español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Un chef de village élu au service de tous

Martine TOULOTTE

02 / 1998

"Je m’appelle Fodé Soumah. J’habite le village de Kassognia à 50 Km de Conakry. Mon village compte 995 habitants, j’en suis le chef depuis 13 ans. C’est la population toute entière qui m’a choisie, les vieux, les femmes, les enfants. Dans mon village, quand on doit désigner un chef, le Sage, c’est-à-dire, le plus âgé va à la mosquée et demande à l’Imam de réunir la population pour une rencontre de tout le village. Tout le monde se rassemble et le Sage annonce qu’il faut élire un nouveau chef. L’assemblée se divise en 3 collèges, les vieux, les femmes, les hommes. Chaque collège discute séparément pour désigner la meilleure personne, c’est-à-dire celle qui par son comportement, a montré qu’elle avait le souci des autres. L’ensemble se réunit à nouveau et discute des populations des 3 groupes et la personne qui fait consensus est désignée.

Le chef ainsi choisi n’était pas candidat. Quand tu es élu, ton premier devoir est de reconnaître ceux qui t’ont élu. Tu dois considérer tout le monde de la même manière. Quand j’ai un projet, je vais voir le sage, je lui explique ce que je veux faire. On en discute ensemble puis je réunis tout le village et j’expose mon projet. S’ils ne sont pas d’accord, ils le rejettent. S’ils sont d’accord, il n’y a pas de problème, tout le monde s’attelle à la tâche et apporte ce qu’il peut comme argent. On réalise le projet avec tout le monde.

Si un habitant du village a commis un délit et que la police le cherche, la police me prévient. Je fais venir la personne chez moi et je lui demande ce qu’il a fait. Soit on fait arranger directement la chose, soit si c’est grave, et s’il doit aller à la police, je désigne quelqu’un qui l’accompagne.

Lorsque 2 familles ont des problèmes entre elles, elles vont voir le Sage, et j’assiste le Sage pour régler le problème.

Un chef doit se conduire droit, tenir parole, faire ce qu’il dit.

S’il fait mal, s’il ne s’occupe pas des siens, le sage le convoque et lui demande de changer. S’il continue à mal remplir son rôle de chef, qui est de s’occuper du bien-être de tous, le village change de chef ".

Mots-clés

responsabilité citoyenne, élection, communauté paysanne, tradition, mobilisation des habitants, concertation


, Guinée

Commentaire

Celui qui s’appelle le chef et qui est élu par tous est lié non pour exercer le pouvoir mais pour être au service des villageois. Il a un pouvoir dans la mesure où il assume ce rôle de protecteur. Il est un intermédiaire entre l’administration et le citoyen. Est-il possible au niveau des quartiers urbains de réinventer cette fonction qui est encore une tradition dans les villages ?

Notes

Cette fiche a été réalisée au cours de la rencontre à Dakar qui a réuni en février 1998 des habitants, des élus, des techniciens des villes de onze pays d’Afrique (Ouest et Cameroun).

Entretien avec FODE, Soumah

Source

Entretien

Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise - 21 rue Lesdiguières, 38000 Grenoble, France - Tel. 04 76 28 86 00 - Fax. 04 76 28 12 - France - www.aurg.org - accueil (@) aurg.asso.fr

contact plan du site mentions légales