español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Solidarité internationale en milieu rural avec Echange-Solidarité 44 : historique, objectifs et actions

Martine HERVE

12 / 1996

L’association Echange-Solidarité 44 a été créée en 1989 par des hommes et des femmes issus du milieu rural de la région nantaise, artisans et agriculteurs, retraités pour la plupart. Désirant donner un sens à leur retraite et agir dans un esprit de solidarité directe, ils ont pris contact avec l’UNAG, syndicat d’agriculteurs et éleveurs nicaraguayens, qu’ils connaissaient depuis un séjour au Nicaragua d’un membre de l’association, Joseph Chevalier. Actuellement ES44 est en relation avec "Campesino a Campesino", la branche technique du développement agricole de l’UNAG. Cette organisation nationale oeuvre en faveur d’une agriculture plus autonome et durable, et a en particulier comme cheval de bataille la lutte contre la technique traditionnelle du brûlis. Elle mène des actions auprès des petits paysans dans tout le Nicaragua, et ES44, par son intermédiaire, intervient dans tout le pays.

Objectifs

  • La promotion du développement agricole horizontal et durable : Etant issus du milieu rural, les membres de l’association ES44 ont une certaine idée du développement agricole. Ils sont partisans d’un développement horizontal, qui permet l’échange de connaissances et de savoirs et la vulgarisation des techniques. A travers ce type de développement, les membres d’ES44 voient une avancée dans la prise en charge par les paysans, qui deviennent promoteurs et animateurs de groupes de paysans.

  • La promotion du patrimoine rural français : Cet objectif est apparu deux ans après la création d’ES44, lorsque les membres ont pris conscience qu’ils étaient les témoins privilégiés de la richesse du patrimoine rural nantais. Ils ont alors décidé de diffuser l’histoire des communes françaises et de conserver ainsi notre patrimoine.

Actions : Les actions concrètes d’ES44 ont consisté à envoyer du matériel agricole au Nicaragua. Pendant plus de trois ans, J. Chevalier a travaillé avec les petits paysans d’Achuapa (département du Léon), et a observé leurs méthodes de culture traditionelles au moyen de l’araire égyptienne. Pensant que l’introduction de la charrue et de petits matériels agricoles tels que la houe ou la fourche, pouvait faciliter leur travail et améliorer leur rendement, ES44 décida de récupérer du matériel en Loire Atlantique.

Aussi les membres d’ES44 se mirent à prospecter les communes environnantes afin de récupérer le matériel inusité et la ferraille. Ce matériel récolté est regroupé, trié et celui en bon état est réparé. Acheminé par container, il est tout d’abord envoyé au groupement "Campesino a campesino", chargé de le répartir auprès des petits paysans, qui doivent s’acquitter d’une somme modeste pour en devenir propriétaire. Le matériel n’est donc pas donné mais vendu pour éviter de tomber dans l’assistanat et pour responsabiliser les paysans. Dans la même philosophie, ont eu lieu des envois de machines à coudre à un groupement de femmes.

Grâce aux ventes des outils, ES44 alimente également un système de fonds rotatifs mis en place par les groupements populaires nicaraguayens. Depuis la chute du régime sandiniste, les petits paysans n’ont plus accès au crédit, les conditions imposées étant très serrées. Par conséquent, ES44 a accordé un prêt à un groupement de femmes, pour acheter des bovins. Ce prêt est maintenant entièrement remboursé et les femmes sont propriétaires d’un petit troupeau. Fort de ce succès, ES44 a reconduit ce type d’action en prêtant à d’autres organisations populaires.

Les membres d’ES44, désireux d’apporter une aide directe au Nicaragua, n’en n’oublient pas pour autant leurs racines, leur histoire et leur culture. A la suite de leurs premières opérations de récoltes dans les fermes, ils ont pris conscience du patrimoine agricole qui y était enfoui. Désireux de le conserver, ils ont gardé un exemplaire de chaque outil. Avec l’aide d’historiens et des archives, ES44 a fortement participé à la mémoire collective et a réuni la matière suffisante pour la création du conservatoire de la culture attelée. Celui-ci est actuellement géré par une association distincte.

Dans la région nantaise, la fête de Gruellau, à l’initiative d’ES44, est connue de tous et attire chaque année au mois d’août 3 à 5000 personnes. Cette grande fête de la solidarité réunit des associations de solidarité internationale axées sur le développement agricole (AFDI, ASSEM, CCFD...)mais aussi de solidarité locale. Chaque année un thème est à l’honneur (ex : exode rural, écoles, naissance des communes)et est décliné lors d’ateliers de réflexion et de scènes théatrales. Le stand sur le Nicaragua, avec la participation de partenaires nicaraguayens, est une tradition.

Mots-clés

milieu rural, équipement agricole, solidarité, coopération décentralisée, coopération Nord Sud, développement local, échange de savoirs, agriculture paysanne


, France, Nicaragua

Notes

Contact : Echange-Solidarité 44, Mairie de Blain - 44130 Blain / Tel 02 40 94 63 58 (c/o Mlebossé). Fax 02 40 94 58 60.

Source

Autre

//, Rencontre du conseil d'administration de l'association le 16/10/96, journal ES44, échos sur la fête de Gruellau

CEDAL FRANCE (Centre d’Etude du Développement en Amérique Latine) - France - cedal (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales