español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Capitalisation de l’AFVP : Association Française des Volontaires du Progrès

Robert DOUILLET

07 / 1998

L’Association Française des Volontaires du Progrès, créée en 1963 à l’initiative du ministère de la coopération et de différents mouvements pour la jeunesse, est une association d’associations orientée vers l’aide au développement dans les pays les plus défavorisés du continent africain et de l’océan indien.

A l’heure où les politiques et les pratiques de coopération sont remises en question, il est urgent de savoir valoriser l’expérience accumulée, urgent de la capitaliser, c’est à dire de " transformer l’expérience en connaissance et la partager pour la mettre au service de l’action et du savoir".

La capitalisation, que l’on peut aussi définir comme "le recueil de toutes sortes d’apports et de sensibilités afin de contribuer à une recomposition progressive des savoirs et des pratiques", est avant tout une démarche collective s’appuyant sur une dynamique interne.

Dans le cas précis de l’étude de la capitalisation de l’AFVP, l’essentiel de la méthodologie repose sur des entretiens menés auprès de nombreuses personnes ressources, de la secrétaire aux volontaires, des psychologues chargés du recrutement aux responsables opérationnels et politiques du siège et du terrain. Mais elle repose aussi sur l’analyse de la capitalisation écrite, les rapports, revues et autres productions.

La capitalisation de l’AFVP est née dans les années 1970 avec le "tuilage", c’est à dire la transmission orale de la mémoire lors de la passation de fonction entre deux volontaires. Elle s’est ensuite structurée dans les années 1980 avec la rédaction de rapports écrits par les volontaires et la mise en place d’une commission inter-services chargée de leur lecture pour une communication interne et externe de la mémoire opérationnelle.

En perpétuelle évolution, la capitalisation est porteuse d’une forte dynamique dont l’impact direct sur l’association et ses partenaires est toutefois difficile à mesurer.

En effet, quelle peut être la part de la capitalisation dans le changement politique de l’association, quand dans les années 80, elle décide de renforcer son appui aux acteurs locaux, parfois au "détriment" des opérateurs du Nord présents sur le terrain? Quel est, dans ce cas, l’importance des facteurs externes, quel est le poids de la politique et de la stratégie plus globale de l’aide au développement?

Inversement, n’est-ce pas la stratégie de capitalisation mise en place rapidement dès les premières interventions en milieu urbain, qui a permis à ce secteur d’être rapidement reconnu pour son savoir faire et d’atteindre dès les premières années 15% du total des actions?

A l’AFVP la capitalisation s’appuie sur deux démarches distinctes:

- une capitalisation "volontariste", constituée des rapports méthodologiques et des rapports thématiques et qui permet de rendre compte de l’expérience de l’association pour en tirer des méthodes d’interventions;

- une capitalisation dite "brute", basée sur le "tuilage" parfois insuffisant ou d’influence négative (transmission des mécontentements)et sur les rapports d’activités obligatoires des volontaires.

L’une et l’autre de ces parties de la capitalisation, souvent complémentaires mais faisant aussi apparaître de nombreux désaccords, butent sur le goulot d’étranglement du traitement et de la circulation de l’information. Une refonte complète du système de diffusion des informations semble nécessaire. Il semble nécessaire en particulier de repenser la politique de diffusion officielle de l’AFVP.

Mots-clés

diffusion de l’information, évaluation, coopération, politique de coopération


, Afrique, Mali, Sénégal, Cameroun, Bénin

Commentaire

Ce document de travail n° 80 a été rédigé par deux étudiantes du DESS Coopération et Développement de l’Université Paris 1. L’analyse de la capitalisation de l’AFVP est fine et approfondie. Les auteurs ont réalisé un formidable travail d’études, d’enquêtes et de réflexions pour fournir au lecteur un document synthétique présentant ce que peut être la capitalisation d’une association de développement, avec ses forces et ses faiblesses.

Mais si l’intérêt de ce document ne fait aucun doute en "interne", c’est à dire pour toutes les personnes impliquées dans l’AFVP, il est plus discutable pour les autres personnes tant la spécificité de l’association et de son organisation est importante.

L’utilisation d’un tel travail en "externe" semble particulièrement difficile. L’effet "référence" est faible.

Source

Livre

LAFON, V.; REVEL, M., Capitalisation de l'AFVP, FPH in. Document de travail, 1996/11 (France), N°80

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales