español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Comment, au Portugal, les habitants d’un territoire confronté à la désertification rurale et au vieillissement de la population ont pris en charge leur destin

Une démarche de développement intégré et solidaire qui crée de l’emploi et qui revitalise un territoire en prenant appui sur les dynamiques locales

Sonia BEN MESSAOUD

04 / 1999

A quelques dizaines de kilomètres de Faro, ville portuaire dominée par un important centre touristique, la région de l’Algarve au Sud Portugal présente un paysage aride et des villages qui se vident de plus en plus de leur population. L’association In Loco agit dans cette région, et plus particulièrement dans une zone appelée La Serra do Caldeirao, un territoire rural qui a perdu plus de la moitié de sa population en trente ans. Aujourd’hui, La Serra ne compte plus que 75 000 habitants (16 hab. au Km2), dont un bon quart a au moins 65 ans. Face à ce déséquilibre démographique et à l’appauvrissement du tissu économique et social, une poignée de gens, au début des années 1980, ont décidé de relever le défi et d’agir pour faire revivre leur territoire. Parmi ces personnes, il y avait Alberto Melo, professeur en sciences de l’éducation, arrivé à Faro en 1983 afin de " mettre sur les rails l’université de l’Algarve ". En 1985, avec quelques amis universitaires et soutenu par la Fondation hollandaise Van Leer, il monte le projet Radial (Réseau d’Appui au Développement Intégré de l’Algarve). Selon ses termes, il s’agit " d’initier un processus d’animation communautaire à partir des besoins et des aspirations locales ". La démarche est novatrice : favoriser les dynamiques locales et non pas proposer des projets ficelés d’avance. Ce projet donne naissance à plusieurs activités :

- Une formation professionnelle, en lien avec l’université de Faro, pour revitaliser les activités traditionnelles. Elle débouche sur la création de sept petits commerces gérés par des femmes : textile, jouets en bois, gâteaux, plantes aromatiques et médicinales...

- La création d’une association pour gérer des centres d’animation préscolaire dans quatre villages. Dans cette région, l’école n’est ouverte qu’à partir de sept ans, ce qui montre la réelle nécessité. Financés au début par Radial, ces centres sont à présent reconnus par les pouvoirs publics, qui prennent en charge les rémunérations du personnel.

- La création de ludothèques itinérantes pour partir à la rencontre des enfants des villages les plus isolés.

L’association In Loco est née à la suite de ces différents événements. Avec les mêmes principes qui ont animé RADIAL, elle offre de développer une action globale, et non plus seulement socio-éducative, sur La Serra do Caldeirao. Dès 1991, elle s’inscrit dans le programme européen " Leader ", qui vise à aider les régions défavorisées. Avec les financements de l’Union Européenne, l’association élargit son territoire d’intervention : de 6 " freguesia " (la plus petite circonscription administrative au Portugal), elle passe à 27, et son personnel augmente (il passe de 12 à 30 animateurs). Chaque membre de l’équipe a un statut d’indépendant. Les animateurs, en effet, doivent monter des projets et financer leur propre poste. L’association In Loco s’appuie sur la dynamique locale, qu’elle entend revitaliser. Les projets et les initiatives foisonnent : développement d’activités touristiques, commerciales, artisanales, de projets socioculturels... Cette dynamique revitalise La Serra, condamné il y a quelques années au désespoir et au déclin économique : Environ 500 emplois créés ou maintenus, qui répondent à des nécessités locales ; un renforcement du lien social entre des groupes, un développement du partenariat entre pouvoirs publics et acteurs privés... Mais malgré les efforts de dialogue, l’association reste mal perçue par les élus, car elle est trop indépendante et a de nombreux contacts européens. En effet, son président, Alberto Melo est coordinateur du réseau TASC (Territorial Action for Social Cohesion). C’est un réseau européen composé de 12 acteurs de terrain, issus de 9 pays de l’Union européenne. Il a pour objectif de réfléchir sur la mise en oeuvre de nouvelles dynamiques de développement local intégré, et de proposer des actions à l’échelle européenne.

Mots-clés

développement local, développement intégré, développement régional, exclusion par l’économique, insertion sociale, création d’activité, création d’emploi, participation des habitants, démocratie participative, éducation à la citoyenneté


, Portugal, Algarve, Serra do Caldeirão

dossier

Expériences de démocratie participative

Commentaire

L’exode des jeunes et le vieillissement de la population sont de véritables plaies en milieu rural. Dans un pareil contexte, la population se trouve confrontée à l’isolement et à des besoins sociaux non satisfaits. L’expérience de l’association In Loco au Portugal montre qu’il est possible d’affronter ces problèmes en créant un cadre de concertation, ouvert aux citoyens. La démarche engagée a permis la création de nombreux emplois et la revitalisation de La Serra do Caldeirao, en proie il y a quelques années à la crise économique et à la montée des exclusions. Elle a favorisé les initiatives locales et les solidarités entre groupes. Mais ne revient-il pas à l’Etat d’être garant de la cohésion sociale ? Et à quand sa contribution à cette dynamique participative ?

Source

Articles et dossiers

BOUTTIER, Noël, Désertification rurale au Portugal - Le chemin de la reconquête in. Témoignage Chrétien, 1999/01/07 (France), En complément, j'ai travaillé à partir du document de "TASC=Territorial Action for Social Cohesion", "Des clés pour réussir", mars 1997. On peut se procurer ce document à la coordination technique de TASC : Associaçao IN LOCO, Apartado 603 - 8000 Faro - Portugal. Tél/Fax : 351 89 80 55 57. E-Mail : inloco@mail.telepact.pt

Entre Signes et Cultures - N’existe plus

contact plan du site mentions légales