español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Approches locales de gestion des forêts sacrées du Bénin

Georges THILL, Jean-Paul LEONIS

08 / 1995

Dans le cadre du symposium PRELUDE sur l’ethnopharmacopée humaine de Ouidah, mars 1995, nous avons rencontré en août 1995 Nestor Sokpon au Laboratoire de Botanique de l’Université Libre de Bruxelles, dirigé par le Prof. Lejoly, membre de PRELUDE. Il est Béninois, ingénieur agronome, issu d’une famille d’agriculteurs-cultivateurs, il s’est beaucoup intéressé aux forêts. C’est pourquoi il a fréquenté l’Ecole d’Agronomie des Eaux et Forêts.

Au Bénin, jusque dans les années 90, le recrutement des cadres par l’Etat donnait le titre systématique d’agent de l’Etat. L’engagement des fonctionnaires en 1987 a amené M. Sokpon à travailler comme responsable du Service agricole de la région de Pobe au Centre d’Action et Promotion rurale. Il connaît le langage des paysans. Il est agent technique agricole.

Ses multiples observations sur le terrain, surtout lors du lancement d’une station de palmier à huile qui détruisit une partie de la forêt, l’ont amené à une réflexion très approfondie sur l’imaginaire des forêts dans la logique de la culture béninoise. Le Bénin n’est pas reconnu comme pays forestier et n’est pas exportateur de bois vers l’Occident.

Le Bénin est un petit pays de l’Afrique occidentale couvrant une superficie de 112600 km2 avec une population estimée à 4500000 habitants en 1985.

Dans les années 50, le colonisateur a procédé au classement de certaines formations végétales en vue de leur protection. Ainsi environ 2158028 ha de forêts représentant 20% de la superficie du pays ont été classés. Aujourd’hui ce taux a considérablement diminué, suite aux effets conjugués des défrichements et des feux de brousse, il se situe à environ 10%.

En dehors des forêts classées, il existe au Bénin des milliers de forêts sacrées dont les dimensions varient de quelques ares à des dizaines d’hectares. Pratiquement chaque village possède au moins une forêt sacrée. Bien que représentant ensemble des superficies considérables, ces forêts sont rarement prises en compte dans les statistiques des formations forestières du Bénin.

D’une superficie totale de 3800 km2, le Mono constitue l’un des trois départements méridionaux du Bénin. Sa population était estimée à 548059 habitants dont 213379 actifs agricoles avec un taux d’accroissement naturel de 2,8% environ. Cette population est passée à 674111 habitants avec une densité moyenne de 177 habitants au km2 lors du recensement de 1991. Elle se compose de plusieurs ethnies ayant des modes socio-culturels et religieux différents. On distingue les Adja au Nord et au Centre; les Fons, Kotafon, et Adja dans la région d’Athiémé; les Ouatchi à Comé; les Houla et Pédah en bordure du lac Ahémé; les Mina en bordure de l’océan Atlantique et les Tchi sur les terres noires de la dépression de Tchi-Ahomadégbé.

Cette population est en majorité composée d’agriculteurs (Centre et Nord)et de pêcheurs (Sud du département). La terre est un facteur limitant la production agricole. La taille des exploitations agricoles varie de 0,5 à 3 ha.

L’animisme demeure la religion pratiquée par la grande partie de la population de ce département.

Avec le concours du Centre National de Télédétection, on a pu dresser la carte et calculé la superficie de certaines forêts sacrées à partir de photographies aériennes.

Mots-clés

environnement, animisme, forêt, déforestation


, Bénin

Commentaire

On connaît l’importance des forêts pour la biodiversité et notamment pour les plantes médicinales (10% de ces plantes sont seulement exploités)et on connaît l’importance, pour les traditions, les rites d’initiation, des forêts sacrées. Toute approche locale ou régionale des forêts, en particulier en Afrique, doit être soutenue et valorisée pour le bien-être des populations et de notre planète comme patrimoine humain, culturel, aussi bien que comme seimplement déjà écosystème naturel.

Notes

Nestor Sokpon, Faculté des Sciences agronomiques, Université Nationale du Bénin, B.P. 526, Cotonou, Bénin.

Entretien avec SOKPON, Nestor

Source

Entretien

PRELUDE

Prélude International (Programme de Recherche et de Liaison Universitaires pour le Développement) - Facultés universitaires, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur, BELGIQUE - Tél. 32 81 72 41 13 - Fax 32 81 72 41 18 - Belgique

contact plan du site mentions légales