español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Recherche-action pour un système de financement plus adapté au secteur de la pêche artisanale au Sénégal

Aliou SALL

10 / 1999

Le problème de crédit se pose avec acuité pour le secteur de la pêche considéré comme une activité à haut risque. Les opérateurs se trouvent confrontés à de réelles difficultés financières pour faire face à leurs besoins parce que seulement les systèmes formels de financements proposés ne sont pas conformes au secteur de la pêche artisanale. C’est pourquoi, le Credetip constatant les limites des marchés formels du crédit a entamé une recherche action participative avec les professionnels du CNPS pour aboutir à un système de financement plus adapté au secteur.

Eu égard donc aux multiples échecs enregistrés dans ce domaine liés à l’impossibilité de fournir les garanties requises et aux lourdeurs administratives, l’impératif d’envisager un autre système plus conforme se fait ressentir.

En dépit de la volonté du secteur parapublic en l’occurrence la CNCAS (Caisse National de Crédit Agricole du Sénégal), qui assure l’essentiel du financement de la pêche, de promouvoir l’autonomisation des opérateurs à l’égard des usuriers des marchés informels du crédit en ayant débloqué une importante ligne de crédit, on constate toujours une grande insuffisance de la couverture des besoins de financement de la pêche. Des opérateurs bénéficiant même de financements jugent courts les délais de remboursement. D’aucun pensent même que les échéances de remboursement doivent être fixées de façon à s’adapter aux réalités de la pêche artisanale.

Mais de par son expérience innée et professionnelle du secteur de la pêche, le Credetip fort du point de vue des pêcheurs a identifié les limites de cette alternative. En effet, les échéances souples pratiquées par le marché informel du crédit dispose d’un mécanisme de contrôle permettant de piger si oui ou non le débiteur est mesure d’honorer ses dettes. Les institutions formelles de financement pourraient si le système d’échéance était pratiqué, partager les risques liés aux aléas de la pêche mais courir davantage de risques. Ces risques se situent principalement au niveau des détours de production (transbordement, débarquement de produits sur une autre plage que celle fréquentée habituellement).

Le marché formel du crédit doit s’intéresser aujourd’hui aux aspects de la pêche artisanale qui peuvent affecter la rentabilité et l’efficacité escomptée dans sa politique de financement. Ces problèmes exogènes aux structures financières de crédit constituent de contraintes au développement des activités et par conséquent peuvent hypothéquer la rigueur des échéances de remboursement des crédits contractés par les débiteurs.

Face à un tel constat, les systèmes informels de crédit jouent un rôle très important dans le financement de la pêche car ses conditions sont plus souples (échéances et rigueur)même si parfois des taux d’intérêts exorbitants sont pratiqués par les usuriers.

Dès lors, pour le Credetip et les professionnels également il est urgent de mettre sur pied un instrument bancaire de type mutualiste, non sectoriel comme une alternative acceptée pouvant prendre réellement en charge le financement de la pêche artisanale, en tenant compte de sa spécificité et mettre en place un fonds de garantie dont l’adhésion des professionnels concernés est indispensable.

Afin d’aider à mieux cerner la question du financement de la pêche artisanale, il est nécessaire d’approfondir la recherche et de réaliser d’autres études spécifiques.

Mots-clés

pêche, pêche artisanale, pêcheur artisan, accès au crédit, garantie bancaire, financement, mutuelle, institution financière


, Sénégal

Notes

Aliou Sall est socio-anthropologue, spécialiste de la pêche. Il est aussi le secrétaire exécutif du Credetip.

Contact : CNPS=Collectif National des Pêcheurs Artisanaux du Sénégal, BP 3211 Dakar, Sénégal. Tel (221)832.11.74/821.94.62. Fax (221)832.11.75/821.94.63

Source

Texte original

//

CREDETIP (Centre de Recherche pour le Développement des Technologies Intermédiaires de Pêche) - B.P. 3916 Dakar SENEGAL - Tél. : (221)821.94.62 - Fax : (221)821.94.63 - Sénégal - credetip (@) sentoo.sn

contact plan du site mentions légales