español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La pêche artisanale au Sénégal et son rôle dans la sécurité alimentaire

Pierre Yves GUIHENEUF

04 / 1997

Le Collectif national des pêcheurs artisanaux du Sénégal regroupe plus de 8500 membres, pêcheurs pour la plupart (1200 femmes transformatrices et revendeuses en font également partie). Son objectif est la mise en oeuvre d’un programme d’action et la réunion des moyens indispensables pour franchir les obstacles vers un développement durable de la pêche.

Au Sénégal, la pêche est une activité qui revêt une importance économique, sociale et culturelle. Les difficultés du secteur agricole, consécutives aux adversités climatiques et à la dégradation des cours de nos matières premières font que notre pays compte beaucoup sur la pêche pour améliorer une balance commerciale déficitaire.

Le pays compte environ 50 000 pêcheurs et la pêche artisanale assure 283 000 tonnes de captures destinées principalement à la consommation et à la transformation locales. En revanche, les captures provenant de la pêche industrielle sont surtout destinées à l’exportation (60 % vers l’Europe). Le secteur de la pêche artisanale fournit donc un apport remarquable à la quête de l’autosuffisance alimentaire et il est juste d’associer les pêcheurs à une réflexion sur la sécurité alimentaire.

L’approvisionnement des marchés locaux en poissons frais, qui représente 33 % des captures, est assuré par des mareyeurs malgré les difficultés de conservation et de transport. Les différends entre mareyeurs et pêcheurs, dont les intérêts sont souvent antagonistes, ne sont pas oubliés.

La transformation artisanale (fumage, braisage, séchage au sel)concerne 36 % des captures et concerne les femmes, très dynamiques dans le secteur. Les produits transformés sont plus faciles à conserver et à exporter vers les pays de l’Ouest africain. à noter la présence dans ce domaine de plusieurs localités de pêche de Ghanéens ou de Burkinabés, qui facilite l’amélioration de l’approvisionnement de pays comme le Mali, le Burkina Faso et le Togo. à titre d’exemple, des femmes membres du CNPS de la ville de Sindou ont pu expédier au cours de l’année 1995 deux conteneurs de poissons séchés à une association de jeunes pêcheurs de Lomé durant la morte saison de ce pays. Ce réseau d’échange est à soutenir et à encourager.

Malgré ses performances pour l’alimentation des populations, les problèmes ne manquent pas pour la pêche artisanale.

Il y a le problème de la ressource avec les accords de pêche (par exemple, celui qui lie le Sénégal et l’Union européenne), qui entraînent :

- la surpêche et la disparition de certaines espèces ;

- la menace d’extinction des stocks.

Il y a aussi les contraintes administratives au niveau des pays, qui empêchent un véritable commerce de poissons et des produits halieutiques.

Enfin, quelques problèmes quotidiens des pêcheurs sénégalais seront juste énumérés. Il s’agit de la conservation au frais, du stockage, du prix élevé des moteurs hors-bord et des équipements de pêche, etc. Pour assurer la sécurité alimentaire de nos pays, le Collectif national des pêcheurs artisanaux du Sénégal demande :

- le développement de techniques de conservation des produits frais ;

- le développement des techniques traditionnelles de transformation des produits halieutiques ;

- l’amélioration des conditions de stockage des produits ;

- le développement des échanges entre pays en réduisant les contraintes de marchés ;

- la limitation des accords de pêche pour permettre le renouvellement des stocks de poisson, en tant que base de la nourriture et source de revenu de milliers de personnes.

Mots-clés

pêche, agriculture, agriculture paysanne, alimentation, souveraineté alimentaire, stratégie alimentaire, pêche artisanale, accord de pêche


, Sénégal

Notes

Ce texte fait partie d’une série de cas portant sur la question de la sécurité alimentaire, recueillis parmi les membres du réseau Agriculture paysanne et modernisation (APM)lors de la rencontre de Yaoundé, en septembre 1996.

Source

Littérature grise

GUEYE, Malick, Note de travail pour le réseau APM

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales