español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Exclusion sociale et chômage de longue durée

La parole des acteurs en marge

Roland COLIN, Cécile LACHERET, Alain FORGEOT

10 / 1993

l. Historique

En 1987, dans le bassin d’emploi de Cahors (département du Lot, France), un groupe de réflexion se constitue, composé d’une dizaine de personnes impliquées dans les problèmes de marginalisation économique et sociale : bénévoles de quartiers, militants du DSQ (Développement social des quartiers), travailleur social.

Chômeurs en situation d’exclusion et de précarité pour la plupart d’entre eux, ils savent que le chômage va continuer à s’amplifier, que la réalisation de projets d’insertion par l’économique pose des problèmes, car leur expérience leur a montré que la "réalité économique" fait souvent dériver les projets, entrave et contrecarre parfois les dynamiques de solidarité de voisinage. De plus, ils veulent jouer un rôle dans les décisions les concernant.

Groupe informel d’abord, il s’articule au bout de quelques mois avec l’association SOL. Il se fixe comme objectif de mener une recherche participative sur le vécu, les causes, les issues de l’exclusion sociale et du chômage de longue durée. Ils veulent comprendre les processus qui conduisent à l’exclusion, explorer les issues possibles, avec la participation de ceux qui sont concernés.

2. Une enquête réalisée par les chômeurs eux-mêmes.

Dans le Lot, 9 % de la population active est au chômage en 1987. Limitant son enquête à 11 des cantons du bassin d’emploi de Cahors (sur les 16 qu’il comporte), le groupe constitue un échantillon raisonné de 140 chômeurs de longue durée qui tient compte des variables d’âge, de sexe, de situation familiale, de durée dans la marginalité.

Parmi eux, 60 personnes servent de base à une analyse approfondie par entretiens autobiographiques structurés en quatre parties : passé de la famille, passé de l’enquêté, présent, vision de l’avenir. Les réponses à un questionnaire complémentaire remis aux 80 autres personnes de l’échantillon retenu et qui reprend les thèmes essentiels de la thématique permettent d’élargir le champ de la recherche à des données plus quantitatives.

A travers cette approche qui donne la parole aux exclus et aux chômeurs, on peut saisir l’exclusion dans ses multiples implications et éclairer les aspects suivants :

- les problèmes de pratiques professionnelles et techniques

- le rapport aux institutions et au politique

- l’univers socio-familial, le développement personnel, incluant l’éducation

- le système de valeurs de références (idéologiques, philosophiques, religieuses).

On peut également formuler une typologie prenant en compte et caractérisant les différenciations internes du milieu en croisant les types d’attitudes observés et exprimés : actifs ou passifs, autonomes ou dépendants, individualistes ou communautaires. Le croisement des différentes catégories d’attitudes, permet de mesurer le décalage avec le "profil type" des publics cibles des politiques habituelles de "traitement social" et de "traitement économique" de l’exclusion et du chômage.

3. Une formation qualifiante : Le DEFA Développement

Le groupe doit relever le défi de l’absence de formation à l’analyse sociale de la plupart de ses membres. Une filière de formation, d’abord informelle, est mise en place sous forme de sessions d’apprentissage aux techniques et méthodes nécessaires pour mener la recherche-action envisagée. Par la suite, grâce au partenariat établi avec le Centre national de formation loisirs et promotion (CNFLP)habilité à organiser des Diplômes d’Etat aux fonctions de l’animation (DEFA), les ministères des Affaires sociales et de la Jeunesse et Sports recherchent avec les promoteurs du projet les aménagements pédagogiques permettant de passer les Unités de valeur aux mêmes conditions que l’ensemble des candidats au diplôme dans le cadre d’un cursus dérogatoire. Sept des membres du groupe pourront mener à bien cette formation. Une autre association intervenant dans la supervision d’actions sociales s’implique également dans la formation tout en prêtant son concours au suivi de la dynamique de groupe de l’équipe de recherche-action : IRADIE (Institut de recherche et d’action pour le développement intercontinental endogène).

Mots-clés

exclusion sociale, chômage, formation, recherche, personne exclue, emploi


, France, Cahors

Commentaire

Fiche réalisée à partir de divers documents.

Les quatre fiches suivantes présentent les principaux résultats du dépouillement de l’enquête ainsi que les conclusions générales récapitulant les points les plus marquants des acquis de la recherche-action selon les quatre axes d’analyse retenus pour le rapport final : les rapports avec les institutions, les rapports au travail et au monde de l’entreprise, l’univers personnel et les problèmes familiaux, l’éducation et la formation.

Source

Rapport

COLIN, Roland; ATCHIKGUEZIAN, Arève, ASSOCIATION SOL, 1993

Développement et Civilisations - Centre international Lebret-Irfed - 49 rue de la Glacière, 75013 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 47 07 10 07 - France - www.lebret-irfed.org - contact (@) lebret-irfed.org

contact plan du site mentions légales