español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Algérie : tisser la paix

Huit défis pour demain

Jean Christophe LALLEMENT

07 / 1998

La Fondation pour le Progrès de l’Homme soutenait en Avril 1996 à Montpellier une rencontre entre quarante participants vivant en Algérie ou en France et d’horizons culturel, confessionnel et professionnel très variés. Chaque participant était invité à exprimer ses points de vue afin que fussent esquissés collectivement quelques éléments pour un plan de paix en Algérie. Convergence d’opinion qui allait orienter les débats, la paix ne se décrète pas mais se construit, et non simplement sur le plan politique mais grâce aux pratiques sociales en matière de famille, de tradition, de culture... L’ensemble des observations des participants ont été regroupées en huit défis pour la paix.

L’école fut placée au premier plan et plusieurs propositions furent émises pour enrayer les pratiques despotiques qui sévissent dans cette institution, notamment en ce qui concerne l’arabo-islamisation : soutenir les réseaux d’enseignants qui ouvrent pour une école ouverte ; mettre en relation parents d’élèves avec enseignants et chercheurs afin de débattre sur un projet de réforme de la scolarité; valoriser le plurilinguisme en tant que réel atout de modernité et d’ouverture ; créer un groupe de travail pour alimenter ce débat sur l’école.

En continuité, le dialogue de la société algérienne avec sa jeunesse doit être renoué en favorisant son expression, en proposant des programmes de formation complémentaires à la scolarité et surtout en lui permettant de prendre part entièrement à la vie citoyenne.

Cela implique une refondation de la citoyenneté en Algérie, citoyenneté que la culture de violence opprime. õ cette fin, sont nécessaires une ouverture au monde, particulièrement aux autres pays du Maghreb, et une relecture de l’Islam dans ses dimensions de tolérance et d’ouverture. Aussi est-il vital de rétablir la confiance entre les algériens eux-mêmes mais encore avec les algériens immigrés, les bi-nationaux, les pieds-noirs, afin de valoriser le brassage des cultures pour une véritable ouverture méditerranéenne.

Il est d’autre part indispensable d’enrayer les logiques totalitaires qui mutilent le savoir, les traditions, les valeurs identitaires et familiales. Rétablir la mémoire et l’histoire du peuple algérien dans toute sa diversité, faire abroger l’inique "Code de la famille", rétrograde et machiste, constituent des axes majeurs pour la réalisation d’une société algérienne citoyenne et plurielle.

Mais pour cela, l’État et sa mission doivent être redéfinis, la société civile construite et les "élites" formées. Le dialogue et la concertation sont les seuls moyens d’y parvenir, au sein de la Nation certes, mais aussi entre algériens et les autres peuples de Méditerranée.

La fin de la méfiance est le principal dessein de ce type de rencontre. Favoriser l’éclosion de cercles de paix où la parole et la connaissance mutuelle s’enrichissent. Car la guerre est déjà à l’ouvre quand le dialogue est bafoué et que des opinions érigées en dogme rejettent l’altérité dont le respect est essentiel à la démocratie.

Mots-clés

paix, construction de la paix, plan de paix, éducation à la paix, éducation interculturelle, citoyenneté, éducation à la citoyenneté, islam, éducation et changement culturel, pluralisme culturel, rôle de l’Etat, société civile


, Algérie

Source

Livre

FPH; Cimade; France Algérie, Algérie : tisser la paix. Huit défis pour demain., FPH in. Dossier pour un débat, 1996 (France), N° 63

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales