español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La démocratie en Chine à la fin du règne de Deng Tsiao Ping

Vers une social-démocratie ?

Pierre JUDET

09 / 1996

Quand je suis sorti de prison, raconte Zhou Duo, sociologue, alors que la cote de Deng Tsiao Ping était au plus bas, j’étais convaincu que ce dernier n’était ni un boucher ni un assassin et qu’il ferait à nouveau surface en relançant la réforme et l’ouverture. C’est ce qui s’est produit : il semble que Deng est décidé à poursuivre une ligne de néo-autoritarisme combinant liberté de l’économie avec contrôle de l’expression politique.

L’expérience a en effet appris à Deng que la réponse politique était plutôt un obstacle au développement économique qu’un appui. C’est le modèle est-asiatique prôné par Lee Kuan Yew (Singapour). La débâcle soviétique l’a renforcé dans cette conviction.

Mais le modèle de Singapour néo-autoritaire ne s’est jamais embarrassé de contenu idéologique, alors qu’en Chine, les objectifs de modernisation et de conversion au marché entrent en collision avec l’idéologie léniniste et stalinienne déclarée.

La blessure de 1989 ne peut être cicatrisée par le seul cataplasme du stimulant économique et de la croissance rapide : plus l’appétit évident pour la démocratie sera réprimé, plus il s’affirmera de nouveau avec force.

Après une décennie de réforme et d’ouverture, le point de comparaison pour les Chinois n’est pas le passé de la Chine mais bien le reste du monde.

La seule façon pour le Parti Communiste Chinois de survivre, c’est d’abandonner l’autoritarisme et d’accepter la social démocratie avant qu’il ne soit trop tard et avant d’y être forcé.

Moyennant une réforme politique bien conduite, le Parti pourrait encore obtenir la majorité dans une élection pluraliste et ainsi continuer à former le gouvernement. Il pourrait même constituer le parti dominant. De récents exemples de ce type de transition ont été fournis par Taïwan, la Corée du Sud et le Japon.

Pourquoi ne pas faire le saut que représente cette réforme politique ? Cela représente la dernière et meilleure chance de Deng : une occasion unique pour le patriarche qui est le géant de l’histoire récente de la Chine. Après Deng, aucun de ceux qui s’agitent actuellement sur la scène politique ne peut espérer bénéficier d’une pareille occasion.

Mots-clés

mondialisation, Etat, Etat et société civile, droits humains, dictature, processus de démocratisation, transition politique, changement économique, idéologie, démocratie


, Chine

Commentaire

Zhou Duo, sociologue, a été emprisonné en Chine pendant 11 mois après le 4 juin 1989

Source

Articles et dossiers

DUO, Zhou in. Far Eastern Economic Review, 1993/01/7 (HONG KONG)

IREPD (Institut de Recherche Economique Production Développement) - UPMF BP 47, 39040 Grenoble Cedex. Tel 04 76 82 56 92. Fax 04 76 82 59 89 - France - web.upmf-grenoble.fr/lepii - lepii (@) upmf-grenoble.fr

contact plan du site mentions légales