español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Une démarche intégrée d’environnement et de développement social à Bègles

Renforcer la cohésion sociale de la ville

Nathalie HOLEC

02 / 1998

Bègles est une ville de 23 000 habitants située au sud de Bordeaux sur la rive gauche de la Garonne. Son urbanisme demeure très fortement marqué par la période d’industrialisation de la fin du XIXème siècle : habitat pavillonnaire dispersé malgré la construction de plusieurs quartiers d’habitat social, friches industrielles nombreuses et espaces naturels délaissés.

La ville de Bègles, s’est engagée, depuis 1989 dans une politique de développement local durable, c’est-à-dire une politique globale et planifiée visant à renforcer la cohésion de la ville à travers le développement social d’une part et l’environnement d’autre part.

Après avoir procédé à un diagnostic urbain pour mieux cerner ses problèmes, elle a signé un Plan Municipal d’Environnement qui est devenu une Charte pour l’Environnement et la Qualité de Vie, signée en 1997. Comme cette politique est indissociable des questions de restructuration urbaine et d’intégration sociale, la ville a signé une Convention Ville Habitat puis un Contrat de Ville en janvier 1993. La ville a su mettre à profit les procédures étatiques pour mener à bien son projet.

Ce projet a pour objectifs prioritaires la lutte contre l’exclusion urbaine, l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement et le développement des potentialités naturelles, notamment celles liées à l’eau, du fait de la présence de la Garonne et des esteys (ruisseaux traversant Bègles).

L’eau au coeur de la revalorisation des espaces publics et de l’amélioration du cadre de vie

Bègles s’est lancé tout à la fois dans la reconquête de ses espaces publics et de son patrimoine naturel.

La municipalité a mis en place un plan de circulation qui privilégie, dans un certain nombre de zones, la circulation partagée, c’est-à-dire le partage de la voirie entre différents usages : cheminement piétonnier, pistes cyclables, voies pour automobiles, parkings. L’option " zone 30 " a été retenue en divers points de la commune, notamment dans les sites fréquentés par les enfants.

La reconquête des berges de la Garonne quant à elle constitue, pour la ville, une ouverture sur son fleuve. Le chemin de halage ainsi que des cabanes traditionnelles de pêcheurs ont été restaurés. Un port de 80 places et une " Maison de la Garonne " sont également prévus dans le plan de réhabilitation de la zone. Le port devrait accueillir une zone d’activités où seront implantés notamment un club de voile, des activités de réparation de bateaux et une voilerie.

S’agissant des bords du fleuve, la Ville a autorisé l’installation d’une station d’épuration et d’un complexe technique de l’environnement assurant le traitement des eaux et des ordures ménagères d’une partie de la Communauté Urbaine de Bordeaux.

Un espace naturel sensible de 8 hectares appartenant au parc de Mussonville doit être restauré. L’accent est mis sur la remise en état du système hydrologique ainsi que sur la préservation de la flore caractéristique de cette zone humide.

La ville de Bègles a enfin pour projet la reconstitution d’une île avec réalisation d’un espace paysager, ouvert au public. Ce projet a été proposé dans le cadre de l’appel à projet du ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement mais n’a pas été primé. L’objectif de cet aménagement est triple :

- réaliser 50 jardins familiaux,

- traiter une friche en entrée de ville,

- réaliser un espace vert public.

Cette île est située près du quartier d’habitat social de Monmousseau. La ville travaille en fait à la revitalisation de l’ensemble du quartier, comme en témoigne l’opération décrite ci- dessous.

La lutte contre l’exclusion urbaine

Bègles a en effet choisi de réhabiliter le quartier de Monmousseau. La restructuration du quartier porte sur un programme complet avec démolition et reconstruction de logements diversifiés, revalorisation du cadre de vie avec traitements d’espaces publics de grande qualité, installation d’équipements, création d’un point accueil enfance et réalisation d’une première tranche de jardins familiaux. Opération de longue haleine, cette réhabilitation a été pensée et menée en concertation avec les riverains. La dernière tranche de travaux sera engagée en 1998 et achevées en 1999. Cette action sur le quartier a été reconnue et soutenue par de nombreux partenaires institutionnels : Communauté Urbaine de Bordeaux, Conseil général, Conseil régional, Union européenne, État.

S’agissant de l’insertion par l’économique, la municipalité a encouragé la création en 1995 d’une association d’insertion, Arcins Environnement Service, qui offre à une quinzaine de personnes, une formation qualifiante dans les métiers de l’environnement. La ville lui a confié l’entretien des berges de la Garonne, dans le cadre du premier projet évoqué, ainsi que l’entretien du parc de Mussonville, réalisé par des salariés embauchés au titre des emplois-jeunes. L’association devrait également intervenir dans le cadre de l’espace paysager de l’île.

Faire vivre une culture non élitiste

La culture tient une place de choix à Bègles dans la mesure où, elle permet, au même titre que l’action sociale ou économique, de créer des liens sociaux entre les habitants, de lutter contre l’exclusion et de doter la ville d’une dynamique supplémentaire. Bègles a peu à peu rassemblé une collection importante et acquis une renommée dans le domaine de la " création artistique brute et inventive ", issu de l’art brut. Une vieille maison béglaise a donc accueilli " le Site de la Création Franche ", qui s’adresse aux hommes et femmes de toutes conditions. Le cinéma Le Festival a, par ailleurs, été reconstruit.

Le développement de la démocratie locale

Bègles entend associer les habitants au devenir de leur commune. Après les comités de quartiers, la ville a poursuivi son action en mettant en place des assemblées d’arrondissement qui fédèrent ceux-ci. Composée d’une quinzaine de personnes, elles réunissent les élus des quartiers, les présidents des comités de quartier et des personnes choisies pour leur connaissance des problèmes locaux. Les débats portent sur la circulation, l’urbanisme, les déchets, l’assainissement, la vie de quartier. Leurs avis sont consultatifs et transmis au conseil municipal. Ces assemblées représentent un relais entre la municipalité et les comités de quartier.

Mots-clés

politique culturelle, insertion professionnelle, réhabilitation de l’habitat, politique de l’environnement, aménagement de l’espace public, lutte contre l’exclusion, organisation de quartier


, France, Bègles

dossier

Villes et développement durable : des expériences à échanger

Villes et environnement

Notes

Contact:MAIRIE DE BEGLES, rue Calixte Camelle. 33321 BEGLES/Mme Brethes et Mr Surlève-Bazeille, Adjoint à l’Environnement/TEL : 05-56-85- 38-54. FAX : 05-56-49-32-85.

Source

Rapport ; Récit d’expérience

MINISTERE DE L'ENVIRONNEMENT, Les villes françaises pour le développement durable, dossier de préparation pour Habitat II, Sommet des villes à Istanbul, 1996/06

4D (Dossiers et Débats pour le Développement Durable) - Cité européenne des Récollets, 150 – 154 rue du Faubourg St Martin, 75010 Paris, FRANCE - Tél. : 01 44 64 74 94 - Fax : 01 44 64 72 76 - France - www.association4d.org - contact (@) association4d.org

contact plan du site mentions légales