español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

De l’histoire individuelle à la mémoire collective

Un livret d’histoires pour l’intégration des habitants dans leur quartier

Laure HELAND

06 / 1998

La vie sociale et civique dans les quartiers de la ville de Seattle est particulièrement riche et développée. Pourtant les ressources que peuvent apporter les personnes infirmes/handicapées physiques autour d’elles, dans leurs quartiers, sont souvent négligées, laissées de côté. C’est pour cela que le programme "Involving all Neighbors" a été créé en Octobre 1995 par le Département des quartiers de la ville de Seattle, en association avec la Division du service aux personnes infirmes/handicapées physiques de l’Etat de Washington, le King County Human Services, et une organisation privée, afin de promouvoir l’intégration et la participation de ces personnes dans la vie sociale et civique des quartiers de Seattle. "Involving all Neighbors" est basé sur trois postulats:

* chacun a quelque chose à offrir, une contribution à faire à son quartier et à ses voisins.

* Les quartiers se développent plus solidement et tous le monde en bénéficie quand les habitants partagent qualités individuelles, capacités et talents.

* Les quartiers peuvent être lieu d’intégration et de bienvenue seulement quand ils invitent et embrassent les talents uniques de chaque membres.

Le programme "Involving all Neighbors", avec l’assistance technique et financière du Département des quartiers, encourage donc les groupes et associations dans les quartiers et les personnes handicapées physiques à se joindre, s’associer pour lancer des initiatives ou des projets communs concernant leur quartier. A travers ce programme, les associations de quartiers gagnent en savoir-faire sur la manière d’impliquer les gens ayant des aptitudes diverses dans les activités de quartiers et les initiatives promuent par la ville. Les habitants avec des handicaps physiques déterminent eux-mêmes comment ils souhaitent participer aux activités dans leur quartier, et partagent expériences et histoires sur la construction de leur quartiers avec d’autres voisins. C’est ainsi qu’à la suite de ce programme est né le projet du livret d’histoires. Fonctionnant comme un mini réseau d’échange d’expériences, celui-ci regroupe dans un livret ouvert des histoires, des récits d’expériences quotidiennes racontées par les habitants au sujet de leur participation à la construction sociale et identitaire de leur quartier. Le propos est d’aider chacun à se souvenir des expériences les plus intéressantes, avec ses propres mots. Ce livret est conçu pour être utile à des personnes d’âges différents, avec différents niveaux de lecture et habileté d’écriture. Le choix du mode d’expression: des histoires plutôt qu’une enquête ; "si les réponses aux enquêtes permettent d’aider une organisation à améliorer ses services, les histoires ont une action plus durable et plus complexe. Quand elles sont rassemblées, ces histoires créent un corps de traditions qui unis les habitants d’un quartier tout en honorant leur individualité. Au contraire d’une réponse à un questionnaire, une histoire marie la force de l’expérience personnelle avec le pouvoir de la voie. Cela permet souvent de raconter ce que personne n’aurait pensé à demander. Une fois réunies, elles constituent la mémoire de la communauté".

Mots-clés

quartier urbain, participation des habitants, solidarité, handicapé


, Etats-Unis, Washington, Seattle

dossier

Gouverner les villes avec leurs habitants

Expériences de démocratie participative

Commentaire

Une histoire est simplement la description d’un événement, d’une période de temps, ou d’une relation qui nous a conduit à changer. Pour cette raison la plupart des bonnes histoires commencent avec un problème à résoudre, ou une peur à dépasser. Souvent ces situations nous obligent à découvrir quelque chose de nouveau en nous-même ou dans les gens qui nous entourent. Ces histoires de chacun sont le reflet direct de la vie sociale, communautaire. Les partager permet de renforcer les liens de voisinages, de mieux intégrés les exclus, de créer une mémoire collective à partir des richesses individuelles.

Notes

Fiche réalisée à l’occasion de la 23° "rencontre nationale des quartiers" à Portland, USA, en mai 1998. Pour plus d’informations : Neighbourhood Planning Office, City of Seattle, 600 Fourth Avenue, Room 200, Seattle, Washington 98104 - 1826.

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

contact plan du site mentions légales