à la fois offreur et demandeur de savoirs. Les fiches ont été produites dans les ateliers d’écriture de ce réseau.

Source

Récit d’expérience ; Texte original

(France)

MRERS (Mouvement des Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs) - B.P. 56. 91002 Evry Cedex, FRANCE - Tel 01 60 79 10 11 - France - www.mirers.org - mrers (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales