español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Régions du monde et agricultures paysannes

Les réseaux agriculture paysanne : enjeux actuels et démarches d’action

Pierre Yves GUIHENEUF

07 / 1996

C’est au Larzac, en France en septembre 1993, qu’a eu lieu la première rencontre de tous les réseaux de travail continentaux du programme APM (Agricultures paysannes et modernisation)de la FPH. Le plateau du Larzac est un lieu symbolique, théâtre de la bataille - finalement victorieuse - de la population locale contre le projet d’extension d’un camp militaire, de 1970 à 1981. A l’image des luttes du Larzac, les dynamiques amorcées par les réseaux continentaux APM présentent deux caractéristiques qui font leur force. D’abord, elles sont engagées dans la durée : l’amorce d’une transformation des situations de la paysannerie au plan international ne peut pas se concevoir en moins d’une décennie. Ensuite, elles sont ouvertes sur la société, établissant des alliances avec des secteurs non-agricoles.

Les échanges ont porté sur les différentes situations vécues dans les continents : décollectivisation dans les pays d’Europe centrale et orientale, désengagement des Etats en Afrique, intégrations régionales, irruption de la problématique du développement durable.

Il existe dans un certain nombre de pays une tendance des gouvernants à se passer de la paysannerie, en assurant l’approvisionnement alimentaire grâce aux secteurs productivistes et en ayant recours aux importations. Cette exclusion des paysans cause des désastres sociaux, culturels et écologiques en milieu rural et pose la question des fonctions de l’agriculture dans l’économie et dans la société. Cette question est encore trop peu abordée, en particulier en Europe Centrale et Orientale.

Les processus d’intégration régionale font apparaître des démarches gouvernementales très précipitées, impulsées par de grands groupes industriels et justifiées par l’idéologie du libre-échange. Les risques de rupture sont grands et ces processus sont l’enjeu de débats démocratiques considérables. Des voix s’élèvent en effet pour construire des projets d’intégration qui aient un sens pour les communautés humaines, mais à l’heure actuelle la société civile en est largement exclue. Les mouvements paysans ont rarement pu faire entrendre leurs revendications en la matière. Le Réseau international agriculture et démocratie (RIAD)qui constitue le réseau APM sur le continent américain a tenté de développer des échanges internationaux pour prendre sa place sur ce sujet. Mais cette démarche novatrice reste encore exceptionnelle. Le Gatt dans son expression actuelle ne prend pas en compte les dimensions sociales, culturelles et écologiques : l’un des enjeux pour APM est de proposer des formes de régulation intégrant ces différentes dimensions. Le RIAD doit proposer à l’ensemble des réseaux APM un travail de réflexion sur ce thème.

Quant aux questions d’environnement, présentes dans la plupart des discours et absentes de la plupart des politiques nationales, elles supposent de prendre en compte des situations économiques et sociales très différentes et de s’intégrer étroitement aux questions agricoles. Mais cela ne peut pas se faire sans considérer le niveau des régulations internationales, en particulier les négociations du Gatt.

Les organisations paysannes et indigènes qui désirent s’investir vers une action à dimension internationale ont donc du pain sur la planche ! Dans un contexte de démocratisation et de désengagement des Etats, leur rôle apparaît de plus en plus important. En Europe Centrale et orientale, leur constitution est essentielle dans la consolidation démocratique de ces pays. Mais l’Etat, notamment en Afrique, ne doit pas pour autant abandonner tous ses rôles traditionnels : les infrastructures, les transferts sociaux, la régulation des marchés. Il doit également favoriser la formation de paysans afin de faciliter la transmission de certains de ses rôles.

Cette rencontre aura donc ouvert des champs d’action pour le programme APM, qui se concrétiseront par un programme d’activités et une série de travaux à engager dans les divers continents dans les années à venir.

Mots-clés

agriculture, agriculture paysanne, politique agricole, marché agricole, agriculture et environnement, organisation paysanne, marché mondial, GATT, OMC, MERCOSUR


,

Commentaire

Fiche réalisée à partir du résumé de la rencontre rédigé par Pierre Vuarin, coordinateur du programme APM.

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

FPH=FONDATION CHARLES LEOPOLD MAYER POUR LE PROGRES DE L'HOMME, Régions du monde et agricultures paysannes, FPH, 1993/09 (France)

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales