español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les Groupes industriels et Financiers en Russie

Oxana DUVALOVA

10 / 1996

Le terme juridique de Groupe Industriel et Financier (GIF)apparaît dans la legislation russe en 1993, dans un oukaze présidentiel. Le développement de ces structures est lent jusqu’en 1995, date à laquelle est promulguée la loi sur les Groupes Industriels et Financiers (décembre 1995). En 1993, quelques uns seulement se constituent, en 1995, ils sont déjà plus de 20, au mois de juillet 1996 on en comptait déjà plus de 35. Sont-ils le signe de la constitution d’une nouvelle organisation industrielle, d’une concentration du capital et des ressources économiques sur le modèle d’un capitalisme de type japonais ou américain, davantage marqué par la grande taille que par la présence d’un tissu très fort de petites entreprises? c’est ce que nous chercherons à déterminer ici.

M.Kitaev, responsable du département des GIF au sein du comité pour la politique industriellefait remarquer que les GIF représentent une partie très importante du potentiel industriel de la Russie : ils concentrent plus de 2 millions de salariés et représenteraient, selon ses estimations, près de 10% de la production industrielle russe. Il veut voir dans le développement rapide des GIF, la mise en place en Russie d’une nouvelle structure industrielle, plus efficace et capable de produire des biens concurrentiels sur les marchés internationaux. Le modèle de référence est ici explicitement le Japon : au niveau mondial, on observe que les firmes les plus rentables sur les 10 dernières années sont des firmes japonaises de très grande taille.

Mais ce discours quelque peu volontariste masque une réalité moins radieuse. En effet la constitution de GIF n’est, selon D.S.Lvov, académicien au TSEMI, pas la garantie absolue d’un renforcement de l’efficacité économique. Très souvent, les GIF crées depuis 1993 ne sont en fait que la reconstitution totale ou partielle de combinats industriels crées pendant la période soviétique. C’est le cas de Rushim par exemple dans le domaine de la chimie ou du GIF métallurgique des usines d’Ijevsk. Il ne faut donc pas considérer les GIF comme des structures radicalement nouvelles qui vont assurer la restructuration industrielle et le redressement significatif du taux d’investissement.

Les GIF ne sont sans doute pas en mesure de réaliser pleinement les attentes fixées par les discours de politique industrielle, au niveau des acteurs engagés dans ce processus, les motivations sont tout autres.

La constitution obéit à des motivations économiques : il s’agit pour les membres des GIF en premier lieu restaurer des liens économiques rompus par la crise et l’effondrement de l’URSS. De nombreux GIF prennent appui sur cette structure juridique pour rétablir des liens avec des entreprises de la CEI : ils deviennent des GIF transnationaux, statut juridique en voie de codification par les pays de la CEI. Les justifications sont également monétaires : face à la pénurie de liquidités qui sévit en Russie, la constitution d’un GIF permet d’instaurer plus facilement des relations démonétarisées entre fournisseurs et clients, dans la mesure où la confiance est plus grande. L’aspect politique de la formation des GIF n’est sans doute pas le moins important : P.M.Asrafian, directeur du GIF Gorno-metallurgiceskaja Kompanija, reconnaît que le renforcement de l’influence sur les autorités politiques que confère la création d’un GIF est l’un des principaux avantages d’un GIF. Le regroupement de tous les dirigeants de GIF au sein de la toute nouvelle association fédérale des GIF, dirigée par O.Soskovets devrait renforcer encore davantage le poids des GIF, sinon dans l’économie russe du moins, dans les décisions politiques de la Fédération. Les GIF revèlent sans doute moins la création d’un nouveau modèle industriel que de la reconstitution d’une élite industrielle, mise à mal par une chute vertigineuse de la production et qui cherche à assurer la stabilité de ses ressources.

Mots-clés

politique industrielle, industrie


, Russie

Commentaire

La constitution des GIF est une composante importante du débat actuel sur la politique industrielle à mener pour redresser l’économie de la Russie. Les GIF sont le symptôme du changement d’orientation de la politique industrielle russe : après le primat accordé, au moins dans le discours, aux mesures antitrust et aux lois sur les faillites, les autorités russes actuelles mises sur la concentration industrielle pour attirer les investissements indispensables à la restructuration de l’industrie.

Notes

Les titres des documents cités dans cette fiche ont été traduits du russe ou transcrits en caractères latins. Pour toute recherche, s’informer auprès de France-Oural.

Source

Articles et dossiers

Ekonomika i Zizn, 1995/12 (Russie)

Association France Oural - 14, rue des Tapisseries, 75017 Paris, FRANCE - Tél : +33 (0)1 46 22 55 18 / +33 (0)9 51 33 55 18 - Fax : +33 (0)9 56 33 55 18 - France - www.france-oural.org - franural (@) free.fr

contact plan du site mentions légales