español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Création d’une coopérative agricole et d’élevage au Maroc par des immigrés de retour dans leur région d’origine

Mohammed MAZOUZ

05 / 1996

Cette réalisation a eu lieu à la suite du retour de 8 familles d’immigrés marocains dans leur région d’origine d’EL KALAA MGOUNA. Cette commune rurale a 20 000 habitants, dont 5 000 chefs de famille sont à l’étranger, en France, aux Pays Bas, en Belgique, en Allemagne, en Italie, au Danemark, au Canada et en Australie. Cette action touche 150 personnes concernées par le retour, et elle continue de bénéficier des contributions des immigrés du dehors. Toutes les familles impliquées dans ce projet sont issues de la même tribu, à l’exception d’une. La majorité des personnes ne savent ni lire ni écrire (sauf un cadre et un technicien agricole)et ne connaissent préalablement aucune notion de gestion d’une coopérative. En décembre 1986, les discussions du projet étaient closes, les résultats des études réalisées par l’ORMVAO (l’Office Régional de la Mise en Valeur Agricole de OUARZAZATE)étaient connus. L’ouverture d’un compte à la Banque du Crédit Agricole reçut le versement de départ fixé à 50 000 Dirhams par famille. Le budget global est de 400 000 Dirhams (1Franc français équivaut à 1,5 Dirhames). La surface gérée par la coopérative s’étend sur 20 hectares, dont cinq seulement étaient exploités. Les bâtiments représentent 4 000 M2 . Leur coût atteint 200 000 Dirhams. Le creusement d’un puits a demandé près de 50 000 Dirhams, soit le 1/8ème du capital. Pendant six mois, deux équipes de 12 personnes ont travaillé pour la réalisation de ces équipements. L’élevage représente l’activité principale., avec la production laitière et la production de viande. La vente du lait se fait soit localement auprès des habitants, soit par l’intermédiaire d’une coopérative laitière à laquelle MAAMRANE est adhérente. Mais la coopérative rencontre des difficultés qui freinent le développement de ses projets ambitieux à cause des limites financières. Les prêts et les subventions sont faibles. L’autofinancement provenant de la vente de la production suffit à peine au paiement des ouvriers, aux frais de pompage et de suivi des cultures et à l’achat des aliments. Certains travaux et investissements sont différés, faute de moyens : la remise en place d’une clôture, l’achat d’un véhicule de transport et d’un camion et l’achat complémentaire de bovins et d’ovins. Jusqu’alors, la seule énergie utilisée est le gaz oil. La coopérative prévoit de se doter d’autres sources énergétiques : plaques solaires, énergie éolienne, biogaz. La solution d’avenir la plus efficace est l’utilisation de l’électricité qui passe à proximité. Le coût d’installation est évalué à 500 000 Dirhams. Cette structure donne du travail aux plus défavorisés en créant des emplois : de cinq membres permanents en automne/hiver, on passe à une vingtaine au printemps/été. Le développement et la diversification des activités occupent tout d’abord les membres dés uvrés de la coopérative.

Mots-clés

coopérative, développement rural, élevage, migration, immigré


, Maroc, Ouarzazat

Commentaire

Il s’agit là de retours volontaires d’immigrés et d’une bonne réintégration dans leur région d’origine. Cela a pu être possible grâce à la construction d’un projet commun pouvant s’inscrire dans la réalité de cette région et lui apporter un enrichissement. La réussite est dûe à la volonté et au savoir-faire des acteurs dans un esprit de solidarité. L’appartenance tribale n’est-elle pas un élément dynamique de cette réussite ? La solidarité a certainement joué parce qu’il existe une forte convergence des intérêts communs. La Coopérative agricole et d’élevage représente une réussite dans un milieu jugé défavorisé par la nature ; d’ailleurs, traditionnellement, ce milieu se vide de sa force vive aspirée par l’émigration. Ses membres ne pourront être que fiers de ce qu’ils vont léguer à leurs enfants, le fruit de longues années de labeur.

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

MAAMRANE, Immigration, insertion et développement dans le bassin Méditerranéen, CCFD, 1992 (France), N° spécial hors série CCFD

contact plan du site mentions légales