español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La décollectivisation dans tous ses états, la recherche et autres voies de développement de l’agriculture dans les pays d’Europe Centrale et Orientale

Christophe BEAU

04 / 1996

Avec l’effondrement des régimes politiques des pays d’Europe de l’Est entre 1988 et 1991, la question de la décollectivisation agraire n’a pas tardé à s’amorcer dans une certaine confusion, alors que les repères disparaissaient sans avenir maîtrisé. Et puis chaque pays partait d’une situation bien particulière. Rien de comparable par exemple entre une Pologne dont 77 % des exploitations sont de petites fermes privées et la Bulgarie où le système coopératif (kolkhozien)était majoritaire et plutôt bien accepté. D’ailleurs les lois foncières qui ont été accouchées dans la précipitation et la douleur dans ces pays ont rarement pu trouver prise sur des réalités de comportement, de pouvoir et d’histoires si distinctes. Et puis bien sûr elles n’ont pas ou peu abordé le cas des fermes d’état (sovkhoze)ou la notion de paysannat est par nature inexistante.

Dans de nouveaux cadres réglementaires encore flous et souvent incompatibles avec les réalités, quelles "spontanéités" se développent dans les différents pays ?

D’abord, même si elle est prévue par la loi, l’exploitation paysanne aura bien du mal à faire sa place : vide juridique, manque d’accès aux filières de mise en marché, environnement physique contraignant, investissements de départ indisponibles, pression des pouvoirs anciens (ou des mafias de tous ordres ! ), difficultés psychologiques à aborder une situation sociale si nouvelle et à haut risque. Si le dynamisme et la soif de liberté (ou d’appât du gain)poussent quelques-uns à se lancer, la mise en route d’un paysannat moderne ne se décrète pas !

Alors, la question qui se pose à tous est celle des formes de transition vers un nouveau paysannat : sociétés par actions, sociétés à responsabilité limitée, sociétés anonymes, privatisation pure et simple,... Les expériences de transition démarrent de tous côtés et la réflexion n’avance qu’à ce prix. Réflexion essentiellement d’ordre juridique qui sache faire le lien rapidement entre des pratiques micro et des dispositifs macro sans lesquels la seule amorce d’un semblant d’ordre et de politique maîtrisée ne se fera pas.

Mais la question foncière est une chose, la réorganisation de l’amont et de l’aval de l’agriculture en est une autre. En Pologne, où les problèmes fonciers étaient modestes - comparativement avec ses voisins - s’est trouvée face à la difficulté de passer d’un système de coopératives (de transformation, d’approvisionnement ou de vente)excessivement institutionnalisées à un système plus souple, à la fois dynamisée par le vent libéral et par une force collective réellement démocratique.

La transition entamée sera longue et ne se fera pas seule. Parvenir à une situation stable passera par la réorganisation des intérêts et des pouvoirs. En premier lieu, l’Etat doit bien entendu redéfinir son rôle pour modérer les changements violents tout en conservant des perspectives globales à long terme ; mais de l’autre côté les organisations professionnelles agricoles naissantes ont un rôle capital à jouer comme forces de proposition.

Lors des journées de Mala Wies réunissant des responsables agricoles des pays d’Europe centrale et orientale, plusieurs axes de travail sont apparus prioritaires : la consolidation des processus de transition grâce à des échanges d’expériences, à des efforts de réflexion et de suivi et à la formation.

Ce document, en décrivant bien les états de départ sur les questions, est une base de travail pour progresser à l’intérieur des réseaux transnationaux qui se constituent, en l’occurrence le "forum Agricultures" d’Europe centrale et orientale, réseau associé au programme Agricultures Paysannes et Modernisation de la FPH..

Mots-clés

désengagement de l’Etat, décollectivisation des terres, redistribution des terres, réforme agraire, milieu rural, salarié agricole, politique foncière, transition politique, système agraire, production agricole, filière de production, intervention de l’Etat dans l’agriculture


, Europe de l’Est, Pologne, Bulgarie

Commentaire

Document également disponible en polonais et en portugais.

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

MOREAU, Cécile (coord.), FPH=FONDATION CHARLES LEOPOLD MAYER POUR LE PROGRES DE L'HOMME, Solidarité Rurale, Fondation Batory, Mémoire des journées de Mala Wies (Pologne, Mars 1991), FPH in. Dossier pour un débat, 1991/12 (France), n° 8

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales