español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’Union Régionale Interfédérale des Oeuvres et Organismes Privés Sanitaires et Sociaux -URIOPSS- en Région Midi-Pyrénées : Une mise en réseau associative pour développer les services à domicile et dynamiser le territoire ’Coeur de Gascogne’

Sonia BEN MESSAOUD

01 / 1999

Le contexte

Dans le cadre du développement et de l’aménagement du territoire, initiés au début des années 1990, le Conseil Régional de Midi-Pyrénées met en place en 1995 une politique de " Contrats de Développement de Terroirs " (CDT), destinée à revitaliser des bassins de vie en milieu rural. D’une durée moyenne de trois ans, ces contrats reposent sur cinq principes : un projet, un territoire, un porteur de projet, un partenariat actif et une procédure contractuelle (c’est le projet qui définit le territoire). C’est dans ce cadre, en février 1997, sous l’impulsion de la nouvelle Directrice Marie-Josèphe Albert, qu’une mission d’accompagnement de projet et non en gestion directe, est confiée à l’URIOPSS Midi-Pyrénées, en tant qu’interlocuteur à la Conférence Régionale sur l’Aménagement du Territoire. Une convention d’un montant de 300 000 F est passée avec le Conseil Régional pour favoriser une démarche de mise en réseau associatif concernant les services de proximité, et apporter une ingénierie technique sur un territoire dévitalisé, "Coeur de Gascogne".

Un territoire

Le territoire intitulé " Coeur de Gascogne " se situe dans le département du Gers. D’une superficie de 600 Km2 (près de 10% de la superficie totale du département), il regroupe 35 communes sur 5 cantons et concerne environ 15 000 habitants, représentant 8% de la population gersoise.

Un projet

L’objectif est de créer des emplois et soutenir une économie de proximité, en s’appuyant sur les initiatives locales. Le champ d’action de l’URIOPSS s’inscrit dans le développement et la structuration des services aux populations à domicile. Un premier travail d’analyse de la population et de ses besoins, accompli avec les étudiants de l’Université Toulouse le Mirail, puis une étude avec la Caisse d’Allocations Familiales à l’aide d’un questionnaire, ont permis d’établir un diagnostic et de définir les besoins concernant la petite enfance et les personnes âgées. Ce travail préalable a servi à construire le repérage de l’adéquation entre l’offre et la demande. L’URIOPSS a apporté son soutien en terme d’ingénierie en engageant une mise en réseau des acteurs associatifs à deux niveaux :

- Au niveau local, l’organisme a mis en relation bénéficiaires et prestataires de services, en construisant un lieu commun d’observations et un nouveau mode d’organisation adapté au contexte local. Il a permis la création de " la maison des services ", un site d’information et d’orientation, avec un numéro d’appel unique, pour répondre aux besoins quotidiens des populations en services à domicile, et pour les orienter vers les solutions existantes. Ouvert en février 1998, ce site a permis la création de trois emplois. Pour assurer sa pérennité financière, des hypothèses sont en cours : un cofinancement prestataires de services, communes ou populations.

- Au niveau régional, L’URIOPSS a analysé les besoins en formation et mis en place une démarche qualité. Elle a également étudié les statuts juridiques pour favoriser les regroupements d’employeurs et créer des emplois durables.

Partenariat

Ce travail sur cinq ans a permis de répertorier l’ensemble des acteurs, en fonction de leur domaine d’intervention, et de développer un large partenariat, associant les pouvoirs publics (Direction Régionale du Travail et de l’Emploi, Préfecture, Conseil Général, des maires, des élus, des Centres Communaux d’Action Sociale, la CAF...), le milieu associatif et le privé, y compris les artisans locaux.

Transférabilité

Actuellement, l’URIOPSS travaille sur le transfert de cette expérience à d’autres porteurs de projets et territoires : Le Lot et les Hautes Pyrénées. Les discussions engagées avec la Région ont abouti. C’est une réussite, car elle continue à maintenir sa collaboration avec la Région malgré le changement politique de 1998.

Mots-clés

aménagement du territoire, développement local, politique de développement, accès à l’information, exclusion par l’économique, création d’activité, création d’emploi, initiative économique, service de proximité, insertion professionnelle, participation des habitants


, France, Midi-Pyrénées, Gers

Commentaire

La démarche de l’URIOPSS repose sur une stratégie de développement associant l’économique et le social. Pour sa Directrice, "il ne s’agit plus de les opposer, mais de les associer dans le respect de leurs spécificités et leurs complémentarités". "L’aménagement du territoire n’est qu’un outil". Elle insiste sur la notion "d’aménagement social du territoire". L’expérience, menée sur un territoire concret, s’appuie sur la dynamique locale et la valorisation des potentialités existantes. L’échelle n’est pas définie à priori. C’est le projet, la volonté locale et le sentiment d’appartenance à une communauté de destin et de vie qui définissent le territoire. Pour la Directrice, c’est un territoire de projet, " un territoire à géométrie variable selon les flux quotidiens de populations, la nature de leurs besoins, les initiatives et le partenariat qui peut se construire localement". Il n’est pas figé. Le bassin de vie quotidienne semble être le bon niveau de l’action, mais une insuffisance est remarquée: tout ce qui est en frange de territoire a des difficultés à s’organiser. En ce qui concerne le partenariat pour Marie-Josèphe Albert, c’est une grande spécificité de ce projet, mais " il faut lutter contre les logiques sectorielles et verticales " pour construire un nouveau mode d’organisation, et réunir autour d’une même table, le secteur public, l’associatif et le privé. "Le partenariat se construit dans une approche transversale, locale et globale". Une démarche inter-institutionnelle a été favorisée, mais ce n’est pas sans obstacles, entre autre avec certains services de département. "C’est une démarche non plus de pôle mais de réseau ". Sur l’aspect "groupement d’employeurs ", c’est le statut associatif qui a été adopté. Actuellement, il est impossible d’associer le public et le privé, car les statuts juridiques sont différents. La création d’un groupement réunissant des associations et des Centres Communaux d’Action Sociale, gérant le même type d’établissement ou de services, pour l’emploi d’un ergothérapeute, n’a pu se réaliser. Enfin, l’étendue du domaine d’activités à domicile montre qu’il y a possibilité d’y créer des emplois, mais cela pose un certain nombre de questions non encore résolues, notamment le besoin de formation adaptée, ainsi que la coordination des moyens et des interventions. Des pistes sont actuellement étudiées pour parvenir à une professionnalisation des services.

Notes

Entretien avec ALBERT, Marie Josèphe

Source

Entretien ; Rapport

Des initiatives pour un aménagement local du territoire - Contribution aux pactes territoriaux et locaux pour l'emploi, 1998/12/01 (France)

Entre Signes et Cultures - N’existe plus

contact plan du site mentions légales