español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La communauté Vivre ensemble

Des parajuristes au service des villageois béninois

Tabara Mar MBAYE

02 / 1998

La Communauté "Vivre Ensemble" a été créée par un ensemble de jeunes béninois soucieux d’améliorer les conditions de vie des populations vivant dans les campagnes. Ils ont choisi de développer un esprit de convivialité et, le terme de "Vivre Ensemble" parce qu’ils ont souhaité ’ vivre ensemble avec les plus démunis ’ qui sont généralement délaissés.

Six couples de jeunes vivent actuellement dans la communauté. Leur installation ne s’est pas faite sans heurts : les villageois y étaient très réticents et les menaçaient de mort. Cependant, devant les actions concrètes de la communauté, les populations ont compris les avantages que leur procuraient ces jeunes. Parmi ces avantages, le service parajuridique constitue un volet important. En effet, les villageois étant désunis et ne disposant d’aucun pouvoir de décision dans le pays, sont souvent victimes d’injustice, d’abus de la part des forces de l’ordre, de la justice en général.

C’est ainsi que s’est vu injustement emprisonné un jeune villageois du nom de Faustin : tout a commencé avec la fuite d’une villageoise COSIBA donnée en mariage à un homme qu’elle n’aimait pas. Le jour où elle devait rejoindre le domicile de son époux, elle s’est enfuie au Nigeria.

Ses parents ont porté plainte contre le jeune Faustin qu’ils soupçonnaient d’avoir aidé leur fille à quitter le village. Faustin fut aussitôt arrêté par la police et, c’est ainsi que ses parents sont venus contacter les membres de l’Association. Ces derniers l’ont fait libérer au bout de 6 jours d’emprisonnement. Quelques temps après, la fille est revenue au village. Le père de COSIBA a organisé un enlèvement de sa fille, il voulait respecter les engagement pris vis-à-vis de son futur gendre. Sa fille fut ainsi conduite de force chez son époux.

Par la suite, l’association a saisi le procureur et obtenu l’autorisation d’aller chercher COSIBA qui avait été séquestrée chez son époux.

La communauté poursuit ses actions sur ce plan en organisant des séances d’animations juridiques dans les villages. Il s’agit de répertorier un certain nombre de problèmes brûlants d’une actualité, de les mettre sous forme de sketches et de les présenter pour passer un message juridique. Elle a réalisé par exemple un certain nombre de téléfilms qui sont passés à la télévision béninoise. Ces téléfilms ont pour thème : les institutions de l’Etat, divagation des animaux domestiques, l’enlèvement de femmes etc.

Tout ceci est réalisé en fon, langue la plus parlée dans le Sud Bénin, mais sous titré en français. Ils s’en servent désormais comme thèmes d’animation juridique avec support vidéo lors de leurs animations itinérantes.

La communauté envisage de créer une clinique juridique ainsi que des activités pouvant occuper les jeunes durant la grande saison sèche. Pendant cette saison, les jeunes sont inactifs et plusieurs d’entre eux ont été surpris en flagrant délit de vol.

Mots-clés

conditions de vie, jeune, information juridique, injustice sociale et violence, mobilisation des habitants


, Bénin

dossier

Gouverner les villes avec leurs habitants

Notes

Cette fiche a été réalisée au cours de la rencontre à Dakar qui a réuni en février 1998 des habitants, des élus, des techniciens des villes de onze pays d’Afrique (Ouest et Cameroun).

Entretien avec BADOU, Thimotée

Source

Entretien

Communauté Vivre Ensemble - Sous-Préfecture de Zé, Département de l'Atlantique, REPUBLIQUE DU BENIN - Bénin

contact plan du site mentions légales