español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Survivance et formes de l’épargne informelle au Sénégal

Cas des tontines et des caisses de dépôt

Aliou SALL

10 / 1999

L’épargne tirée des activités proprement dites de pêche est destinée principalement au renouvellement du matériel, à la constitution de fonds de roulement et aux besoins sociaux des opérateurs. Les besoins sociaux intègrent aussi ceux relatifs aux cérémonies et à l’habitat. Les parts allouées à ces utilisations sont variables d’une catégorie à l’autre mais aussi d’une zone à l’autre. Cependant, les tontines et d’autres systèmes de dépôt pratiqués par les opérateurs permettent de stériliser les gains en vue d’un réinvestissement ou de la satisfaction d’un autre besoin.

Les tontines et systèmes de dépôt sont très diversifiés de par le nombre des membres, la périodicité des cotisations et des versements. Le taux d’appartenance aux tontines varient d’une catégorie à l’autre mais aussi d’une zone à l’autre suivant qu’il s’agit d’autochtones ou de migrants. Par exemple les propriétaires Saint-Louisiens et leurs femmes revendeuses et/ou transformatrices ont déjà des traditions d’épargnants qui se substituent à ces système rotatifs d’épargne. En effet, les gains tirés de la pêche n’étant partagés qu’en fin de campagne dans les sites d’accueil, ils ont l’habitude de gérer leurs propres tontines vu les risques encourus par le fait qu’ils n’habitent pas dans les régions où ils opèrent : risque surtout de quitter le site d’accueil sans encaisser leur part. D’ailleurs, rares sont les migrants qui participent à des tontines.

Ainsi, certains dépôts eu égard aux capacités financières de ceux ou celles qui y participent permettent de canaliser des sommes assez consistantes en une année ou en plusieurs années. Cette somme est ensuite redistribuée aux membres.

Quel que soit le montant perçu, le réinvestissement dans les activités n’est jamais à oublier. Seulement quand le montant perçu dans ces tontines ou caisses de dépôt, on pense aux dépenses de culture et de loisir (cérémonies)mais aussi au logement (achat de terrain et construction)et à l’achat de biens durables (mobilier et appareils électroménagers).

Mots-clés

pêche, pêche artisanale, pêcheur artisan, système d’épargne et de crédit, secteur informel, tontine


, Sénégal

Notes

Aliou Sall est socio-anthropologue, spécialiste de la pêche. Il est aussi le secrétaire exécutif du Credetip.

Source

Texte original

//

CREDETIP (Centre de Recherche pour le Développement des Technologies Intermédiaires de Pêche) - B.P. 3916 Dakar SENEGAL - Tél. : (221)821.94.62 - Fax : (221)821.94.63 - Sénégal - credetip (@) sentoo.sn

contact plan du site mentions légales