español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Lutte contre l’exode rural

Une expérience de valorisation de l’expertise locale à Fandene, Thiès, Sénégal

Aissatou TOURE

02 / 1997

Originaire de Fandène, village situé à 7 Km de Thiès, Alphonse Tine, après des études scolaires peu concluantes a choisi de retourner au village pour lutter contre l’exode rural et avec les villageois s’investir dans une promotion de l’autosuffisance alimentaire.

Après son échec scolaire, Alphonse a tenté quelques aventures en ville qui se sont avérées négatives et l’ont conduit à se redéfinir par rapport à la société.

C’est à ce moment qu’il se rend compte des dangers courus par le monde rural sous le poids de l’exode qui porte un lourd coup à l’agriculture et à l’autosuffisance alimentaire.

Fort heureusement, en 1993, est née sous l’impulsion des anciens du village une association dont l’un des objectifs prioritaires était d’identifier les problèmes et les activités à mener.

Le hic est venu de la Direction de l’Association essentiellement constituée d’intellectuels vivant hors des réalités du village.

En 1983, "un coup d’état" a été mené contre les intellectuels qui ont perdu la Direction de l’Association au profit des jeunes du village.

C’est ainsi qu’un plan d’action a été élaboré avec un important programme de lutte contre la pauvreté :

- des boutiques tournantes ont été mises en place par les femmes qui rencontraient des problèmes d’approvisionnement pendant l’hivernage,

- un plan d’épargne et de crédit a été également mis sur pied.

Ainsi, l’argent des caisses villageoises est collecté et permet de financer de petits projets qui peuvent aider les jeunes à développer des initiatives au village.

Aujourd’hui, des citadins originaires du village y retournent pour placer leur argent au niveau de la MEC (Mutuelle d’Epargne et de Crédits). La maîtrise du crédit a permis de renforcer l’autonomie des paysans dans de nombreux domaines. Plusieurs associations ont vu le jour et sont regroupées en une fédération et même en réseau.

Seul écueil, les relations avec les pouvoirs publics sont conflictuelles. La représentativité de la communauté villageoise au sein de la communauté rurale apparaît comme une stratégie de lutte contre l’avancée de la ville sur le périmètre agricole (6000 ha ont d’ailleurs été perdus par le village). A cet effet, et en rapport avec les citadins, une recherche-action est organisée pour faire face aux problèmes qui se posent au-delà de la Ville.

C’est d’ailleurs ainsi qu’une opération d’autolotissement est organisée par les populations autour de l’aménagement de leur quartier.

Mots-clés

exode rural, association, lutte contre la pauvreté, autosuffisance alimentaire, caisse d’épargne et de crédit, valorisation du savoir faire, mobilisation des habitants, autofinancement


, Sénégal, Thies

Commentaire

Nous avons là une expérience de valorisation du savoir-faire local avec des avantages concrets et immédiats. La Fédération des Associations vient directement en appui aux initiatives proposées par ses membres, les appuis extérieurs étant purement techniques.

Il s’agit de reconnaître la véritable expertise populaire qui a un rôle important dans la lutte contre la pauvreté et qui malheureusement a peu de pouvoir de décision dans les mécanismes de prises de décisions. Il est urgent pour cette forme d’association de se doter des capacités et des techniques de négociation pour faire face à ce problème.

Notes

Cette fiche a été réalisée au cours de la rencontre à Dakar qui a réuni en février 1998 des habitants, des élus, des techniciens des villes de onze pays d’Afrique (Ouest et Cameroun).

Entretien avec TINE, Alphonse Samba, BP 3055, Thies, Sénégal

Source

Entretien

Ville de Dakar (DASS) - Tel. : (221)821. 58. 38 Dakar - SENEGAL - Sénégal

contact plan du site mentions légales