español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les droits de l’homme à l’épreuve de la grande pauvreté

Odile ALBERT

10 / 1993

La grande pauvreté entraîne des précarités dans tous les domaines : pas de ressources, pas de logement, pas de travail, précarité familiale, pas ou peu de formation pour les enfants, difficultés d’accès aux soins de santé. Cette grande précarité ou cette absence de sécurité est globalement une privation des droits fondamentaux.

C’est à partir de nombreux témoignages recueillis lors d’enquêtes et d’observations faites par les membres du mouvement d’ATD Quart-Monde (Aide à Toute Détresse)que cette situation est analysée pour quelques secteurs particuliers :

- Droit d’avoir une famille. Les témoignages convergent : garder l’unité de la vie familiale est une hantise permanente pour les familles les plus pauvres. Le placement des enfants est toujours vécu comme une catastrophe et les familles s’efforcent d’éviter cette décision. En cas de placement, les familles revendiquent une aide pour garder le lien avec les enfants placés. Elles réclament également le droit de donner la vie, sans que la société fasse pression à l’encontre de leur décision. Le droit de donner la vie et de vivre en famille devrait être une des libertés les plus fondamentales de l’homme.

- Droit d’apprendre. Ce droit est reconnu par tous, mais les conditions dans lesquelles vivent les enfants des familles très démunies ne peuvent donner aucun succès. L’inconfort, l’insécurité, l’incompréhension des camarades, voire du maître sont de trop importants obstacles pour une bonne insertion dans le système scolaire. Tous les tests prouvent que les enfants ont au départ les mêmes capacités mais très vite, ils se trouvent "orientés" ou classés en "débiles légers". Pour que le droit à apprendre puisse s’exercer, il faudrait toujours trouver des solutions plus adaptées. ATD Quart-Monde s’est efforcé de mettre en place des "pré-écoles" où parents, éducateurs se retrouvent pour une école spécifique qui facilite par la suite l’insertion des enfants dans le monde scolaire.

- Droit au logement. "Sans véritable logement, aucune famille ne peut exister dans la durée". Et malgré l’évidence de cette affirmation, il y a un vide juridique sur ce point. Même, s’il existe des aides au logement, elles ne permettent que de résoudre des cas.

- Droit à être soigné. Les familles les plus démunies qui vivent déjà des conditions défavorables ont souvent bien du mal à se faire soigner. La généralisation de la Sécurité sociale n’est pas parvenue à couvrir toute la population. Et même pour certaines familles qui ont la protection sociale, il leur faudrait une couverture complémentaire pour assurer l’intégralité des dépenses.

- Droit à s’exprimer. La difficulté de s’exprimer est un des grands handicaps des familles en situation de grande pauvreté : difficulté d’entrer en contact avec les autres, difficulté d’accomplir des démarches administratives ou pour trouver un emploi. La formation à la prise de la parole est une aide importante pour ces familles. Pour que ce droit puisse s’exercer, il faut que, dans des lieux propices, ces familles apprennent à s’exprimer sans difficultés et sans honte.

Convaincu de la nécessité de faire avancer ces droits, ATD Quart-Monde a, tout au long de son histoire, organisé des structures spécifiques telles : pré-écoles, universités du quart-monde, bibliothèques de rue...

Mots-clés

droits humains, éducation populaire, logement social, santé, pauvreté, personne exclue, besoins essentiels


, France

Commentaire

Cette relation entre pauvreté et droit de l’homme met bien en relief la nécessité d’une approche interdisciplinaire pour tenter de résoudre les problèmes résultant de la pauvreté et de l’exclusion et la nécessité pour les défenseurs des droits de l’homme de s’attaquer à la destruction de la misère.

Sur la dalle des victimes de la misère, qui est située sur le parvis des Libertés et des Droits de l’Homme (à Paris, Trocadéro), Joseph Wrésinski, fondateur du Mouvement ATD Quart-Monde a fait graver "Là où les hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré". Cette dalle a été inaugurée le 17 octobre 1987 en présence de 100 000 personnes.

Source

Livre

ANGLADE, Jean Marie, EDITION SCIENCE ET SERVICE TIERS MONDE, 1987 (France)

CDTM (Centre de Documentation Tiers Monde de Paris) - 20 rue Rochechouart, 75009 Paris, FRANCE - Tel. 33/(0)1 42 82 07 51 - France - www.cdtm75.org - cdtmparis (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales