español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les paysans africains s’éveillent

Les organisations paysannes prennent en main, de l’amont à l’aval, leurs filières de production

Pierre JUDET

11 / 1996

Au cours de ces dernières années, plusieurs ouvrages rompent avec l’habituelle vision pessimiste sur la situation en Afrique au Sud du Sahara. Des ouvrages écrits par des Africains mais aussi par des observateurs extérieurs. L’ouvrage de Devèze en fait partie. Il souligne par exemple :

1. le succès de la mise en place de la filière cotonnière, grâce à l’encadrement de la Compagnie Française pour le Développement du Textile, qui a su :

- garantir l’achat de la totalité de la récolte ;

- fixer à l’avance le prix au producteur ;

- différencier les prix payés selon la qualité ;

- limiter les fluctuations de prix d’une année sur l’autre ;

- payer rapidement les producteurs à la fin de la campagne.

Grâce à la continuité de son action et à la recherche d’un prix de revient compétitif, la société d’encadrement s’imposa peu à peu comme le seul acheteur, égreneur et exportateur et devint le principal gestionnaire d’une filière intégrée de l’amont à l’aval.

Après les indépendances, l’africanisation progressive des structures n’a pas remis en cause la stratégie de promotion de la culture du coton et des cultures associées.

2. En 1990, les paysans guinéens du Fouta Djalon décidèrent de prendre en charge leur filière "pomme de terre". En 1991, la production dépasse le tonnage correspondant aux contrats de vente à Conakry, la capitale. Il fallut stocker 34 tonnes qui se conservaient mal alors que les importations de la Communauté Européenne continuaient d’affluer. Le problème fut posé à la radio et à la télévision, les ministres furent saisis, le débat s’engagea avec les importateurs et les pommes de terre stockées purent être écoulées sur le marché local. En 1992, le bras de fer recommença mais le leader des paysans fut reçu par le Président de la République qui apporta son soutien. Depuis cette date, les producteurs de pommes de terre qui ont réussi à gagner un marché face à un produit importé, développent leur production.

3. Plus généralement, il apparaît qu’il existe des responsables paysans qui sont aptes à promouvoir, en s’appuyant sur l’organisation du monde rural, des projets communs qui permettent non seulement d’éviter la marginalisation de l’agriculture africaine mais de lui trouver sa place dans les sphères nationales ou internationales. Il s’agit d’une révolution silencieuse qui s’inscrit dans un processus de changement social dont l’objectif est l’émergence d’agricultures paysannes viables.

Mots-clés

agriculture, développement économique, filière de production, concurrence commerciale, protectionnisme, organisation paysanne, production, accord commercial, développement rural, agriculture paysanne, coton, pomme de terre, histoire de réussite


, Afrique, Mali, Guinée, Fouta Djalon

Commentaire

Les quelques exemples évoqués dans cet ouvrage pourraient sans doute être multipliés. Les actions efficaces de vulgarisation menées en Asie de l’Est et du Sud-Est sont-elles susceptibles d’être adoptées en Afrique ? La question mériterait d’être posée !

Source

Livre

DEVEZE, J.C., Le Réveil des campagnes africaines, Karthala, 1996 (France)

IREPD (Institut de Recherche Economique Production Développement) - UPMF BP 47, 39040 Grenoble Cedex. Tel 04 76 82 56 92. Fax 04 76 82 59 89 - France - web.upmf-grenoble.fr/lepii - lepii (@) upmf-grenoble.fr

contact plan du site mentions légales