español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

A Sfax, Tunisie, une tannerie : de l’artisanat traditionnel à l’industrie moderne

Pierre JUDET

09 / 1996

Sfax est la deuxième ville de la Tunisie ; on l’appelle la capitale du Sud. Depuis longtemps, les Sfaxiens étaient réputés pour leurs productions artisanales et, plus encore, pour leurs aptitudes commerciales. Au cours des trente dernières années, Sfax s’est transformée ; Sfax, vieille place commerciale et artisanale est devenue une cité industrielle produisant : biens de consommation divers mais aussi chalutiers, constructions métalliques et biens d’équipement divers. Les nouveaux industriels sfaxiens sont en général des commerçants venus à l’industrie mais aussi des artisans qui ont tenté et réussi le passage d’un artisanat traditionnel aux techniques et aux méthodes de l’industrie. Plusieurs exemples sfaxiens montrent, en effet, que l’industrie moderne ne s’édifie pas forcément sur les ruines de l’artisanat ancien mais qu’elle procède également par greffe et par transformation continue. C’est précisément le cas de la mutation à Sfax d’une tannerie artisanale en installation industrielle moderne.

Le maître artisan tanneur avait hérité de son atelier désuet où, aidé de quelques compagnons, il traitait peaux de chèvre et de mouton suivant des procédés transmis de père en fils. Il savait que son activité était menacée (condamnée), il ne s’est donc pas contenté de "transmettre" son savoir et ses recettes. Il a envoyé ses fils dans les écoles et les universités. Ils sont maintenant devenus tous les trois : un ingénieur du cuir, un technicien du cuir, un diplômé de gestion. Les trois fils n’ont rien renié, rien détruit. Ils se sont mis à transformer l’atelier de l’intérieur, introduisant de nouvelles techniques, substituant des produits chimiques modernes aux produits de traitement traditionnels, installant progressivement des machines modernes, depuis la préparation des peaux brutes jusqu’au glaçage des peaux tannées. Ils ont d’abord conservé les bâtiments anciens afin de réserver tous les fonds disponibles à la modernisation des circuits de production pour l’amélioration de la qualité du produit et pour l’exacte satisfaction de la demande. Vient ensuite le temps où la mue industrielle s’achève par la construction de nouveaux bâtiments mieux adaptés. Il apparaît alors au grand jour à Sfax qu’un atelier artisanal s’est transformé en unité industrielle de plein exercice et que trois industriels et managers ont succédé à leur père artisan traditionnel.

Mots-clés

développement local, modernisation des techniques, industrialisation, innovation technologique


, Tunisie, Sfax

Source

Texte original

JUDET, Pierre, 1996 (France)

IREPD (Institut de Recherche Economique Production Développement) - UPMF BP 47, 39040 Grenoble Cedex. Tel 04 76 82 56 92. Fax 04 76 82 59 89 - France - web.upmf-grenoble.fr/lepii - lepii (@) upmf-grenoble.fr

contact plan du site mentions légales