español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Philippines 1968 - 1996 : le peuple au pouvoir

L’échec doit être recherché du côté des aspects économiques de la constitution qui se traduisent par un véritable étranglement de l’initiative économique

Pierre JUDET

09 / 1996

Sur le papier, les Philippines sont un pays riche, plus riche en ressources naturelles que Taïwan et que la Corée du Sud.

A la fin des années 1950, ce pays éduqué venait en Asie immédiatement après le Japon pour ses performances économiques.

Il faut se rappeler cela en ce 10 ème anniversaire de la "People Power Revolution". Certes, le Président Marcos a beaucoup fait pour miner le pays. Mais la corruption ne suffit pas à tout expliquer car Cory Aquino n’a rien modifié d’essentiel.

L’échec doit être recherché davantage du côté des aspects économiques de la constitution qui se traduisent par un véritable étranglement de l’initiative économique. Car si les droits de chacun, politiques et autres, ne sont pas clairement définis, la liberté et la propriété bien établie n’existent que pour les "branchés".

On continue à penser que les décisions économiques relèvent des politiciens et non des citoyens. Le Sénat vient de décider par exemple d’imposer à tout employeur de payer un congé de paternité de 7 jours à tout employé masculin.

Le grand souci des douanes c’est de taxer les exportateurs et les Philippiens risquent de devenir le seul pays appartenant à l’organisation mondiale du commerce qui ne met pas en application les réductions de tarifs.

Pour ceux qui se rappellent l’avenir prometteur des Philippines, il y a 30 ans, les opportunités perdues sont particulièrement amères.

Les seuls obstacles au développement sont internes. Les Philippines ont eu des gouvernements qui ont essayé de les aider. Dix ans après leur "révolution", ils attendent encore celui qui leur laissera prendre leurs affaires en main.

Mots-clés

Etat et société civile, révolution, démocratie, intervention de l’Etat, OMC, exportation, crise économique


, Asie, Philippines

Commentaire

L’article ne fait pas mention de l’absence de réforme agraire et de politiques agraires sérieuses, à la différence de ce qui s’est passé au Japon, en Corée, à Taïwan, en Chine, etc...

Source

Articles et dossiers

People power in. Far Eastern Economic Review, 1996/02/29 (HONG KONG)

IREPD (Institut de Recherche Economique Production Développement) - UPMF BP 47, 39040 Grenoble Cedex. Tel 04 76 82 56 92. Fax 04 76 82 59 89 - France - web.upmf-grenoble.fr/lepii - lepii (@) upmf-grenoble.fr

contact plan du site mentions légales