español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Réinsertion des jeunes de la rue à Bouaké, Côte d’Ivoire

Irène BENANI HAURI

07 / 1993

Le développement de la Côte d’Ivoire est accompagné d’une urbanisation accélérée, de changements sociaux importants tels que l’éclatement de la famille traditionnelle et une nouvelle répartition des rôles de l’homme et de la femme.

La scolarisation encore trop onéreuse a laissé de côté nombre de jeunes qui se retrouvent exclus du système scolaire, marginalisés, livrés à eux-mêmes. Conséquence directe de la nouvelle urbanisation, de l’exode rural et de la pauvreté, le problème des enfants de la rue est un symptôme du disfonctionnement de la société toute entière.

Ce projet concerne des jeunes de 8 à 23 ans de la ville de Bouaké. ILs sont pour la plupart illettrés, nés en ville dans des familles marquées par l’instabilité et la pauvreté.

L’AFPV a commencé à intervenir en Côte d’Ivoire auprès des enfants de la rue dès 1984. Les jeunes ont été identifiés afin de cerner plus précisément les objectifs et les besoins. Le partenaire local est le Ministère des Affaires Sociales avec lequel une convention a été signée en 1986.

Les buts à long terme de l’opération tournent autour de trois grands axes:

-la prévention de la délinquance

-la réinsertion sociale, familiale, scolaire et professionnelle

-l’encadrement et l’accompagnement des jeunes en difficulté.

Les objectifs spécifiques à plus court terme répondent à des besoins plus directs: places d’apprentissage, lieux d’accueil, animation socio-éducative, etc.

Les actions réalisées sont diversifiées mais complémentaires et animées par une équipe ASEMO (action sociale en milieu ouvert)pour permettre aux jeunes de retrouver une place dans la communauté. Pour cela, il faut chercher le plus grand nombre possible de relais extérieurs (institutions, associations, entreprises, etc.)

Le dépistage de rue constitue la première étape pour entrer en relation avec les jeunes. La rencontre avec les familles est essentielle pour que le jeune retrouve au moins une place dans le cercle familial.

L’équipe ASEMO essaie aussi d’intervenir auprès de la justice afin d’éviter que les jeunes délinquants ne tombent dans le va et vient continuel entre la rue et la prison.

En 1987, l’équipe de Bouaké a commencé à placer des jeunes en apprentissage chez des artisans. L’apprentissage étant payant, une ONG suisse, Terre des Hommes Genève, a apporté le financement extérieur pour des bourses d’apprentissage.

Il est difficile d’estimer les résultats obtenus. Avec certains jeunes, il s’agit juste de maintenir le contact. En ce qui concerne les apprentissages, peu de jeunes arrivent au terme. Pour les autres, il est difficile d’évaluer l’impact de l’apprentissage et les causes de l’échec.La question de l’insertion professionnelle constitue l’étape suivante du processus.

L’intérêt du projet: l’équipe AFVP a été un élément moteur pour la constitution d’une équipe d’éducateurs locaux qui favorisent un processus de resiocialisation des jeunes de la rue. Elle a poussé le Ministère de l’Action sociale à prendre en compte ce phénomène et à favoriser les initiatives locales.

L’équipe ASEMO a utilisé deux méthodes, la réinsertion hors économie (suivi social, remise en famille)et la réinsertion économique (formation, apprentissage). L’une et l’autre de ces méthodes ont leurs limites. Les activités de resocialisation hors économie responsabilisent moins vite le jeune face à son avenir. La réinsertion par l’économie le fragilise en créant un besoin d’insertion sur un marché "tendu" qui absorbe déjà difficilement les autres jeunes.

Mots-clés

urbanisation, paupérisation, jeune, enfant, délinquance, chômage, apprentissage, formation professionnelle, insertion sociale


, Côte d’Ivoire, Bouaké

Notes

"Jeunes, Ville, Emploi" Colloque organisé par le Ministère de la Coopération et du Développement. Paris. 26-29 octobre 1992. Contacts pour ce projet: AFPV, François Lecarpentier, B.P.2. 91311 Monthléry, Tél 69 01 10 95.; AFVP, Délégation régionale Abidjan, Dante Montferrer, 01 B.P.2532, Abidjan 01.

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

PSH=PROGRAMME SOLIDARITE HABITAT; GRET HABITAT

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales